Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 06:30
Les clés d'un bon rangement {Coaching}

Le rangement est à la mode. Le livre rouleau-compresseur de Marie Kondo, La magie du rangement, y est probablement pour quelque chose. 

 

Mais qu'est-ce que le rangement et à quoi sert-il, finalement ?

Et surtout, comment s'y prendre pour mettre en place un rangement qui tienne dans la durée ?

 

Voici quelques clés, parmi d'autres, pour un bon rangement.

 

A quoi sert le rangement ?

 

Prenez deux minutes pour y réfléchir. Après tout, pourquoi ne pourrions-nous pas vivre dans le bazar, nos parents n'étant plus derrière nous pour nous dire de ranger (vous savez, le fameux "Range ta chambre !" qui nous cassait les oreilles autrefois et qu'on finit soi-même par marteler à sa douce et tendre progéniture !) ?

Pourquoi voulez-vous (et parfois même vous obstinez-vous) à ce que votre chez-vous soit rangé ?

 

Il y a de fortes chances que vos réponses ressemblent de près ou de loin à celles-ci :

 

  • Parce que quand ce n'est pas rangé, vous vous sentez davantage stressé(e), débordé(e), voire dépassé(e) (nous parlons donc ici d'un sentiment).

  • Parce que quand ce n'est pas rangé, l'ambiance est plus tendue, le désordre vous énerve, ou énerve votre conjoint. Vous vous sentez (très) loin de vos envies de sérénité.

  • Parce que quand ce n'est pas rangé, vous passez trois fois plus de temps à faire le ménage, ou, à contrario, vous n'en faites plus du tout, découragé(e) par le bazar.

  • Parce que quand ce n'est pas rangé, vous passezdes heures à chercher ce dont vous avez besoin au moment où vous en avez le plus besoin (vous savez, le justificatif qui vous est demandé pour le lendemain, les fameuses clés - Ah, les clés ! -, etc.).

 

Comprendre l'origine de votre désordre

Essayez d'identifier et de comprendre ce qui est à l'origine du désordre qui règne (peut-être) chez vous.

 

  • Est-ce dû à votre tendance à l'accumulation d'objets, à votre difficulté à vous séparer des objets dont vous n'avez plus l'utilité ou encore à faire du tri ?

  • Est-ce dû au fait que vous étiez jusqu'à maintenant seul(e) à ranger et que vous manquez tout simplement de temps et d'énergie (qui ne le serait pas ?)

  • Est-ce dû au fait que vous avez, avec votre conjoint, une vision différente de ce que doit être le rangement chez vous ?

  • D'autres pistes ? 

 

Comprendre ce qui est à l'origine de ce désordre vous aidera, idéalement à deux, voire en famille, à mettre le doigt de façon plus précise sur les stratégies que vous devrez déployer pour définir votre système de rangement.

De la même manière que le médecin prescrit un traitement à partir des symptômes qui lui sont présentés, il vous sera nécessaire d'étudier, d'analyser et de comprendre ce qui ne va pas, en matière de rangement.


 

Un rangement qui se réfléchit en famille

 

Un rangement, ça ne se décide pas tout seul dans son coin, de manière unilatérale. Pour que cela fonctionne dans la durée, rien ne vaut la participation collective !

Parce que je sais que vous ne parviendrez pas à tout entreprendre seul(e), que vous en "faites" déjà probablement beaucoup trop et que le risque de vouloir mieux s'organiser, de vouloir tout désencombrer, tout ranger, et trop vite, c'est d'en faire encore plus et de vous épuiser donc encore plus.

Ce qui serait, vous en conviendrez, contre-productif et à l'antithèse de ce que je défends au quotidien, au travers de mon activité ou via le blog , à savoir davantage de temps pour soi, et pour profiter des joies de la vie !

 

C'est pourquoi, et j'insiste sur ce point, il vous faudra accepter de :

  • procéder par étapes.
  • associer votre conjoint, et vos enfants (s'ils sont en âge de participer, bien sûr)
  • vous donner du temps.
  • ne pas vous mettre davantage de pression.

 
Le rangement de votre intérieur devra idéalement se réfléchir en famille, en tous les cas à deux. Pourquoi, me direz-vous ? Parce que si vous n'y réfléchissez pas en famille, vous aurez du mal à impliquer vos "co-équipiers du quotidien" dans le rangement.

 
En effet, un bon rangement se doit d'être logique. Logique, d'accord, mais pour qui ? Pas uniquement pour vous. Il devra l'être également pour tous les membres de la famille.

 
Si vous avez décidé de façon arbitraire de la place d'une chose que vous utilisez tous les jours, assurez-vous néanmoins que cette place soit également logique pour les autres. Dans le cas contraire, ils auront des difficultés à l'adopter une fois pour toutes.

 
Prenez donc le temps, avant de vous "jeter à corps perdu" (?) dans le rangement, de réfléchir en amont, pour chaque pièce de la maison, au rangement optimal. Prenez le temps d'imaginer, de visualiser, voire de tester et d'ajuster, jusqu'à aboutir à un rangement qui convienne à chacun et qui soit simple et facile à adopter.

 
Une pièce dont le rangement est optimal est une pièce :

  • fonctionnelle, c'est-à-dire qui remplit sa ou ses fonctions avec facilité et fluidité.
  • épurée, dégagée et agréable à regarder (le début de la sérénité).


Un seul conseil : faites simple !

 

Les règles de votre rangement

 

L'une des règles absolues en matière de rangement, et vous la connaissez probablement, est :

 

1) Une place pour chaque chose, chaque chose à sa place !

 

Et c'est sur cette règle que devra s'appuyer, immanquablement, votre système de rangement.

Mais vous ne parviendrez à définir une place pour chaque chose uniquement si vous avez désencombré les pièces de votre maison. Imaginez, sans tri préalable, le travail que cela représenterait de devoir trouver une place définie pour chaque chose !

Le seul fait d'y penser fatigue déjà...

En revanche, si votre pièce est enfin désencombrée de tout ce qui n'y a plus sa place, il vous sera facile (je vous assure, faites-moi confiance, j'ai l'habitude !), parmi les objets qui restent, de trouver une place pour chaque chose.

 

2) Reconsidérez vos moyens

Pour que vous puissiez bien ranger ce que vous avez décidé de garder, il vous faudra de quoi ranger ! Une lapalissade, mais quand même... Un bon rangement s'appuie aussi sur un bon système de rangements. Et en la matière, pas de règles absolues  mais du cas par cas.

 

Je vais vous donner un exemple :

 
L'une de mes clientes, qui avait trois enfants,  avait un petit appartement. Son problème, c'était le linge à repasser, qu'elle ne savait plus où mettre et qui s'amoncelait dans une grosse bassine à linge en plastique. Elle ne supportait plus cette grosse pile de linge, posée à même le sol contre un mur du séjour et qui lui "faisait de l'œil" plusieurs fois par jour.

Parallèlement, elle avait dans son couloir une grande étagère blanche à cases carrées (type Expedit Ikea comme dans le visuel plus haut) dans laquelle elle rangeait les livres (ceux des adultes et ceux des enfants), des boîtes de classement pour les papiers administratifs et quelques boîtes de jeu. En revanche, le dessus de cette étagère était inoccupé.

Je lui ai donc proposé d'aller avec elle acheter (toujours à Ikea !) des paniers en osier blanc au format carré, qui peuvent également rentrer dans les cases de l'étagère. Nous en avons acheté 5, une pour chaque membre de la famille, et les avons placé au-dessus de cette étagère.

Elle a par la suite trié le linge à repasser (je précise qu'elle ne souhaitait pas se passer du repassage) par membre de la famille et placé chaque tas dans un panier, après avoir attribué un ordre à chaque panier (nous sommes parties du plus grand au plus petit, petite astuce mnémotechnique qui lui permet d'attraper le panier de linge propre de la bonne personne d'un seul coup de main).

D'une part, nous avons déblayé une partie du séjour (la pile de linge qui débordait  a disparu) et trouvé une place définitive à ce linge, sans qu'il ne prenne trop de place. D'autre part, nous avons facilité le pliage du linge propre (fait par la suite par personne, il lui suffisait, elle ou quelqu'un d'autre, de le placer directement dans le bon panier) et le repassage (plus facile de s'y mettre en s'attaquant à un panier, puis au second, et de décider de faire la suite un autre jour par exemple).

Cet exemple pour vous expliquer qu'il n'existe pas de recettes miracle non plus en matière de rangement (dommage...)  et qu'un bon rangement est d'abord le fruit d'une réflexion, et qu'il devra s'adapter à vos contraintes (d'espace notamment), à votre logique et à vos besoins.

En revanche, une fois ce rangement unique et optimal "mis en lumière", vous constaterez par vous-mêmes qu'il vous sera plus facile, plus rapide et plus agréable d'entretenir ce rangement, et surtout qu'il tiendra dans le temps.

Visez là encore la durabilité.

Ce sera la récompense de vos efforts et cela vous évitera de réinventer l'eau chaude chaque semaine en vous demandant où ranger et par quoi commencer !

 

Alors, prêts à ranger en famille ?

 

 

 

 

21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 07:40

 

        

                        

"J'ai passé mon week-end à ranger mon bureau - une vraie catharsis. Une expérience intense que j'ai partagée avec ma fille de neuf ans. Elle a décidé que, quand elle serait plus grande, si possible, elle voudrait avoir une entreprise de nettoyage. Comme je suis une mère ouverte, j'ai essayé d'accompagner avec tact cette vocation soudaine et inattendue : je lui ai suggéré qu'elle pourrait s'occuper du contrôle qualité. "Le contrôle qualité, ça veut dire que j'irai de maison en maison pour vérifier que le travail est bien fait ?", m'a-t-elle demandé avec enthousiasme. Il ne faut pas trop compter sur la constance de ses projets, car pour le moment, tout l'intéresse (...).

En langue de bois diplomatique, cette histoire d'entreprise de nettoyage a juste été un dommage collatéral ; notre objectif, ce jour-là, n'était pas de faire le ménage mais de retrouver un dossier perdu. Il nous a fallu ouvrir de vieux cartons poussiéreux pleins de documents, de photos et de dissertations universitaires aussi obsolètes qu'inutiles. J'ai montré à Alex les visages de mes anciens amis, les rues et les maisons dans lesquelles j'ai vécu. Je n'en étais d'abord pas vraiment sûre, mais j'ai pris plaisir à partager avec ma fille des pans de vie qu'elle n'imaginait même pas. Nous avons ri ensemble au récit de certaines anecdotes et ce qui m'avait paru tellement grave à l'époque est devenu plus léger à porter. Nous avons ensuite transvasé tous ces souvenirs dans de grands sacs poubelle et nous nous en sommes gaiement débarrassées. C'était la première fois que je me sentais capable de faire un ménage aussi radical dans mon passé sans succomber à la nostalgie - ce qui ne m'a pas empêché d'avoir le coeur un peu serré en retrouvant certaines photos ou lettres, sur lesquelles j'ai quand même réussi à souffler tout doucement, comme on fait pour éteindre la flamme d'une bougie.

Mais qu'est-ce qui a bien pu changer ? Je crois que c'est moi. Oui, c'est bien moi qui ai changé. En fait, je ne pense pas que la Elsa d'il y a vingt ans pourrait reconnaître celle d'aujourd'hui. Celle-là se laissait prendre au piège des émotions - les siennes et celles des autres ; elle en restait très longtemps prisonnière, angoissée, se débattant à l'aveuglette pour s'en dépêtrer. Avant, quand une émotion ou une expérience m'étaient désagréables, je me braquais et je m'embarquais dans un monologue interminable et épuisant pour essayer de changer les choses ou de les nier, jusqu'à en perdre le souffle. Je n'arrivais pas à tourner la page, je ne me faisais pas confiance, je ne m'autorisais pas non plus à trouver un refuge plus sûr. Je n'apprenais rien de mes erreurs, d'ailleurs je ne me les pardonnais pas. Quand je n'en pouvais plus, qu'il n'y avait plus d'espoir, je fourrais les lettres et les photos dans une boîte, comme un tribut au passé ou à ce qui ne serait plus jamais. C'était un cordon ombilical qui me rattachait à ce passé. A bien y réfléchir, on aurait dit un petit cimetière que je gardais chez moi.

 

Le cerveau adulte est très doué pour vivre dans l'obsession du passé ou de l'avenir, il excelle à se souvenir et à prévoir.

Des études ont pourtant montré que savoir vivre au présent, jusque dans les gestes les plus simples comme éplucher une pomme ou marcher, apporte un surcroît de bonheur.

Les enfants, dont le cerveau est encore en construction, y parviennent instinctivement.

 

Vivre au présent exige de ne plus s'agripper à tout un fatras d'expériences passées ou de réalités tristes ou caduques.

Quand on renonce à ce que l'on connait, aux petites habitudes et aux ruminations, on commence par se sentir très seul.

Il est difficile de croire sans réserve que quelque chose de nouveau peut arriver, qui redonnera vie à notre corps et notre âme.

Le plus drôle, c'est que seul celui qui fait un nettoyage par le vide et se montre confiant peut encore espérer faire de belles rencontres.

 

Si nous ne changeons rien, rien ne change."
 

***

 

Elsa Punset, Una mochila para el universo, 2012 (Un sac à dos pour l'univers, traduit en français sous le titre "Une boussole pour choisir son chemin", 2014, Marabout).

 

Signé par Diane de Zen et Organisée ! - dans Alléger sa vie Désencombrer Tri
commenter cet article

                      

                      Diane BALLONAD ROLLAND

                    

 

 

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi, mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

 

Je m’appelle Diane, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Gestion du temps et Equilibre de vie depuis 2010, et je suis la maman imparfaite de 3 enfants.

Je suis auteur de Magical Timing, l'art de retrouver du temps pour soi (Rustica Editions), J’arrête de procrastiner (Eyrolles), et Envie d’être zen et organisée? (Tournez la page).

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.

 

"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)

 

 

{Mes 50 mantras} PDF à télécharger gratuitement