Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 05:45
Déposez les armes et pacifiez votre relation au temps !

 

Le temps est parfois vécu comme une contrainte, voire comme un ennemi à abattre. Certains d'entre nous ont toujours l'impression de courir après lui et de ne jamais en avoir assez.

 

Engagés dans une bataille perdue d'avance, nous mettons alors tout en oeuvre pour en gagner toujours plus, ne pas en perdre davantage ou tenter vainement d'en mettre de côté.

 

D'autres considèrent le temps comme une ressource au service de notre accomplissement et de notre bien-être.

 

Et si nous changions de paradigme ? Et si nous cessions de considérer le temps comme notre ennemi juré dont l'objectif premier serait de nous nuire ?

 

Dédiabolisons le temps une fois pour toutes et retrouvons notre plein pouvoir ! Car non, il n’a pas fomenté en secret un plan machiavélique pour vous mettre des bâtons dans les roues, à vous en particulier, et transformer votre quotidien en enfer. Il ne se réjouit pas non plus, vous narguant de son rire diabolique, de toutes les fois où vous vous sentez débordé(e) et où vous courez après lui. Non, à vrai dire, ne vous en déplaise, il se fiche royalement de ce qui vous arrive car contre toute attente, il est résolument neutre.

 

Souvenez-vous, le temps est ce que nous en faisons, et tant que vous ne reconnaîtrez pas votre part de responsabilité dans le fait que vous manquiez de temps ou non, vous aurez du mal à mettre en œuvre les changements que vous espérez.

 

Déposez les armes une fois pour toutes, pacifiez votre rapport au temps et faites de lui votre meilleur allié car il peut réellement le devenir si vous apprenez à le regarder différemment.  Vous y parviendrez en portant un regard lucide et dépassionné sur la façon dont vous le vivez et le gérez actuellement.

 

  • Avez-vous parfois l’impression de manquer de temps ? Ou au contraire de le gaspiller ?
  • Est-ce qu’il vous arrive de vous sentir complètement débordé, voire surmené ?
  • A quelle fréquence ? Dans quelles circonstances précisément ? Et pour quelles raisons, à votre avis ?

 

Prenez le temps de relire vos réponses et de les analyser :

 

Quelle est votre part de responsabilité ?

 

Qu’est-ce qui coince, finalement ?

 

  • Avez-vous accepté trop d’obligations ?
  • Vous êtes-vous lancé dans beaucoup trop de projets à la fois ?
  • Attendez-vous toujours le dernier moment pour vous atteler à la tâche ?
  • Avez-vous pris l’habitude de partir à la dernière minute lorsque vous quittez un endroit pour en rejoindre un autre ?
  • Vous laissez-vous trop facilement distraire par les réseaux sociaux ?
  • Avez-vous du mal à poser des limites et à dire non ?
  • Surestimez-vous votre capacité de travail ?

 

Bien évidemment, il ne s'agit pas, à travers ce travail d'auto-analyse, de s'auto-flageller ou de culpabiliser, surtout pas, mais simplement de reconnaître, quand elle existe, notre part de responsabilité, et de mettre le doigt, enfin, sur les leviers concrets sur lesquels on peut agir et les marges de manoeuvre qui sont à notre portée !

 

 

 


 

 

Car l'accélération du temps dont il est souvent question ne provient pas uniquement "des autres", ou de la société, même si cette dernière y contribue largement depuis l’avènement des nouvelles technologies. Nous sommes nous aussi à l'origine de cette perception d’urgence et de vitesse. Nous nous mettons nous-même, et beaucoup plus souvent qu’on ne l’imagine, en situation de devoir courir, accélérer le rythme, rattraper notre retard, avec cette impression tenace de ne pas pouvoir prendre notre temps.

 

Pourtant, dans certains cas, il suffit simplement de ralentir un tout petit peu le rythme pour ne plus avoir en permanence cette sensation de courir, pour sentir plus de fluidité et de douceur dans l'enchaînement de nos activités et surtout pour mettre plus d'oxygène dans notre quotidien.

 

Comme des petites soupapes qui permettent de se poser, de reprendre son souffle puis de repartir.

 

Se lever 10 minutes plus tôt pour moins se presser le matin avant de partir, quitter son travail 5 minutes plus tôt et marcher au lieu de courir pour aller chercher son enfant à l’école, manger un peu moins vite en prenant le temps de savourer son repas, boire en conscience, s'arrêter 2 minutes pour respirer calmement et clarifier son esprit avant de repartir plus serein, il suffit souvent de quelques aménagements mineurs pour faire une différence réelle dans son ressenti d'accélération du temps.

 

 

 

 

* Extrait tiré de mon dernier livre, Magical Timing - L'art de retrouver du temps pour soi (2017, Rustica Editions)

18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 06:00

 

 

C'est avec beaucoup de fierté (et un peu de fébrilité aussi) que je vous présente mon nouveau bébé : {MAGICAL TIMING, l'art de retrouver du temps pour soi}, qui sort en librairie ce vendredi 20 janvier !

 

Ecrire un nouveau livre est une aventure que je vis toujours avec le même enthousiasme. Mais écrire celui-ci en particulier a été un grand bonheur car il est le reflet fidèle de la façon dont je conçois et pratique mon merveilleux métier.

Face à l’accélération du temps, se réapproprier son temps est probablement l’un des grands défis de notre société et je suis heureuse d’apporter ma modeste pierre à l’édifice, à travers mon action au quotidien, et désormais à travers ce livre.

 

J'ai eu carte blanche dès le départ, et j'ai voulu le concevoir en trois parties bien distinctes. 

Ainsi, dans la première partie de ce livre, intitulée {Prendre conscience de son rapport au temps}, je vous invite à mettre en perspective ce que vous vivez actuellement, à imaginer d’autres façons de faire et de vivre son temps, tandis que dans la seconde partie, {Mettre en pratique}, je vous propose de mettre les mains dans le cambouis en testant diverses stratégies afin que vous trouviez celles qui fonctionnent pour vous !

Et pour que vous puissiez garder à l'esprit (et à portée de mains) les points-clés du contenu du livre, j'ai souhaité compiler {50 points essentiels à retenir pour se réapproprier son temps}, 50 mantras à méditer ou à conserver près de soi, bien en vue dans son agenda ou affichés sur la porte de son frigo ou au dessus de son bureau.

Restez connecté(e)s car je suis en train de décliner ces 50 mantras dans d'autres formats pour que vous puissiez vous les approprier encore plus facilement (je suis en pleine réflexion avec May, ma graphiste adorée : magnets, affiche, marque-pages... Vos idées sont les bienvenues !). 

Le livre se termine par une partie dans laquelle vous pourrez écrire directement et démarrer votre réflexion personnelle (suivie rapidement par votre mise en mouvement, bien sûr) : {Mon carnet pratique}.

Enfin, les deux premières parties se terminent chacune, à ma demande également, par quelques pages de notes (c'est mon côté pragmatique... ).

Voilà pour les présentations officielles !

Il me tarde d'avoir vos premières impressions, vos premiers retours, de recevoir vos premières photos avec le livre sur les réseaux sociaux (n'oubliez pas de me taguer ou de mettre le hashtag #Magical Timing) !

 

#MagicalTiming

 

 

 

Une approche Slow et décomplexée

 

pour retrouver du temps et se faire du bien,

 

même si on n’est pas du matin !

 

 

 

{RESUME}

« Je n’ai pas le temps, je suis débordé, je ne sais plus où donner de la tête, je suis fatigué, je suis trop stressé, je ne peux pas me poser, je cours toute la journée… » 

Combien de fois en une semaine entendons-nous, ou prononçons-nous, une de ces phrases ?

A l’heure où nous sommes de plus en plus nombreux à avoir l’impression que tout va trop vite, découvrez une nouvelle façon d’appréhender le temps, zen et déculpabilisante.

Prenez conscience de votre relation au temps, améliorez-la, initiez-vous à l’art de la pause, tentez l’expérience des réveils matinaux ou choisissez vos moments personnels en fonction de votre rythme, accordez à nouveau votre pleine attention à vos proches… Et grâce au carnet pratique, mettez tout de suite en application vos nouvelles résolutions.

Il est temps de ne plus vivre vos journées de la même façon !

  • Deux parties : l’une pour prendre conscience de son rapport au temps, la seconde pour mettre en pratique.
  • Des pages de notes.
  • 50 points essentiels à retenir pour se réapproprier son temps.
  • « Mon carnet pratique » pour passer concrètement à l’action.

 

 

 

 

Jeu-concours : 3 livres dédicacés à gagner !

 

Et pour fêter la sortie de {MAGICAL TIMING, l'art de retrouver du temps pour soi}, je souhaitais vous offrir deux cadeaux !

D'abord, un extrait tiré de la 2ème partie, {Mettre en pratique}, que vous pourrez télécharger ici

Et enfin, vous permettre, à travers un petit jeu-concours, de gagner 3 exemplaires dédicacés de mon livre !

 

Voici les conditions de participation : 

  • Me transmettre votre plus belle définition d'un {Magical Timing}, selon vous ! (via les commentaires de ce billet exclusivement).
  • Partager ce billet de lancement sur Facebook, Twitter ou Instagram (les 3, ça fonctionne aussi !) avec votre définition d'un {Magical Timing} et le hashtag #Magical Timing (pensez également à me taguer - @Zenetorganisee - afin que je puisse être prévenue de votre publication !).

 

Une fois votre participation validée, vous pourrez participer à un tirage au sort qui aura lieu le mercredi 25 janvier prochain.

Les noms des gagnant(es) seront annoncés à 18h, ici dans les commentaires, sur la page Facebook de Zen & Organisée, sur Twitter et Instagram.

 

Les définitions les plus inspirées, et les plus inspirantes, seront publiées !

A vos plumes :)

 

 

4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 05:30
Faire le cadeau de son attention à l'autre {Coaching}

Cultiver une présence attentive à l'autre

Carl Honoré, journaliste canadien vivant à Londres, écrivain, chroniqueur et auteur du best-seller L'éloge de la Lenteur, s’est intéressé à la lenteur suite à une brutale prise de conscience qui, selon ses dires, "lui ouvre les yeux" : en 2004, alors en transit à l’aéroport de Londres, après avoir hésité à acheter un livre intitulé : « Comment raconter l’histoire du soir à ses enfants en moins de 60 secondes », il réalise l’absurde de la situation : celui de passer à côté de sa « vraie » vie.

Pris dans le tourbillon de la vie, sans cesse occupés à nous souvenir de ce que nous n'avons pas fait ou de ce qu'il nous reste à faire, nous avons tous expérimenté le fait d'être là sans être vraiment là, le fait d'entendre l'autre sans vraiment l'écouter. Notre difficulté à être pleinement présent, conjugué à la difficulté de l'autre à l'être pour nous, est un frein à la création d'une relation authentique et nourrissante.

La qualité d'un échange dépend de votre capacité à démontrer à l'autre un véritable intérêt pour lui et ce qu'il dit. En effet, si vous ne réagissez pas à ce qui est dit, si vous êtes concentré sur vous, voire si vous coupez la parole, vous constaterez rapidement que la discussion va se tarir.

Les véritables moments d'écoute sont rares : faites-en le cadeau à votre interlocuteur.

 

L'attention : un pur acte d'amour

« L’attention est un autre nom pour l’Amour quand celui-ci ne se contente pas d’émotions ou de bonnes volontés mais devient l’exercice quotidien d’une rencontre avec ce qui est, avec ce que nous sommes. »

Jean-Yves Leloup, Un art de l’attention

Etre attentif à l’autre, c’est lui dire Je t’aime. Je suis là pour toi. C’est lui faire passer le message : Tu es important pour moi.

L’attention que nous portons au monde, à soi, aux autres, est ce que nous avons de plus précieux. Car là où se porte votre attention, se concentrent à proportions égales votre temps et votre énergie.

Or, comme nous le savons si bien, notre temps comme notre énergie ne sont pas des ressources illimitées. Les choix que vous faisons jour après jour donc toute leur importance.

Interrogez-vous sans détour sur la qualité de l’attention que vous choisirez de porter à vous-même et aux autres.

Faites-le délibérément, en conscience.

 

{En pratique} Créer une bulle de calme pour soi et son enfant

Quel parent n'a jamais entendu son enfant lui reprocher de ne pas l'écouter ? "Tu ne m'écoutes pas !""Tu n'as rien entendu de ce que je t'ai dit !". Même tout petits, nos enfants sentent lorsque nous ne sommes pas vraiment disponibles pour eux. Et très vite, ils s'en énervent et nous le reprochent.

Ecouter vraiment son enfant, c'est "lui offrir une présence enveloppante qui crée un profond sentiment de sécurité". Et parfois, il suffit de créer entre lui et nous les conditions qui favoriseront un échange et une écoute de qualité, comme par exemple :

  • Eteindre la télévision (avez-vous remarqué combien ce seul geste ramène instantanément le calme chez soi, même temporairement ?).
  • Mettre nos smartphones (encore eux !) en silencieux.
  • Partir s'isoler tous les deux dans une pièce au calme pour discuter.
  • S'installer confortablement, même pour un échange de courte durée.
  • Montrer à l'autre sa disponibilité (physique et psychique) : "Je suis là pour toi".

 

Jeanne Siaud-Facchin, psychologue clinicienne et auteur de l'incontournable Tout est là, juste là (Odile Jacob, 2014), propose aux parents un petit exercice pour être sûr d'être présent :

"Quand votre enfant vous parle, centrez-vous sur les sensations que ses paroles procurent en vous. Simplement sur les sensations. Ainsi, vous vous sentirez être là. Régulièrement, assurez-vous, en vous reconnectant aux sensations corporelles, que vous n'avez pas "débranché". Au début, cela vous demandera une vigilance particulière. Puis, une fois entraîné, vous le ferez spontanément. Ce qui vous permettra de "revenir" très vite dès que vous avez dérivé de vos pensées. Un exercice valable en toutes circonstances. En couple. Avec des amis. Dans des situations professionnelles. La qualité de l'écoute change profondément la relation. A tous les niveaux. Etre en présence, c'est être authentiquement là. Pleinement là".

 

{Coaching} CETTE SEMAINE, J'ACCORDE MA PLEINE ATTENTION A L'AUTRE

 

Tout au long de cette semaine, je vous propose de vous engager à accorder votre pleine attention à l'autre, qu'il s'agisse de l'un de vos enfants, de votre conjoint, d'un(e) ami(e), d'un collègue, d'un client, d'un passant qui vous arrête en pleine rue pour demander son chemin !

Mon objectif à travers cet exercice est de vous faire expérimenter une qualité d'expérience différente de celle où nous n'accordons notre attention qu'à moitié (et parfois encore moins).

Soyez pleinement présent(e) à l'autre, écoutez-le vraiment, faites-lui consciemment le cadeau de votre attention et observez simplement ce qui se passe :

1) En vous d'abord.

  • Que remarquez-vous en vous ? Comment vous sentez-vous ?

  • Vous remarquerez probablement que vous vous sentirez plus centré, moins dispersé, peut-être plus calme aussi.

  • Quoi d'autre ?

2) En l'autre enfin. 

  • Votre interlocuteur réagit-il différemment que d'habitude ? Que percevez-vous de différent chez l'autre ?
  • Quelles sont, enfin, les difficultés que vous avez éventuellement rencontrées au terme de cette expérience d'une semaine ?

En réalité, vous constaterez rapidement qu'accorder sa pleine attention à l'autre change toute la qualité de la relation...

Expérimentez-le cette semaine concrètement et venez partager avec moi votre ressenti et me dire ce que cela a changé dans la relation.

 

Belle semaine à vous sous le signe de la présence attentive et bienveillante !

9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 06:30
{Inédit} 3 ateliers pour ralentir, trouver son équilibre et gérer son énergie !

Suite et fin de mes nouveaux ateliers en ligne pour ce premier semestre 2016 !

 

 

Ralentir : Gérer son temps autrement et faire du temps son allié

 

Du 4 avril au 1er mai 2016

 

LE TEMPS ET MOI : « A QUI APPARTIENT MON TEMPS ? »
  • Etat des lieux : « Je fais le point sur mon agenda ».
  • Comprendre sa propre relation au temps.
  • Travailler sur ses représentations et ses croyances sur le temps
  • Débrancher le pilotage automatique pour reprendre la main.
SE REAPPROPRIER SON TEMPS 
  • Passer d’un temps subi à un temps choisi.
  • Mille et une façons de gérer son temps : laquelle est la vôtre ?
  • Donner du sens (et de la valeur) à son temps.
  • Se réapproprier son temps : plus facile qu’il n’y parait !
MIEUX DEFINIR ET ARBITRER SES PRIORITES 
  • « Pas assez de temps pour tout faire ! » : le difficile arbitrage, au quotidien, de nos priorités.
  • Prioriser, c’est choisir.
  • Sortir de la toute-puissance et revenir à une gestion du temps plus réaliste.
  • Arbitrer ses priorités : des petites habitudes qui font une grande différence !
RALENTIR QUAND TOUT ACCELERE : UNE QUESTION DE CHOIX 
  • Prendre conscience de son propre tempo.
  • Repérer (et respecter) ses « temps incompressibles ».
  • Ralentir en famille : prendre le temps d’être parent.
  • Slow Life : et concrètement, on fait comment ?

 

* Informations et  inscriptions (90 € un seul atelier)

http://www.dianeballonadrolland.com/l-atelier/ralentir-gerer-temps-autrement-faire-temps-allie/​

 

 

Concilier vie pro et vie perso : Créer l'équilibre juste pour soi

 

Du 2 au 29 mai 2016

 
UNE QUESTION DE LIMITES : DÉLIMITER SON IMPLICATION DANS LA SPHÈRE TRAVAIL
  • Quand la vie professionnelle déborde et finit par occuper tout l’espace…
  • Quelle place accordez-vous à votre travail ?
  • Une nécessité : remettre le travail à sa juste place.
  • Pistes concrètes pour mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle
CRÉER L’ÉQUILIBRE QUI EST JUSTE POUR SOI
  • Trouver son équilibre : de quoi parle-t-on ?
  • Atteindre l’équilibre : une utopie ?
  • (Ré)concilier sérénité et efficacité
  • Construire sa propre définition de l’équilibre

* Informations et inscriptions (90 € un seul atelier) : 

http://www.dianeballonadrolland.com/l-atelier/concilier-vie-professionnelle-et-vie-personnelle-creer-lequilibre-juste-pour-soi/

 

 

Gérer son énergie : Prendre la responsabilité de son énergie et se préserver de l'épuisement

 

Du 6 juin au 3 juillet 2016

 
PRENDRE LA RESPONSABILITE DE SON ENERGIE
  • Gérer son énergie : pilier de la gestion du temps et de la gestion du stress.
  • Se préserver : une priorité absolue pour tenir dans la durée !
  • Pistes concrètes pour mieux gérer son stress.
ALLEGER LA CHARGE MENTALE EN APPRENANT A DECONNECTER 
  • Votre énergie mentale : une ressource précieuse… et limitée !
  • Comprendre le besoin de s’oxygéner et l’importance des temps de déconnexion / pause.
  • Savoir se rebrancher sur ses besoins.
  • Faire de la place dans son quotidien pour le plaisir et le ressourcement.
APPRENDRE A GERER SON ENERGIE DANS LA DUREE
  • Apprendre à gérer son énergie dans la durée.
  • Chronobiologie : prendre en compte ses rythmes biologiques.
  • Savoir repérer vos fuites d’énergie et faire face aux situations/personnes/activités énergivores.
  • Identifier vos meilleures stratégies pour récupérer après une période stressante et recharger les batteries.

* Informations et inscriptions (90 € un seul atelier) : 

http://www.dianeballonadrolland.com/l-atelier/gerer-son-energie-prendre-la-responsabilite-de-son-energie-et-se-preserver-de-lepuisement/​

***

* Inscription unique aux 3 ateliers (180 € les trois ateliers): https://www.weezevent.com/3-ateliers-ralentir-concilier-vie-pro-et-vie-perso-et-gerer-son-energie

 

 

4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 06:30

 

Ancien trader, Gilles Vernet a travaillé dans les années 90 dans les plus grandes banques internationales. Vivant à un rythme frénétique, il a tout quitté en 2001 après avoir appris que sa mère était atteinte d’une maladie incurable.

Ce saut dans le vide l’a emmené à se recentrer sur ses passions : l’écriture et la transmission. Il a écrit des scénarii pour la télévision (dont Joséphine Ange Gardien) et s’est lancé dans une carrière d’instituteur.

Passionné de longue date par la question du temps et du développement exponentiel de la modernité, c’est la lecture du livre « Accélération » d’Hartmut Rosa qui l’a décidé à réaliser un film sur ce sujet. Pour la première fois, un livre proposait une analyse philosophique de ce phénomène dont ses années dans la finance lui avaient montré en même temps le pouvoir et l’absurdité.

En partageant ses interrogations avec ses élèves, il a été sidéré par la justesse de leurs réflexions et a décidé de filmer cette classe multiculturelle, symbole de l’école Républicaine, qui livrait une image bien plus optimiste que celle véhiculée parfois par les média.

 

Pourquoi nos sociétés recherchent-elles toujours plus de croissance ?

 

A quel impératif obéit cette accélération alors même que ces enfants de 10 ans mettent en évidence ses limites ?

 

 

 

Voilà des mois que j'attends de pouvoir découvrir le documentaire de Gilles Vernet et de vous en parler ici ! En salle le 20 avril prochain, l'équipe du film part en tournée à travers plusieurs villes de France pour une projection en avant-première : dès le 6 mars à Rennes, le 11 mars à Avignon, le 13 mars à Montpellier, le 13 avril à Paris, etc. (Toutes les dates et villes ici).

 

 

 

 

Devenez co-producteurs du film en soutenant sa diffusion

 

Vous pouvez soutenir le projet et la diffusion du film en devenant co-producteurs via Touscoprod.com à partir de 5 € ! 132 "coprods" ont déjà financé près de la moitié du montant nécessaire à une plus large diffusion. Il nous reste 32 jours à compter d'aujourd'hui pour apporter notre soutien à Gilles Vernet et à son équipe.

 

http://www.touscoprod.com/fr/toutsaccelere

 

 

J'arrête de vivre à 100 à l'heure : appel à témoignages

 

A la suite de la projection du film à la SCAM début 2015, Anne Ghesquière et Gwenaëlle Painvin, mes éditrices, ont proposé à Gilles Vernet d’écrire un livre « J’arrête de vivre à 100 à l’heure ! » dans la même collection que J'arrête de procrastiner, mon tout dernier livre, chez Eyrolles. Autant vous dire qu'il me tarde déjà de le lire !

Ce livre intégrera des témoignages vécus tant pour constater le problème que pour y apporter des alternatives.

http://toutsaccelere.com/

Facebook - Twitter

 

24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 06:00
www.dianeballonadrolland.com

www.dianeballonadrolland.com

Grand bonheur de vous présenter aujourd'hui mon tout nouveau site professionnel :

 

www.dianeballonadrolland.com

 

 

Bon, il était plus que temps, me direz-vous, tant celui que j'avais créé début 2014 semblait bricolé par mes soins (et il l'était !)...

Des mois que je mûrissais le projet d'un site qui pourrait réunir en un même lieu l'ensemble de mon activité et qui reflèterait avec justesse ma démarche.

Des mois à chercher celui ou celle qui saurait rentrer en résonance avec l'état d'esprit qui m'anime et avec mes attentes, précises.

Et puis, un jour j'ai trouvé.

 

La perle rare.

 

"La joya", et non, je ne vous parle pas de Paulo Dylaba, qui joue ce soir, au moment où j'écris ces lignes, avec la Juventus son 8ème de finale de la Champion's League ! (Oui, j'avoue, j'adore écrire en regardant un - bon - match de foot !)

 

Mon joyau à moi, c'est May Lopez, jeune webdesigner toulousaine qui se décrit modestement comme un "petit couteau suisse créatif" ! Petit couteau suisse, peut-être, mais surtout immense talent, qui conçoit son travail comme je conçois le mien : en mode Slow.

 

{Visite son blog Vie de Miettes et son compte Instagram}

 

Cela ne pouvait être qu'elle.

 

Et au moment de vous dévoiler mon tout nouveau site, je sais en cet instant que j'ai fait le bon choix !

 

 

 

 

Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse le découvrir, tranquillement, à votre rythme.

Vous verrez, j'y présente ma démarche, mes différentes prestations, mon parcours, mon agenda aussi, mis à jour (presque) en temps réel et accessible dès la page d'accueil.

Tout le contenu n'est pas encore disponible à 100 % (boulot énormissime !) mais l'essentiel y est.

 

***

 

Pour illustrer l'équilibre et la légèreté qui me sont chères, j'ai également eu le plaisir de travailler avec Claire, aka Lili Plume, autre créatrice de talent. Claire a illustré le visuel de ma page d'accueil avec ses très poétiques choupigirls dont je suis littéralement tombée amoureuse ! Elle le sait, je les adore ! Ma fille aussi...

 

{Visiter son atelier Bidouillé par Lili}

 

 

 

 

 

 

 

Et enfin, je vous réserve une jolie surprise : un tout nouveau blog, Fais briller ton étoile !

Mais là encore, je vous laisse le découvrir et vous en reparlerai très bientôt ici.

 

 

 

 

 

 

Voilà, voilà ! J'espère que le site vous plaira et que vous vous sentirez bien dans mon nouvel univers.

 

Je m'étais fixée pour objectif de le finaliser avant le lancement de mon nouveau livre, J'arrête de procrastiner, qui sort demain en librairie. Voici chose faite (just in time...) ! 

 

Je peux désormais profiter avec délectation de vos premières réactions avant de m'accorder quelques jours de vacances bien méritées avec ma petite famille.

 

Belle visite et à très vite !

Diane

 

 

9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 07:11
En 2016, je laisse aller ce qui m'encombre ! {Rituel des ballons}


Désencombrer vous permettra de recentrer votre temps sur vos priorités et de vous réapproprier votre vie. Ne garder que ce qui vous est utile ou agréable, c'est apprendre à vous connaître, à choisir, à affirmer ce qui vous plait ou pas et l'assumer aux yeux des autres.

L'art du désencombrement, Alice Le Guiffant et Laurence Paré

 

Est-ce que vous vous souvenez du film d'animation des studios Disney Pixar Là-Haut, sorti en 2009 ?

Si vous avez eu la chance de le voir, vous vous souvenez probablement de Carl, ce vieux grincheux de 78 ans qui décida un jour, pour échapper à la maison de retraite du Grand Chêne et rester libre, d'accrocher des milliers de ballons à sa maison pour qu'elle s'envole.

Son grand rêve : partir s'installer avec sa maison (et ses vieilles affaires) près des chutes du Paradis, comme promis à sa bien-aimée disparue, Ellie, grande aventurière avec laquelle il vécut une vie heureuse. Carl s'envola sans le savoir avec le très jeune scout Russel, point de départ de cette longue aventure.

Mais ce que j'ai trouvé intéressant, au-delà de la poésie et de l'humour très présents dans le film, c'est précisément la façon dont, au fil de l'histoire, Carl a dû, pour sauver sa peau et celle de Russel, se délester, au sens propre comme au sens figuré, des vieux meubles qui lui rappelaient Ellie.

 

Le choix était là : s'accrocher au passé, aux vieux souvenirs, à ce qui n'est plus, ou les laisser derrière lui, s'alléger pour continuer à vivre et à aller de l'avant.

 

Quand on s'inscrit dans une démarche d'allègement et de désencombrement de sa vie, on se retrouve rapidement confronté à la même difficulté que Carl : celle de devoir choisir entre le passé qui n'est plus et un avenir à construire.

 

Pour bien démarrer l'année et faire un premier pas en direction d'une vie allégée, je vous propose de vous livrer à une expérience hautement symbolique et follement libératrice : celle de vous délester au sens propre de ce qui vous encombre, vous pèse, vous freine, vous limite, grâce au RITUEL DES BALLONS* !

N'hésitez pas pour cet exercice à solliciter vos enfants (neveux, petits-enfants... ) qui seront plus que ravis de "jouer" avec vous !

 

  • 1ère étape : rendez-vous dans un magasin de farces et attrapes ou dans un centre commercial bien achalandé pour y acheter les plus beaux ballons de baudruche (et idéalement de l'hélium, qui peut se commander via Internet). Choisissez-les colorés (un peu comme sur le visuel).

 

  • 2ème étape : choisissez un lieu symbolique pour vous, un lieu qui vous inspire une forme de liberté, ou de sérénité, à votre convenance. Il peut s'agir de la plage si vous habitez près de la mer, très tôt le matin par exemple, ou d'une montagne, d'un beau paysage, d'un parc, d'une rivière, etc.

 

  • 3ème étape : octroyez-vous un moment à vous, faites la liste de tout ce qui vous encombre et choisissez parmi cette liste 5 points (ou plus). Ceux qui vous parlent le plus. Ceux dont vous avez le plus envie de vous débarrasser. Ceux surtout dont vous êtes prêtes à vous délester.

 

  • 4ème étape : écrivez chacun de ces 5 points (ou plus) sur un petit bout de papier. Vous pouvez vous amuser à le formuler de la façon dont vous le souhaitez, à utiliser le stylo qui vous plait le plus (un feutre coloré, ou plusieurs feutres ?). Vous pouvez simplement noter votre point ou, si l'inspiration vous prend, vous adresser directement à ce point : "Chère pile de papiers administratifs, chaque jour en me levant, je te vois et te voir me fatigue. Je n'ai plus besoin de toi. Tu n'as plus ta place dans ma vie, je te dis "Bye Bye". Bon vent !"

 

  • 5ème étape : ouvrez votre agenda et choisissez un moment où vous pourrez vous rendre, seule ou avec vos enfants (un bon alibi si vous ne vous sentez pas super à l'aise pour faire cet exercice...), sur ce lieu.

 

  • 6ème étape : le jour J, prenez avec vous vos petits bouts de papier, vos ballons de baudruche, de la ficelle (ou du bolduc), une paire de ciseaux pour couper la ficelle ou le bolduc, et vos enfants ;-) Et vous vous en doutez en lisant ces lignes, vous allez tout simplement placer un bout de papier dans un ballon, gonfler le ballon, le fermer, l'accrocher à un bout de ficelle... et le laisser aller dans le ciel.

 

En laissant votre ballon s'envoler, accompagnez votre geste du sentiment conscient de laisser aller ce poids qui vous pèse. Ressentez pleinement ce sentiment de vous en délester.

 

  • 7ème étape : Respirez un bon coup, ne vous sentez-vous pas déjà plus légère ? N'oubliez pas de célébrer le courage que vous avez eu à jouer le jeu et à vous prêter à ce petit rituel symbolique en vous récompensant comme vous le souhaiterez.

 

Attention, rituel ultra puissant, attendez-vous à de jolies surprises dans les jours ou les semaines qui suivent cet exercice... ;-)

 

 

 

* Exercice inventé pour mon atelier en ligne 3 mois pour désencombrer et alléger sa vie, conçu en 2014 (session #4 prévue en octobre 2016)

 

 

30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 05:20

               

 

L'automne est une saison que j'adore ! J'ai grandi en Bourgogne, région magnifique en cette saison, des paysages entiers teintés de rouge, jaune, marron et orange... Une saison propice au cocooning et aux activités à pratiquer chez soi, avec les enfants, les jours de pluie notamment !

Ce week-end, alors que je cherchais dans ma librairie préférée un livre sur l'automne pour ma fille de 6 ans, en prévision de l'herbier d'automne que nous allons créer ensemble, je suis tombée par hasard sur un livre pour lequel j'ai eu un véritable coup de coeur... Pour preuve, je bouscule même la programmation de mes billets pour vous le présenter dès ce mercredi !

 

Ce livre, le voici : Une année d'activités détente avec mes enfants, 52 semaines d'activités pour s'épanouir en famille, chez Mango.

Pour redécouvrir le plaisir d'être ensemble !

 

"Combien de fois par semaine entendez-vous "Je ne sais pas quoi faire...", "Joue avec moi...", "Je m'ennuie !". Vous aimeriez passer un moment privilégié avec vos enfants mais voilà, l'inspiration n'est pas toujours au rendez-vous !

Pas de panique, mon année détente recense pour vous plus de 200 activités ludiques et relaxantes, faciles à mettre en place, même par les parents les plus débordés ! Yoga, méditation, histoires relaxantes, activités créatives et pédagogie Montessori, tout est fait pour favoriser complicité et partage avec eux.

Vous pouvez commencer à tout moment de l'année, et semaine après semaine, vous verrez progresser vos enfants. A la fin du livre, l'ambiance à la maison sera apaisée et tout le monde en redemandera !"

 

J'ai apprécié les histoires relaxantes, histoires à lire à son enfant pour favoriser les moments de détente et de relaxation à deux. Comme par exemple, "Les nuages", ou encore "Les feuilles" et "Devant la cheminée", toutes créées par l'une des trois auteurs, Shobana R. Vinay, enseignante de yoga en milieu scolaire.

 

Mais j'ai aussi et surtout été conquise par plusieurs activités qui m'ont semblées particulièrement adaptées pour ralentir en famille. Elles ont été créées par Sophie de Mullenheim, maman de six enfants et auteur de livres de loisirs créatifs pour la jeunesse. J'en ai sélectionné trois pour vous.

 

       

 

 

3 activités détente et créatives

pour ralentir en famille :

 

1) On arrête tout !

 

Par les temps qui courent... L'expression dit à elle seule dans quelle ambiance vouv vivez au quotidien. C'est la course ! Et vos enfants pâtissent eux aussi de ce rythme soutenu, infernal presque. "Dépêche-toi !", "Vite !", "Allez, presse-toi un peu !", combien de fois dites-vous ces petites phrases au quotidien ? Et pourtant il est si important d'apprendre à se poser, à s'ennuyer aussi pour un enfant. Alors, pour briser ce rythme effréné et profiter un peu plus de l'instant présent, proposez de temps en temps de dire STOP ! Une façon toute simple de redonner du temps au temps...

 

C'est un petit jeu très simple qui ne demande aucun matériel et qui peut se faire partout. Il consiste à crier "STOOOOP !" à un moment inattendu de la journée et... à s'arrêter.

Chacun suspend son activité et s'apaise pendant deux minutes. Le petit qui jouait avec ses cubes arrête de faire sa pyramide, les grands qui se chamaillaient cessent sur-le-champ et vous qui vaquiez à mille choses, vous vous posez aussi.

Pendant deux minutes, le temps est suspendu.

Mais quoi faire alors ? Rien. Sinon regarder mieux ce qui nous entoure, respirer profondément, écouter le silence, avoir une meilleure conscience de ce que l'on était en train de faire mécaniquement, observer les autres...

Se réapproprier le moment présent en somme.

Concrètement, avec les enfants, cela vous permet de désamorcer une dispute (qui reprendra plus difficilement après deux minutes de calme), d'apaiser un peu l'excitation de la journée, de faire régner le silence quand le bruit enfle à la maison.

Si vous ne voulez pas crier "STOP !", agitez une petite cloche à la place. Elle tintera de nouveau à la fin des deux minutes. Et puis, de temps à autre, ce peut être quelqu'un d'autre que vous qui lance le signal. Vous pouvez aussi utiliser un minuteur de cuisine !

 

         

 

2) Journée sans montre

 

Inutile de le dire, les horaires sont souvent source de stress à la maison comme partout. Hélas, en semaine, ils sont nécessaires, voire incontournables. Alors, profitez d'un week-end ou d'une période de vacances pour vous libérer de leur carcan. Dites à vos enfants qu'aujourd'hui, il n'y aura pas de montre, donc pas d'horaires. Et jouez vraiment le jeu. Laissez vos montres au placard, éteignez les alarmes de vos téléphones et évitez de jeter un oeil à l'horloge du four ! Pas d'horaire, cela veut dire liberté totale et improvisation. Vos enfants vont adorer et vous aussi. A la fin de la journée, tout le monde sera plus reposé.

 

Commencez la veille, en désactivant votre alarme de réveil pour le lendemain.

Profitez-en pour faire une grasse matinée. Vous pouvez ensuite vous prélasser au lit et laisser vos enfants vous y rejoindre et leur lire une histoire.

Installez un buffet froid dans votre cuisine pour que chacun se serve quand il le désire. Les petits s'émerveillent de cette liberté et les gourmands se réjouissent !

Pour ne pas rester chacun dans son coin, retrouvez-vous à table pour discuter. Peu importe si tout le monde mange ou non.

Ensuite, allez dehors et essayez chacun votre tour de devenir l'heure qu'il est grâce à la position du soleil. Cela vous permet de vivre au rythme de la nature.

Une journée sans montre en déstabilisera peut-être plus d'un, à commencer par vous. Mais si vous la répétez plusieurs fois, vous découvrirez que certaines choses pour lesquelles vous instaurez des contraintes horaires se font aussi bien sans. Avec le temps, vous apprendrez sans doute à être plus souple et moins stressé.

 

3) Tous en pyjama !

 

Après la journée sans montre, voici la journée sans s'habiller ! Le but n'est certainement pas de faire un défilé de pyjamas mais plutôt de prendre le temps de ne rien faire. Pas de sortie en voiture, pas de courses, à peine un pas dans le jardin si vous en avez un. Bien entendu, ce genre de programme convient plus à la saison hivernale ou à une journée où il ne fait pas bon mettre le nez dehors. Prévoyez alors toutes sortes de petites activités particulièrement silencieuses et relaxantes.

 

Une journée pyjama sans coussins, couettes et polochons n'en est pas une. Rassemblez tous ceux que vous avez et aménagez un espace spécial dans une pièce de la maison. Chacun viendra s'installer là avec un bon livre ou pour faire un jeu de société. Soignez l'ambiance avec un peu de musique douce relaxante ou classique. Et pourquoi pas quelques bâtons d'encens ?

Organisez un atelier bricolage ou une séance de massage : massage des pieds (ou des mains pour les plus chatouilleux), des épaules...

Faites quelques petits exercices de yoga et de méditation proposés dans ce livre.

Pour les repas, prévoyez plutôt un brunch consistant qui démarrera la journée et tiendra lieu de déjeuner. Jus d'orange, chocolat chaud, croissants, tartines grillées, thé ou café, charcuterie, oeufs à la coque, salade de fruits... Au goûter, céréales et smoothie pour tout le monde. 

Et pour terminer, une petite tisane avant de se coucher sauf pour les petits qui ont du mal à se retenir la nuit.

 

                  

 

Une année d'activités détente avec mes enfants, 52 semaines d'activité pour s'épanouir en famille (2015, Mango) - 19,95 €

 

 

Signé par Diane de Zen et Organisée ! - dans Enfants zen Famille zen Slow Life Ralentir
commenter cet article
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 05:30

 

       

 


Le temps se fiche des montres comme de l'an quarante. D'ailleurs, il existait bien avant qu'on les ait inventées.

Etienne Klein


Fin avril dernier, Camille m'adressait pour la première fois un mail dans lequel elle me posait une question tout à fait pertinente sur la Slow life et la gestion du temps.
 
Plutôt que de lui répondre directement, j'ai eu envie, avec son accord, de partager plus largement ma réponse sur le blog, pour que vous puissiez également, si vous le souhaitez, participer au débat et me faire part de votre point de vue personnel.
 
Voici la question de Camille. 

Question qui me taraude !

Bonjour,

J'ai lu avec intérêt certains articles de votre blog car la gestion du temps est quelque chose qu'il me semble mal maîtriser.

J'ai pris conscience de l'importance de bien gérer son temps lorsque l'année passée, travaillant pour une petite structure prestaire des bailleurs sociaux en Ile-de-France, j'ai fait un burn-out. Je n'ai pas su mettre des limites dans mon travail et cela s'est retourné contre moi.

2 constats après cette période: il faut que j'arrive à mettre ces limites et gérer mon temps en m'organisant différemment, et je ne veux plus que mon temps pro prenne autant de ma place dans ma vie, je veux prendre le temps et trouver un bon équilibre entre le pro et le perso.

Depuis, j'ai quitté mon travail et suis en création d'entreprise: d'où ma vigilance concernant la gestion du temps et l'organisation personnelle. Du coup, je me renseigne et j'apprends.

J'ai une question que je souhaiterais vous poser: dans votre article présentant des astuces pour mieux gérer son temps, vous conseillez d'évaluer le temps que prennent les tâches à effectuer et de se borner à respecter le temps imparti que l'on s'est fixé en amont pour réaliser une tâche. Or, dans un autre article, vous dites que vous n'utilisez plus de montre pour prendre votre temps. Je retrouve dans ces 2 articles les contradictions qui sont souvent les miennes à l'heure actuelle: je souhaite prendre mon temps, vivre "slow", équilibrer pro et perso, mais lorsque je ne planifie rien j'ai la sensation de perdre mon temps car je laisse traîner, je reporte, parfois je me laisse déborder,...

Parfois j'ai même conscience que j'évalue très mal le temps qu'il me faut pour faire quelque chose, et du coup je me laisse dépasser et je culpabilise.

Comment donc faites-vous pour à la fois prendre le temps, tout en planifiant et en gérant votre temps (sans montre du coup ?) ? Gestion du temps et "slow life" seraient donc bel et bien compatibles, est-ce que je me torture pour rien ?

Si jamais vous preniez quelques minutes pour me répondre, je vous remercie par avance pour vos mots et votre temps !

Je vous souhaite une bonne continuation dans vos multiples activités.

Camille

 

Beaucoup de choses à dire, Camille, en réponse à ton mail ! Tellement de choses à dire que les points que j'avais envie de partager avec toi (je te tutoie... !) arrivaient pêle-mêle et se bousculaient littéralement dans ma tête ;-)
 
J'ai pris donc le temps de démêler et d'ordonner ce enchevêtrement d'idées pour que mon propos soit intelligible et j'ai donc choisi de le structurer en 3 points :
 
 
 
1- A propos de la montre
 
 
                   
 
 
Je te rassure : si en effet je ne porte plus de montre depuis bien des années, j'ai néanmoins comme bon nombre d'entre nous un téléphone portable qui n'est jamais très loin de moi, que j'emporte quasiment partout où je vais (sauf aux toilettes !).
 
Le portable me permet donc de lire l'heure, de me situer par rapport au temps mais également d'y programmer des alertes dès que j'en ai besoin (et j'en programme pas mal car elles me permettent d'alléger ma charge mentale et de libérer de l'espace disponible dans mon esprit).
 
Mais je t'avoue que je n'ai pas toujours besoin de lire l'heure sur mon portable car j'ai développé au fil des années une plutôt bonne notion du temps et je m'amuse souvent à ressentir l'heure qu'il est ! Je me trompe rarement et parviens à trouver l'heure juste, avec de temps en temps une marge d'erreur de 5 minutes ;-)
 
C'est même devenu un jeu qu'on pratique en famille ! (à l'écrire, ça fait très famille psychopathe du temps mais là aussi, je te rassure, on est plutôt cool...). 
 
 
 
2- Une histoire de Tempo Giusto avant tout
 
 
         
 
 
Quand il est question de Slow life, il ne s'agit pas évidemment de tout faire lentement et de ralentir dans chacune de nos activités. Ce ne serait tout simplement pas approprié à nos vies d'aujourd'hui.
 
Comme je l'évoquais dans un précédent billet, le « Slow » repose sur une idée très simple qui consiste à chercher la vitesse appropriée à chaque activité que nous réalisons : notre façon de nous réveiller, de faire l’amour, de travailler, de manger, de regarder la nature, de passer du temps avec nos enfants…
 
Il s'agit en fait de trouver un meilleur équilibre entre activité et repos, travail et temps libre.
 
Chercher à vivre ce que les musiciens appellent le « tempo giusto », la bonne cadence, en allant vite lorsque notre activité l'exige et en se ménageant des pauses dès qu'on le peut.
 
Chacun devrait pouvoir s’appliquer à trouver son propre « tempo giusto », le propre rythme qui lui convient, en fonction de ses propres rythmes biologiques, mais aussi en fonction de son activité ou de sa priorité du moment.
 
Pascale d'Erm l'explique très bien dans son livre Vivre plus lentement (2010, Editions Ulmer) : 
 
"Ralentir, ce n'est ni s'ennuyer, ni paresser... et encore moins être nostalgique. C'est se poser pour réfléchir, choisir, agir selon ses convictions, maîtriser son temps pour apprendre à "changer de vitesse" selon nos différentes activités. Certaines activités comme l'alimentation, les loisirs, la vie familiale, amicale... requièrent du temps pour profiter véritablement de leurs bienfaits.
En freinant un grand coup, on se réapproprie son temps personnel, et ce faisant, on parvient à ajuster ses envies avec son mode de vie réel. Au quotidien, la lenteur peut se décliner dans le travail, les rapports familiaux, amicaux, sociaux, et s'immiscer dans tous les interstices laissés vacants par le culte de l'urgence. Vivre plus lentement permet de renouer des liens plus intenses et plus authentiques, y compris avec les plus lents d'entre nous, aux deux extrémités des âges de la vie.
(...)
Mieux vaut décélérer en plusieurs paliers avant de toucher à l'essentiel : la saveur de vivre. Chacun trouvera alors son propre rythme, son "tempo giusto" comme l'appelle Carl Honoré, en hommage au tempo musical optimum pour chaque musicien, et pour chaque oreille aussi."
 
 
Ce que je veux te faire comprendre à travers cette citation, Camille, c'est bien que Slow Life et gestion du temps sont compatibles, et au-delà, je dirais même indissociables ! Le fait d'arbitrer tes priorités, qu'elles soient mensuelles, hebdomadaires ou quotidiennes, ou encore de planifier ton travail ou tes projets dans un temps défini ne s'oppose pas, bien au contraire, à la nécessité de marquer des pauses et de ralentir le tempo quand tu en ressens le besoin.
 
 


La question que l'on peut se poser est :
Quelle conception de la gestion du temps avons-nous ?


Il est évident que si l'on considère la gestion du temps comme des pratiques contraignantes qui ne visent qu'à millimétrer chacune de nos actions et à nous inscrire dans une productivité/rentabilité continue, on s'éloigne à grands pas des bienfaits du Slow dans sa vie.

La gestion du temps est intimement liée, plus que jamais aujourd'hui, à la gestion de son énergie, et plus largement à la gestion de soi.

C'est précisément le fait de bien gérer mon temps qui me permet, in fine, de prendre mon temps.

Bien loin d'ajouter à mon quotidien déjà bien chargé des contraintes supplémentaires, la gestion de mon temps m'apporte davantage de fluidité et de liberté dans l'organisation de mes journées.

Elle me permet surtout de mieux gérer mon énergie et d'économiser mes efforts, me rendant plus disponible pour saisir le "moment juste" cher à Kairos...



3- Kairos Vs Chronos : l'art de saisir le "moment juste"

 

                    

 

Le dieu grec Kairos, par opposition au dieu grec Chronos, qui est le dieu du temps physique et linéaire tel qu'on le conçoit en occident (le plus souvent symbolisé par la montre, encore elle !), est quant à lui le temps de l'occasion opportune, du "moment juste".

Le dieu grec Kairos est souvent représenté par un éphèbe aux talons et aux épaules ailés qui ne porte qu'une touffe de cheveux sur la tête. Quand il passe à notre proximité, il y a trois possibilités :

  1. on ne le voit pas ;
  2. on le voit et on ne fait rien ;
  3. au moment où il passe, on tend la main, on « saisit l'occasion aux cheveux » et on saisit ainsi l'opportunité.

 

Kairos a donné en latin opportunitas (opportunité, saisir l'occasion).

 

Ainsi, dans le langage courant, Kairos évoque le point de basculement décisif, avec une notion d'un avant et d'un après. Le Kairos est donc "l'instant T" de l'opportunité : avant est trop tôt, et après trop tard.

 

"Maintenant est le bon moment pour agir."

 

Une notion immatérielle du temps mesurée non pas par la montre, mais par le ressenti...

 

 

           

          

 

 

8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 07:00

 

z8142166AA-Symbolem-Slow-Life-jest-najpowolniejsze-stworzen.jpg

 

 

Face au ressenti d'accélération du temps qui s'exprime ici et là, nous voici de plus en plus nombreux à vouloir ralentir.

La tentation de lever le pied et de renouer avec un rythme plus naturel et moins contraint nous tend les bras. Parfois très subtilement, tel un souffle que nous pouvons facilement ignorer pour continuer notre course. Et parfois de façon plus radicale et soudaine.

En atteste le nombre croissant d'épuisements qui touchent aussi bien les hommes que les femmes. Car oui, la vitesse épuise. Mais en avons-nous vraiment conscience ?

Et quand enfin nous parvenons, non sans mal, à en prendre conscience, nous voici confronté(e)s à un autre problème : celui de ne pas savoir, finalement, comment s'y prendre pour ralentir la cadence.

30 ans, 40 ans, voire plus à fonctionner sur le mode urgences, ça laisse des traces et ça crée des habitudes ! Habitudes alimentées et renforcées au fil du temps par notre éducation et nos croyances. Vous savez, ces mêmes croyances qui vous empêchent par exemple de vous poser, de ne rien faire (sacrilège !) et de mieux apprécier le temps présent, ou encore celles qui vous font culpabiliser à tout bout de champs dès que vous envisagez d'opposer une saine résistance à votre activisme.

Chaque jour, je rencontre et j'accompagne des personnes qui s'inscrivent, parfois timidement, parfois plus franchement, dans cette démarche de réappropriation d'un espace. Un espace pour respirer. Un espace pour souffler. Un espace pour se sentir vivre.

L'envie de ralentir est là mais parfois, la mise en application est difficile : "Comment faire ?  Par quoi commencer ? De toute façon, je n'y arriverai jamais !" Puis progressivement, avec du temps (tiens, encore celui-là !), la magie opère et on se rend compte mine de rien que notre relation au temps a changé, et avec lui, notre ressenti.

Nous devenons plus présents. A soi. Au monde. Et plus vivants.

 

Comment ralentir la cadence ?

 

Voici 3 pistes, parmi d'autres, que je propose à mes stagiaires pour ralentir (et vivre mieux) :

 

1) Observer son propre tempo

 

Avez-vous remarqué combien parfois nous nous emballons et accélérons le pas pour aller plus vite, sans même parfois nous en rendre compte ? Ne vous est-il jamais arrivé de vous surprendre à courir alors même que rien ne l'exige ? Vous savez, ces petits moments où on se dit : "Mais pourquoi je marche si vite, au fait ? Je ne suis pas en retard, je serais même plutôt en avance, cool !".

Cette accélération du temps dont il est souvent question ne provient pas uniquement "des autres". Nous sommes nous aussi à l'origine de cette perception d'accélération de notre rythme. Nous marchons vite, nous conduisons vite, nous parlons vite, nous faisons en sorte que tout puisse se faire le plus vite possible.

Or, tout n'a pas besoin de se faire dans la rapidité. Et même, certains actes nécessitent d'être effectués dans une certaine forme de lenteur. Un risotto, par exemple, ne se cuisine pas "vite", sauf si vous êtes prêt(e) à "négocier" sur le goût (il suffit de comparer un risotto maison et un "risotto minute", mot composé antinomique par excellence !).

Pourtant, dans certains cas, il suffit tout simplement de ralentir un tout petit peu le rythme pour ne plus avoir en permanence cette sensation de courir, pour sentir plus de fluidité et de douceur dans l'enchaînement de ses activités et surtout pour mettre plus d'oxygène dans son quotidien.

Comme des petites soupapes qui permettent de se poser, de reprendre son souffle puis de repartir.

Se lever 10 minutes plus tôt pour moins se presser le matin avant de partir, quitter son travail 5 minutes plus tôt pour marcher au lieu de courir pour aller chercher son enfant à l'école, manger un peu moins vite en prenant le temps de savourer son repas, boire en conscience, s'arrêter 2 minutes pour respirer calmement et clarifier son esprit avant de repartir plus serein(e), il suffit de pas grand chose pour faire une différence réelle dans notre ressenti d'accélération et d'urgence.


Prendre conscience de son tempo

Prendre conscience de son propre tempo, sans jugement, au fil de sa journée, permet déjà de prendre de la distance vis-à-vis des diktats de la vitesse.

Pour y parvenir, il vous suffit tout simplement, à partir de ce lundi qui vient, d'être attentif(ve) tout au long de cette semaine à votre tempo. Quoi que vous fassiez, au travail, à la maison, dans vos déplacements, en conduisant, en cuisinant, quand vous vous occupez de vos enfants, quand vous vous levez le matin, quand vous vous couchez, efforcez-vous de prendre conscience du rythme avec lequel vous accomplissez vos gestes. Il n'est même pas (encore) question de les ralentir. Observez.

Prenez simplement conscience, tout au long de cette semaine, du tempo avec lequel vous accomplissez chacun des gestes, chacune des actions de votre quotidien. Allez-vous vite pour tel geste, moins vite pour tel autre ?  

Prenez conscience, notez intérieurement, ne vous jugez pas et poursuivez naturellement votre route. 


2) S'octroyer chaque jour 5 minutes de silence


Defi-creatif-avril-details-1.jpg

 

Notre esprit sature, d'informations (cette fameuse infobésité), de choses à faire et à ne pas oublier, et nous ne savons plus comment appuyer sur le bouton Off et nous mettre sur pause.

Radio, TV, parfois les deux en même temps, Internet, musique, bruits extérieurs, cris dans la maison, le bruit est partout, les nuisances sonores polluent notre mental et sapent notre capacité d'attention. Ils sont d'ailleurs un facteur de stress très important, qui impacte négativement notre qualité de vie.

Ce zapping incessant ne nous aide pas à rester centré(e) et nous détourne de nos priorités et de nos besoins.

Voici un exercice à portée de chacun qui vous permettra d'expérimenter le silence chaque jour et de reposer votre mental. Simplement. 

Je vous invite donc, à travers cet exercice, à vous offrir chaque jour 5 minutes de pur silence. Ni plus, ni moins. Sans aucun autre objectif que celui d'offrir 5 minutes de répit à votre mental.

Eteignez la télé, éteignez la radio, désactivez les notifications sonores de vos outils digitaux, mettez votre portable en silencieux (et non pas en mode vibreur). S'il ne vous est pas possible de vous isoler chez vous (pour cause d' "enfants bruyants" par exemple !), essayez de le faire à votre bureau, sur la pause déjeuner par exemple, en veillant à transférer votre ligne pendant la durée de l'exercice et à fermer votre porte.

Regardez votre montre, programmez 5 minutes sur votre smartphone si vous le souhaitez et ne faites plus rien pendant 5 minutes. Ne cherchez pas à atteindre quoi que ce soit mais simplement à apprécier, si possible, cet instant de silence.

Et laissez faire.

3) Repérer (et respecter) ses "temps incompressibles"

 

La vie n'est pas faite que de moments que l'on peut condenser, pressuriser, accélérer, bâcler, survoler.

La vie, dans certains cas, a besoin de temps, comme je vous le disais dans un précédent billet, 4 bonnes raisons de prendre son temps.

Et certains temps, n'en déplaise aux plus pressés, sont incompressibles.

A ce propos, Delphine Ernotte-Cunci, Directrice Executive d'Orange France se confiait dans une interview au magazine CLES : "Il s’agit moins de ralentir que de prendre le temps d’imaginer de nouvelles façons de travailler. En vieillissant, j’apprends qu’il y a des temps incompressibles, en particulier dans les relations humaines. Communiquer, c’est compliqué. Pour bien se comprendre, il faut du temps. Considérés par certains comme inutiles, le débat, la concertation, l’interrogation collective sont en fait incontournables".

Le temps des relations humaines est en effet incompressible. Le temps de l'apprentissage également.


Quels sont vos "temps incompressibles" à vous,
ceux sur lesquels vous ne souhaitez pas, ou plus, négocier, rogner, amputer, parce qu'ils sont importants pour vous, qu'ils font sens pour vous et qu'ils méritent toute votre attention et votre temps ? 


     

n2.jpg 


 "Pour trouver les plus beaux coquillages, il faut marcher lentement. Ralentissez." (Dominique Glocheux, Le bonheur au travail)

 

En conclusion, il me semble, à travers ma propre expérience et celle des personnes que j'accompagne sur ce précieux chemin, qu'on ne peut véritablement s'inscrire dans une démarche de ralentissement de son rythme que lorsque nous sommes prêts, vraiment, dans ses tripes et dans son âme, à changer, à nous ouvrir à autre chose, à "oser" vivre autrement.


Et à se réconcilier enfin avec un temps qui ne ressemble qu'à soi.


 

 

 

           LR3-0332.jpg

                       Diane BALLONAD ROLLAND

                      contact@zen-et-organisee.com

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

Maman de 3 enfants, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Organisation Personnelle et Gestion du temps. 

 

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.


"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)