Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 05:45
Déposez les armes et pacifiez votre relation au temps !

 

Le temps est parfois vécu comme une contrainte, voire comme un ennemi à abattre. Certains d'entre nous ont toujours l'impression de courir après lui et de ne jamais en avoir assez.

 

Engagés dans une bataille perdue d'avance, nous mettons alors tout en oeuvre pour en gagner toujours plus, ne pas en perdre davantage ou tenter vainement d'en mettre de côté.

 

D'autres considèrent le temps comme une ressource au service de notre accomplissement et de notre bien-être.

 

Et si nous changions de paradigme ? Et si nous cessions de considérer le temps comme notre ennemi juré dont l'objectif premier serait de nous nuire ?

 

Dédiabolisons le temps une fois pour toutes et retrouvons notre plein pouvoir ! Car non, il n’a pas fomenté en secret un plan machiavélique pour vous mettre des bâtons dans les roues, à vous en particulier, et transformer votre quotidien en enfer. Il ne se réjouit pas non plus, vous narguant de son rire diabolique, de toutes les fois où vous vous sentez débordé(e) et où vous courez après lui. Non, à vrai dire, ne vous en déplaise, il se fiche royalement de ce qui vous arrive car contre toute attente, il est résolument neutre.

 

Souvenez-vous, le temps est ce que nous en faisons, et tant que vous ne reconnaîtrez pas votre part de responsabilité dans le fait que vous manquiez de temps ou non, vous aurez du mal à mettre en œuvre les changements que vous espérez.

 

Déposez les armes une fois pour toutes, pacifiez votre rapport au temps et faites de lui votre meilleur allié car il peut réellement le devenir si vous apprenez à le regarder différemment.  Vous y parviendrez en portant un regard lucide et dépassionné sur la façon dont vous le vivez et le gérez actuellement.

 

  • Avez-vous parfois l’impression de manquer de temps ? Ou au contraire de le gaspiller ?
  • Est-ce qu’il vous arrive de vous sentir complètement débordé, voire surmené ?
  • A quelle fréquence ? Dans quelles circonstances précisément ? Et pour quelles raisons, à votre avis ?

 

Prenez le temps de relire vos réponses et de les analyser :

 

Quelle est votre part de responsabilité ?

 

Qu’est-ce qui coince, finalement ?

 

  • Avez-vous accepté trop d’obligations ?
  • Vous êtes-vous lancé dans beaucoup trop de projets à la fois ?
  • Attendez-vous toujours le dernier moment pour vous atteler à la tâche ?
  • Avez-vous pris l’habitude de partir à la dernière minute lorsque vous quittez un endroit pour en rejoindre un autre ?
  • Vous laissez-vous trop facilement distraire par les réseaux sociaux ?
  • Avez-vous du mal à poser des limites et à dire non ?
  • Surestimez-vous votre capacité de travail ?

 

Bien évidemment, il ne s'agit pas, à travers ce travail d'auto-analyse, de s'auto-flageller ou de culpabiliser, surtout pas, mais simplement de reconnaître, quand elle existe, notre part de responsabilité, et de mettre le doigt, enfin, sur les leviers concrets sur lesquels on peut agir et les marges de manoeuvre qui sont à notre portée !

 

 

 


 

 

Car l'accélération du temps dont il est souvent question ne provient pas uniquement "des autres", ou de la société, même si cette dernière y contribue largement depuis l’avènement des nouvelles technologies. Nous sommes nous aussi à l'origine de cette perception d’urgence et de vitesse. Nous nous mettons nous-même, et beaucoup plus souvent qu’on ne l’imagine, en situation de devoir courir, accélérer le rythme, rattraper notre retard, avec cette impression tenace de ne pas pouvoir prendre notre temps.

 

Pourtant, dans certains cas, il suffit simplement de ralentir un tout petit peu le rythme pour ne plus avoir en permanence cette sensation de courir, pour sentir plus de fluidité et de douceur dans l'enchaînement de nos activités et surtout pour mettre plus d'oxygène dans notre quotidien.

 

Comme des petites soupapes qui permettent de se poser, de reprendre son souffle puis de repartir.

 

Se lever 10 minutes plus tôt pour moins se presser le matin avant de partir, quitter son travail 5 minutes plus tôt et marcher au lieu de courir pour aller chercher son enfant à l’école, manger un peu moins vite en prenant le temps de savourer son repas, boire en conscience, s'arrêter 2 minutes pour respirer calmement et clarifier son esprit avant de repartir plus serein, il suffit souvent de quelques aménagements mineurs pour faire une différence réelle dans son ressenti d'accélération du temps.

 

 

 

 

* Extrait tiré de mon dernier livre, Magical Timing - L'art de retrouver du temps pour soi (2017, Rustica Editions)

13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 06:00
Comment s’organiser sans culpabiliser ? (article invité)

Voilà bien lontemps que je n'avais pas accueilli ici d'article invité ! Et aujourd'hui, je suis ravie d'ouvrir les pages du blog à l'une de mes "stagiaires", que j'ai eu le plaisir d'accompagner le temps d'un atelier :

Laure Jouteau, la délicieuse (et pétillante !) créatrice des Aventurières.

A l'issue de l'atelier que nous avons partagé, Laure m'a proposé d'écrire un article sur sa vision du temps. Le voici !

Diane

 

"Cet article parle de lui-même parce que… j’aurais dû l’écrire il y a plus de 9 mois !

Il y a 9 mois, j’ai fait la formation (géniale) de Diane, Bien s’organiser pour mieux travailler de chez soi, et je lui ai proposé dans la foulée de faire un article. Cet article qui paraît quasi un an plus tard.

Oui mais… c’était la grande Diane Ballonad Rolland, sa formation était brillante, son site est la référence en matière d’organisation et de gestion du temps sans culpabiliser. Qu’est-ce que j’allais bien pouvoir ajouter d’intéressant à sa perspective ?

Alors j’ai traîné, traîné, traîné. Repoussé cet article de mois en mois, écrit une demi douzaine de versions. Et pendant tous ces mois, il pesait sur ma conscience. Oh, pas lourd hein, quelques milligrammes de culpabilité seulement… pendant 9 mois.

Le joli paradoxe, c’est que mon métier c’est d’accompagner des femmes à monter des boîtes qui déboîtent. A libérer leur génie et de vivre (doduement) en faisant ce qui a du sens pour elles. Le plaisir qui génère l’abondance. Un plutôt chouette boulot, je ne vais pas te mentir. Un boulot qui n’inclue pas de se culpabiliser la vie pour des articles.

Et puis hier soir, ça a fait tilt : je le connais ce blocage, je le vois souvent à l’œuvre chez mes clientes : la peur du manque. Peur de manquer de talent (comme pour cet article), peur de manquer de revenus, de temps, de contacts, etc. Cette vision du monde et de ses ressources comme quelque chose de fini, comme un gâteau qu’on doit partager en tranches de plus en plus petites, a quelque chose de profondément dérangeant : la Nature ne fonctionne pas avec cette logique. Elle se fiche bien qu’on mesure le temps en minutes, en secondes et qu’on fasse des To-Do Lists et des deadlines. Elle a ses cycles, et elle crée, infiniment, abondamment.

Comme on a peur de manquer, on accumule, on amasse, et quand ça déborde, on stresse, on somatise, on décompresse.

Et si on se rappelait que l’abondance est notre état naturel, et qu’on se lâchait la grappe sur tous ces supposés manques ?

 

 

Tout ce qui ne se mesure pas, mais qui compte, tellement

 

On est dans une société de la quantité et du quantitatif. Il suffit d’entrer dans un supermarché pour le constater : on a créé et on participe à une société où ça semble une bonne idée d’avoir le choix entre 20 marques de sopalin et 60 sortes de café. On veut remplir nos journées, ne surtout pas « perdre » « gaspiller » les minutes qui passent. On parle même de temps « mort » pour décrire le temps qui n’est pas employé à faire quelque chose. Tu parles d’une vision culpabilisatrice du temps.

Idriss Aberkane en parle dans son livre « Libérez votre cerveau » : il compare la vie ‘notée’ et la vie réelle, en montrant comme on a cherché à résumer l’intelligence humaine, un objet complexe, beau et largement incompris, en la faisant rentrer dans des cases : QI, notes, évaluations, classements… pour se donner l’illusion de la maîtriser et de la contrôler.

Il en va de même avec notre argent, notre temps, notre nourriture. Nous sommes dans l’accumulation, le plus souvent au détriment de la qualité. Comme des robots, nous en faisons toujours plus. Il faut se prouver qu’on a été ‘efficace’, et remplir pour ne pas perdre une goutte de la vie. Il suffit de voir le succès des applications pour mieux s’organiser, des sites entièrement consacrés à la productivité pour le voir : nous n’avons pas envie d’être en paix avec le temps, nous voulons le dominer.

Bronnie Ware est une infirmière qui a travaillé de nombreuses années auprès de personnes en fin de vie. Elle a remarqué que ces personnes exprimaient les mêmes regrets, et a décidé de les publier pour permettre à chacun de nous de revoir nos priorités pendant que nous le pouvons. Tous ces regrets ont trait à l’être, et pas au faire. Tu peux trouver la liste complète ici, mais les deux premiers sont éloquents pour cet article :

« J'aurais aimé avoir eu le courage de vivre la vie que je voulais vraiment, pas celle que les autres attendaient de moi. »

Et « J'aurais dû travailler moins ».

Si on regarde notre vie aujourd’hui, nous sommes lancés dans une course à l’accomplissement. On veut faire des choses comme si le but de la vie était de cocher une To-Do List géante : savoir jouer ce foutu morceau de piano, avoir « fait » le tour du monde, le saut en parachute, quitté son job, écrit son livre, « fait » des enfants et les envoyer aux bonnes écoles…

On confond la fin et les moyens. On veut maîtriser et mesurer nos accomplissements. Et on en oublie l’essentiel. Le non mesurable. Le plaisir, le moment présent, l’être au lieu du faire. On réduit notre vie à des instantanés de réussite sans se s’arrêter pour en profiter. Place, place, ya pas le temps !

 

 

 

 

 

Le retour vers l’abondance

 

Ce que je voudrais te proposer, c’est de faire un constat avec moi : les ressources ne sont pas des choses objectives et mesurables. Et même quand on les mesure, c’est une opération vaniteuse, comme si la taille d’un vêtement pouvait résumer le physique d’une personne - sans même parler de sa beauté ou de sa valeur.

C’est la qualité qu’on leur applique qui compte. Je peux te citer des exemples multiples de personnes qui ont gagné énormément d’argent et tout perdu par la suite, de façon répétée, alors que d’autres qui ont objectivement moins d’argent vivent exactement comme elles le veulent.

Certaines personnes sont débordées et courent après le temps en permanence, alors que d’autres ont l’air d’avoir des journées de 36 heures et d’habiter sur un nuage bouddhiste zen.

Ce n’est pas une question de quantité, c’est une question de sentiment, et de choix. Le premier choix, c’est de reconnaître notre responsabilité face à notre temps*. Ton temps est le reflet de ce que tu crois sur le temps : qu’il n’y en a jamais assez, qu’il faut travailler dur pour réussir, que les enfants c’est la fin de la vie sociale. Quelles que soient tes croyances, ton expérience ne fera que la renforcer : c’est le biais de notre cerveau, il ‘choisit’ ce qu’il voit pour renforcer notre vision du monde.

Je ne veux pas qu’on s’arrête au temps, parce que Diane a tout bien expliqué dans son nouveau livre, Magical Timing. Ce que je voudrais, c’est que tu élargisses la vision aux autres domaines dans lesquels la peur du manque te fait adopter des comportements qui te desservent. 

Ou alors, dit autrement :

 

Si tu étais sûre de ne pas manquer de … (temps, argent, contact, confiance, idées, talent…) qu’est-ce que tu ferais ?

 

Comment se passeraient tes journées ?"

 

Retrouvez Laure sur son site www.lesaventurieres.com !

 

* Je vous apporterai, dans un tout prochain billet, un complément sur ce que j'entends exactement par "Prendre la responsabilité de son temps" ;)

Diane

21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 07:00

 

A l'heure où mon dernier livre, Magical Timing, l'art de retrouver du temps pour soi prend son envol, je découvre avec bonheur qu'un nouveau magazine mindstyle, respire, vient de voir le jour, avec une baseline (slogan) qui ne pouvait pas me laisser indifférente : Créer du temps pour soi.

Petit frère d'Happinez, dont j'avais salué ici aussi le tout premier numéro, et de Simple Things, respire a le souhait d'accompagner ses lectrices à la découverte de leur moi véritable, de leur vraie nature : 

 

Calme et apaisant, faisant le lien entre le corps et l'esprit et invitant au lâcher-prise, Respire reflète bien cet état de sérénité primordiale que nous pouvons tous retrouver.

Inspirer et expirer profondément pour harmoniser notre monde intérieur avec le monde extérieur.

Plus qu'un simple féminin, respire est un magazine bienfaisant et bienveillant dont le maître-mot est l'attention : tenter d'être toujours plus attentif à soi, aux autres, au monde, c'est ainsi que nous bâtissons un monde plus beau.
 

En kiosque depuis le 18 janvier dernier, je n'ai pu me le procurer que jeudi en fin de journée, l'occasion pour moi de me poser dans un café pour prendre avec mes 3 enfants un bon chocolat chaud... 

Comme je savais que j'allais vous le présenter ce samedi matin, j'ai pris le temps de le lire attentivement, et je n'ai pas été déçue (comme cela peut m'arriver parfois avec certains autres titres de la presse, envahis par des pages entières de pub...).

J'y ai trouvé des articles qui font sens pour moi, comme cet article p. 11, "Simplifier votre relation avec Internet : comment bien gérer le temps passé en ligne (déconnectez, respirez, éloignez-vous de l'ordinateur)", ou encore : 

  • L'art de la pleine conscience, 
  • Des raisons de se réjouir
  • Comment exprimer sa gratitude
  • Des activités créatives anti-stress

 

Je ne les cite pas tous, ce premier numéro compte 182 pages ;) De quoi nous inspirer en attendant le prochain numéro qui sortira le 15 mars...

 

 

Respire ne pouvait que me plaire, d'abord parce que je suis pile poil dans leur cible.Il s'adresse en effet plus particulièrement aux femmes de 25 à 55 ans en quête de simplicité et d'harmonie. Nous quoi ! ;)

Des femmes qui s'intéressent à leur équilibre émotionnel et souhaitent prendre soin d'elles pour mieux prendre soin des autres. Elles se tournent vers des pratiques telles que la méditation, le yoga, la sophrologie... Elles remettent en question le matérialisme et l'hyperconsommation pour se recentrer sur leurs proches, déployer leur créativité, et renouer avec la nature. Elles prêtent plus d'importance à l'être qu'à l'avoir.

Vous vous reconnaissez ? Moi aussi :)

 

 

 

Un petit jeu-concours, ça vous dit ?

 

Alors, pour que vous puissiez vous aussi le découvrir, voici un autre petit jeu-concours qui vous permettra de gagner : 

 

* 3 exemplaires du premier numéro de respire

Un abonnement "découverte de 3 numéros

* Un sac en toile respire

 

Voici les conditions de participation : 

  • Laisser un petit commentaire sous ce billet (pensez à noter votre adresse e-mail avec votre pseudo afin qu je puisse recontacter les gagnantes, et ne vous inquiétez pas si votre commentaire n'apparait pas de suite, je suis obligée de modérer les commentaires).
  • Aimer la page Facebook de Respire Magazine et de Zen & Organisée.

 

C'est tout !

Une fois votre participation validée, vous pourrez participer à un tirage au sort qui aura lieu le samedi 28 janvier prochain.

Les noms des gagnant(es) seront annoncés à 18h, ici dans les commentaires, sur la page Facebook de Zen & Organisée, sur Twitter et Instagram.

 

www.respiremagazine.fr

@respiremagazine

 

 

 

 

18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 06:00

 

 

C'est avec beaucoup de fierté (et un peu de fébrilité aussi) que je vous présente mon nouveau bébé : {MAGICAL TIMING, l'art de retrouver du temps pour soi}, qui sort en librairie ce vendredi 20 janvier !

 

Ecrire un nouveau livre est une aventure que je vis toujours avec le même enthousiasme. Mais écrire celui-ci en particulier a été un grand bonheur car il est le reflet fidèle de la façon dont je conçois et pratique mon merveilleux métier.

Face à l’accélération du temps, se réapproprier son temps est probablement l’un des grands défis de notre société et je suis heureuse d’apporter ma modeste pierre à l’édifice, à travers mon action au quotidien, et désormais à travers ce livre.

 

J'ai eu carte blanche dès le départ, et j'ai voulu le concevoir en trois parties bien distinctes. 

Ainsi, dans la première partie de ce livre, intitulée {Prendre conscience de son rapport au temps}, je vous invite à mettre en perspective ce que vous vivez actuellement, à imaginer d’autres façons de faire et de vivre son temps, tandis que dans la seconde partie, {Mettre en pratique}, je vous propose de mettre les mains dans le cambouis en testant diverses stratégies afin que vous trouviez celles qui fonctionnent pour vous !

Et pour que vous puissiez garder à l'esprit (et à portée de mains) les points-clés du contenu du livre, j'ai souhaité compiler {50 points essentiels à retenir pour se réapproprier son temps}, 50 mantras à méditer ou à conserver près de soi, bien en vue dans son agenda ou affichés sur la porte de son frigo ou au dessus de son bureau.

Restez connecté(e)s car je suis en train de décliner ces 50 mantras dans d'autres formats pour que vous puissiez vous les approprier encore plus facilement (je suis en pleine réflexion avec May, ma graphiste adorée : magnets, affiche, marque-pages... Vos idées sont les bienvenues !). 

Le livre se termine par une partie dans laquelle vous pourrez écrire directement et démarrer votre réflexion personnelle (suivie rapidement par votre mise en mouvement, bien sûr) : {Mon carnet pratique}.

Enfin, les deux premières parties se terminent chacune, à ma demande également, par quelques pages de notes (c'est mon côté pragmatique... ).

Voilà pour les présentations officielles !

Il me tarde d'avoir vos premières impressions, vos premiers retours, de recevoir vos premières photos avec le livre sur les réseaux sociaux (n'oubliez pas de me taguer ou de mettre le hashtag #Magical Timing) !

 

#MagicalTiming

 

 

 

Une approche Slow et décomplexée

 

pour retrouver du temps et se faire du bien,

 

même si on n’est pas du matin !

 

 

 

{RESUME}

« Je n’ai pas le temps, je suis débordé, je ne sais plus où donner de la tête, je suis fatigué, je suis trop stressé, je ne peux pas me poser, je cours toute la journée… » 

Combien de fois en une semaine entendons-nous, ou prononçons-nous, une de ces phrases ?

A l’heure où nous sommes de plus en plus nombreux à avoir l’impression que tout va trop vite, découvrez une nouvelle façon d’appréhender le temps, zen et déculpabilisante.

Prenez conscience de votre relation au temps, améliorez-la, initiez-vous à l’art de la pause, tentez l’expérience des réveils matinaux ou choisissez vos moments personnels en fonction de votre rythme, accordez à nouveau votre pleine attention à vos proches… Et grâce au carnet pratique, mettez tout de suite en application vos nouvelles résolutions.

Il est temps de ne plus vivre vos journées de la même façon !

  • Deux parties : l’une pour prendre conscience de son rapport au temps, la seconde pour mettre en pratique.
  • Des pages de notes.
  • 50 points essentiels à retenir pour se réapproprier son temps.
  • « Mon carnet pratique » pour passer concrètement à l’action.

 

 

 

 

Jeu-concours : 3 livres dédicacés à gagner !

 

Et pour fêter la sortie de {MAGICAL TIMING, l'art de retrouver du temps pour soi}, je souhaitais vous offrir deux cadeaux !

D'abord, un extrait tiré de la 2ème partie, {Mettre en pratique}, que vous pourrez télécharger ici

Et enfin, vous permettre, à travers un petit jeu-concours, de gagner 3 exemplaires dédicacés de mon livre !

 

Voici les conditions de participation : 

  • Me transmettre votre plus belle définition d'un {Magical Timing}, selon vous ! (via les commentaires de ce billet exclusivement).
  • Partager ce billet de lancement sur Facebook, Twitter ou Instagram (les 3, ça fonctionne aussi !) avec votre définition d'un {Magical Timing} et le hashtag #Magical Timing (pensez également à me taguer - @Zenetorganisee - afin que je puisse être prévenue de votre publication !).

 

Une fois votre participation validée, vous pourrez participer à un tirage au sort qui aura lieu le mercredi 25 janvier prochain.

Les noms des gagnant(es) seront annoncés à 18h, ici dans les commentaires, sur la page Facebook de Zen & Organisée, sur Twitter et Instagram.

 

Les définitions les plus inspirées, et les plus inspirantes, seront publiées !

A vos plumes :)

 

 

28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 05:30
Se réappropier son temps, ce long chemin

Vous le savez mieux que personne, voilà plusieurs années déjà que j’étudie, je décortique, je teste, j’expérimente (avant de faire expérimenter aux personnes que j’accompagne) les meilleures façons de se réapproprier son temps.

Ceux qui me connaissent savent qu’il s’agit chez moi d’une forme d’obsession : ne plus subir le temps (que j’ai longtemps subi également) mais le choisir, autant que possible, se le réapproprier, avec une conscience aigue de sa valeur et de sa richesse :

  • Comment reprendre la main sur la perception de son temps ?
  • Comment apprendre à le gérer autrement ?
  • Comment faire de son temps son allié, au-delà, bien sûr, d’une formule toute faite qui « fait bien » sur un titre de formation, d’atelier ou de livre ?
  • Oui, comment faire de son temps son allié, vraiment ?

 

J’ai commencé à partager le fruit de mon travail en mai 2011 avec une première série d’ateliers en présentiel intitulés Mamans débordées, allégez votre agenda !

J’ai poursuivi en 2013 par la conception et l’animation d’une journée de formation dans plusieurs grandes villes de France, Femmes débordées, réappropriez-vous votre temps !

J’ai proposé sa version en ligne via mon tout premier atelier en ligne, Mon temps et moi, que j’ai animé durant deux ans, et qui m’a permis d’accompagner 132 participantes.

J’ai enfin animé de nombreuses sessions de formations inter et intra entreprise sur la Gestion du Temps et des Priorités, et accompagné de nombreuses personnes en coaching individuel.

Autant vous dire que le sujet ne m’est pas étranger…

Pourtant, s’engager dans une démarche de réappropriation de son temps est une démarche exigeante, tout aussi exigeante qu’elle est passionnante ! Elle demande de la vigilance, de l’attention et de la conscience.

Permettez-moi de vous préciser que je suis confrontée à peu de choses près aux mêmes problématiques que vous :

  • Une charge de travail importante (parfois très importante).
  • De multiples activités alors même que mon temps n’est pas extensible (mes journées font également 24h).
  • La fatigue, des baisses d’énergie, la lassitude aussi (si, si !).
  • Des sources de distraction multiples (smartphone, réseaux sociaux, etc.).
  • Beaucoup d’envies, de l’enthousiasme, des projets à foison, une créativité débordante.
  • 3 enfants, à concilier avec un travail que j’exerce à la maison (no comment…).
  • Etc.

Je vous épargne une longue liste à la Prévert mais je suis sûre que vous voyez parfaitement ce que je veux dire.

Mais alors, me direz-vous, que va-t’elle pouvoir bien nous apprendre ici, sur ce blog, ou en atelier,  si elle rencontre les mêmes problématiques que nous ? (traduction : « Mais qu’est-ce que je fous là !? »)

La différence tient en un mot : C H O I S I R.

Je profite de cette occasion pour partager avec vous une croyance à laquelle je crois fermement (sinon, en effet, ce ne serait pas une croyance…) :

 

Le temps est ce que nous en faisons.

 

Je joue sans cesse avec le temps, un peu comme une pâte à modeler, je le manipule avec mes mains, je le triture, je l’étire, je l’aplatis, je le découpe, je le tranche, je l’arrête.

 

 

Je choisis en conscience ce que je veux en faire : je choisis de dire oui, je choisis de dire non, je choisis de renoncer, je choisis d’annuler, je choisis de m’engager, je choisis de cloisonner, je choisis de reporter, je choisis de mettre des limites, à mes envies, nombreuses, aux autres aussi.

Bref, je m’applique à moi-même 100 % de ce que je préconise aux autres. Une question de congruence et de respect de mes valeurs ! La tâche est parfois difficile, parfois délicate (quand il s’agit de dire non par exemple, ou de renoncer), parfois aussi j’échoue et je me retrouve débordée, surmenée, stressée. Comme vous peut-être aujourd’hui.

 

Zen & Organisée, oui, mais pas tous les jours !

 

Et je l’accepte volontiers car cela me permet de remettre en question et d’analyser mes choix et mes comportements, de continuer à grandir sur ce chemin d’apprentissage et de rester au plus près des problématiques des personnes que j’accompagne.

Puis j’applique d’autres stratégies pour retrouver mon centre et reprendre à nouveau la main sur mon temps, pas dans un esprit de contrôle mais bien de coopération : bien vivre mon temps, vivre en accord avec lui, vivre mon temps autrement.

Se réapproprier son temps, un long chemin ? Assurément, et c'est tant mieux. Vous ne changerez pas votre relation au temps d'un coup de baguette magique, d'un claquement de doigts. Progressivement, pas à pas, vous l'apprivoisez, vous faites ami/amie avec lui, vous comprenez, au fil du temps, que le temps n'a pas besoin d'être "dompté", et qu'il est bien, soyez en sûres, votre meilleur allié.

Alors, on continue à partager ce chemin ensemble ? ;-)

 

9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 06:30
{Inédit} 3 ateliers pour ralentir, trouver son équilibre et gérer son énergie !

Suite et fin de mes nouveaux ateliers en ligne pour ce premier semestre 2016 !

 

 

Ralentir : Gérer son temps autrement et faire du temps son allié

 

Du 4 avril au 1er mai 2016

 

LE TEMPS ET MOI : « A QUI APPARTIENT MON TEMPS ? »
  • Etat des lieux : « Je fais le point sur mon agenda ».
  • Comprendre sa propre relation au temps.
  • Travailler sur ses représentations et ses croyances sur le temps
  • Débrancher le pilotage automatique pour reprendre la main.
SE REAPPROPRIER SON TEMPS 
  • Passer d’un temps subi à un temps choisi.
  • Mille et une façons de gérer son temps : laquelle est la vôtre ?
  • Donner du sens (et de la valeur) à son temps.
  • Se réapproprier son temps : plus facile qu’il n’y parait !
MIEUX DEFINIR ET ARBITRER SES PRIORITES 
  • « Pas assez de temps pour tout faire ! » : le difficile arbitrage, au quotidien, de nos priorités.
  • Prioriser, c’est choisir.
  • Sortir de la toute-puissance et revenir à une gestion du temps plus réaliste.
  • Arbitrer ses priorités : des petites habitudes qui font une grande différence !
RALENTIR QUAND TOUT ACCELERE : UNE QUESTION DE CHOIX 
  • Prendre conscience de son propre tempo.
  • Repérer (et respecter) ses « temps incompressibles ».
  • Ralentir en famille : prendre le temps d’être parent.
  • Slow Life : et concrètement, on fait comment ?

 

* Informations et  inscriptions (90 € un seul atelier)

http://www.dianeballonadrolland.com/l-atelier/ralentir-gerer-temps-autrement-faire-temps-allie/​

 

 

Concilier vie pro et vie perso : Créer l'équilibre juste pour soi

 

Du 2 au 29 mai 2016

 
UNE QUESTION DE LIMITES : DÉLIMITER SON IMPLICATION DANS LA SPHÈRE TRAVAIL
  • Quand la vie professionnelle déborde et finit par occuper tout l’espace…
  • Quelle place accordez-vous à votre travail ?
  • Une nécessité : remettre le travail à sa juste place.
  • Pistes concrètes pour mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle
CRÉER L’ÉQUILIBRE QUI EST JUSTE POUR SOI
  • Trouver son équilibre : de quoi parle-t-on ?
  • Atteindre l’équilibre : une utopie ?
  • (Ré)concilier sérénité et efficacité
  • Construire sa propre définition de l’équilibre

* Informations et inscriptions (90 € un seul atelier) : 

http://www.dianeballonadrolland.com/l-atelier/concilier-vie-professionnelle-et-vie-personnelle-creer-lequilibre-juste-pour-soi/

 

 

Gérer son énergie : Prendre la responsabilité de son énergie et se préserver de l'épuisement

 

Du 6 juin au 3 juillet 2016

 
PRENDRE LA RESPONSABILITE DE SON ENERGIE
  • Gérer son énergie : pilier de la gestion du temps et de la gestion du stress.
  • Se préserver : une priorité absolue pour tenir dans la durée !
  • Pistes concrètes pour mieux gérer son stress.
ALLEGER LA CHARGE MENTALE EN APPRENANT A DECONNECTER 
  • Votre énergie mentale : une ressource précieuse… et limitée !
  • Comprendre le besoin de s’oxygéner et l’importance des temps de déconnexion / pause.
  • Savoir se rebrancher sur ses besoins.
  • Faire de la place dans son quotidien pour le plaisir et le ressourcement.
APPRENDRE A GERER SON ENERGIE DANS LA DUREE
  • Apprendre à gérer son énergie dans la durée.
  • Chronobiologie : prendre en compte ses rythmes biologiques.
  • Savoir repérer vos fuites d’énergie et faire face aux situations/personnes/activités énergivores.
  • Identifier vos meilleures stratégies pour récupérer après une période stressante et recharger les batteries.

* Informations et inscriptions (90 € un seul atelier) : 

http://www.dianeballonadrolland.com/l-atelier/gerer-son-energie-prendre-la-responsabilite-de-son-energie-et-se-preserver-de-lepuisement/​

***

* Inscription unique aux 3 ateliers (180 € les trois ateliers): https://www.weezevent.com/3-ateliers-ralentir-concilier-vie-pro-et-vie-perso-et-gerer-son-energie

 

 

22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 05:30

        

Chère Diane,

Je pensais à toi, ce matin, en découvrant ton billet offrant tant de ressources aux femmes actives quant à l'organisation de la rentrée.
En prenant mon thé, les trois dernières rentrées et ma manière de les vivre, de les aborder me sont apparues. Que de changements, Diane !

- Rentrée 2013 : stressée, une grosse charge de travail, l'impression d'être dans le tambour de la machine à laver sur la position essorage.

- Rentrée 2014 : je me suis mieux organisée en amont et j'ai posé l'intention de passer une rentrée de manière détendue. Cela s'est réalisé. J'étais occupée mais détendue.

- Rentrée 2015 : aucune appréhension, trois ans que je bosse sur mon organisation, tout n'est pas parfait mais beaucoup d'outils se sont naturellement mis en place, travailler de manière détendue est quasi devenu un état d'être. J'ai donc visualisé une belle rentrée, zen et organisée et détendue. La rentrée s'est passée en douceur, tout s'est merveilleusement "goupillé" et, cerise sur le gâteau, on nous offre un voyage de quatre jours en Italie pour une visite d'usine + visite de Bologne et Venise. Dans le cadre du travail !

C'est une rentrée que je n'aurais même pas imaginée ! Nous partons mercredi.

Voilà, amusée en prenant conscience de cette évolution, je souhaitais te la faire partager car tes ateliers y sont pour beaucoup ! La confiance en la magie de la vie couplée à mes visualisations et intentions ont oeuvré : tout est ok maintenant.

Ta rentrée à toi était placée sous le signe de la mise en lumière ! Je t'ai regardée en direct lorsque tu passais sur France 5. Tu t'en es formidablement bien sortie.

Encore félicitations !


Je t'embrasse avec gratitude pour tous les outils que tu m'as proposés et les prises de conscience que tes ateliers m'ont déclenchées.

Bises

Sylvie

 

Ce sont des messages comme celui-là, reçu spontanément le 8 septembre dernier à 9h, qui donnent du sens à mon action et me remplissent de joie et de gratitude !

J'avais envie de partager avec vous, avec son accord bien sûr, le témoignage de Sylvie pour souligner un point essentiel : 

 

Travailler sur son organisation, ou sur la gestion de son temps, est avant tout un investissement de long terme, qui demande certes du temps, de l'énergie, mais qui finit toujours par porter ses fruits !

 

J'ai eu en effet le plaisir d'accompagner Sylvie depuis janvier 2014. Elle a d'abord participé à mon atelier "Mon temps et moi", puis, quelques mois plus tard, à mon atelier "Bien s'organiser pour mieux travailler de chez soi", et enfin, à la toute première session de mon atelier "3 mois pour désencombrer et alléger sa vie !", d'octobre à décembre dernier. 

 

Bravo pour ton parcours et merci pour ton partage qui est, plus que jamais, porteur d'espoir pour celles et ceux qui doutent de mettre un jour le stress à bonne distance 

Je sais que le chemin n'a pas toujours été facile mais tu peux désormais savourer les fruits de tes efforts et profiter de ta nouvelle et précieuse sérénité...

 

        

 

Signé par Diane de Zen et Organisée ! - dans Se réapproprier son temps Témoignages
commenter cet article
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 05:30

          

       

 

 

Vous aviez été nombreuses à apprécier et à partager mon billet d'octobre 2013, 5 astuces pour mieux gérer son temps.

 

Et pour cause, savoir gérer son temps fait partie de l'une de nos préoccupations majeures, non pas pour l'optimiser davantage et en faire (encore) plus mais bien pour reprendre la main sur le rythme trépidant de nos journées et (ré)concilier, autant que possible, efficacité et sérénité. 

L’organisation, contrairement aux idées reçues, n’est pas en effet une qualité innée dont on hérite à la naissance. Il s’agit davantage d’une compétence et comme pour toute compétence, elle s’acquiert et se développe par l’apprentissage et l’expérience. On ne nait donc pas organisé(e) !

Tout au plus, en grandissant, on développe une appétence (ou une aversion) pour ce qui a trait à l’organisation, qui nous conduit à nous intéresser au sujet et à devenir, aux yeux des autres, « quelqu’un de plutôt organisé(e) ».

Il nous est donc possible, en y consacrant un peu de temps (justement) et d'énergie, de revisiter (et de pacifier) notre relation au temps.

 

Pour que vous puissez avoir toutes les cartes en main et nourrir votre réflexion, j'ai compilé pour vous 8 ressources tirées du blog ou de mes collaborations qui vous permettront de repenser votre organisation et votre gestion du temps : 

 

1) 5 astuces pour mieux gérer son temps

 

2) Mes 10 applis pour bien s'organiser

 

3) Ma contribution au Guides des Entrepreneuses Créatives (chapitre "Je gère mon temps") 

 

4) Slow Life et gestion du temps sont-elles compatibles ?

 

5) L'agenda à trois temps

 

6) Perdre ou gagner du temps, l'équation impossible

 

7) Slow Life : 5 pistes pour ralentir (et vivre mieux)

 

8) 4 conseils pour bien s'organiser quand on travaille de chez soi

 

 

"Mon temps et moi" : 18 jours pour apprendre à gérer son temps

 

Et si ces 8 ressources ne suffisent pas, je serai à votre disposition du 24 septembre au 11 octobre prochain pour la dernière session tout court de mon atelier interactif online Mon temps et moi (en attendant un atelier tout neuf et différent dans la forme comme dans le fond, au 1er semestre 2016) !

 

18 jours à mes côtés pour apprendre à gérer son temps et trouver un meilleur équilibre au quotidien...   

 

 

       

 

 

« Comment voulez-vous être en paix avec vous et avec les autres

si vous n’avez  pas le temps ?

Le premier enjeu de la non-violence est de pacifier les rapports au temps. »

 

(Thomas d’Ansembourg)

 

5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 05:30

 

       

 


Le temps se fiche des montres comme de l'an quarante. D'ailleurs, il existait bien avant qu'on les ait inventées.

Etienne Klein


Fin avril dernier, Camille m'adressait pour la première fois un mail dans lequel elle me posait une question tout à fait pertinente sur la Slow life et la gestion du temps.
 
Plutôt que de lui répondre directement, j'ai eu envie, avec son accord, de partager plus largement ma réponse sur le blog, pour que vous puissiez également, si vous le souhaitez, participer au débat et me faire part de votre point de vue personnel.
 
Voici la question de Camille. 

Question qui me taraude !

Bonjour,

J'ai lu avec intérêt certains articles de votre blog car la gestion du temps est quelque chose qu'il me semble mal maîtriser.

J'ai pris conscience de l'importance de bien gérer son temps lorsque l'année passée, travaillant pour une petite structure prestaire des bailleurs sociaux en Ile-de-France, j'ai fait un burn-out. Je n'ai pas su mettre des limites dans mon travail et cela s'est retourné contre moi.

2 constats après cette période: il faut que j'arrive à mettre ces limites et gérer mon temps en m'organisant différemment, et je ne veux plus que mon temps pro prenne autant de ma place dans ma vie, je veux prendre le temps et trouver un bon équilibre entre le pro et le perso.

Depuis, j'ai quitté mon travail et suis en création d'entreprise: d'où ma vigilance concernant la gestion du temps et l'organisation personnelle. Du coup, je me renseigne et j'apprends.

J'ai une question que je souhaiterais vous poser: dans votre article présentant des astuces pour mieux gérer son temps, vous conseillez d'évaluer le temps que prennent les tâches à effectuer et de se borner à respecter le temps imparti que l'on s'est fixé en amont pour réaliser une tâche. Or, dans un autre article, vous dites que vous n'utilisez plus de montre pour prendre votre temps. Je retrouve dans ces 2 articles les contradictions qui sont souvent les miennes à l'heure actuelle: je souhaite prendre mon temps, vivre "slow", équilibrer pro et perso, mais lorsque je ne planifie rien j'ai la sensation de perdre mon temps car je laisse traîner, je reporte, parfois je me laisse déborder,...

Parfois j'ai même conscience que j'évalue très mal le temps qu'il me faut pour faire quelque chose, et du coup je me laisse dépasser et je culpabilise.

Comment donc faites-vous pour à la fois prendre le temps, tout en planifiant et en gérant votre temps (sans montre du coup ?) ? Gestion du temps et "slow life" seraient donc bel et bien compatibles, est-ce que je me torture pour rien ?

Si jamais vous preniez quelques minutes pour me répondre, je vous remercie par avance pour vos mots et votre temps !

Je vous souhaite une bonne continuation dans vos multiples activités.

Camille

 

Beaucoup de choses à dire, Camille, en réponse à ton mail ! Tellement de choses à dire que les points que j'avais envie de partager avec toi (je te tutoie... !) arrivaient pêle-mêle et se bousculaient littéralement dans ma tête ;-)
 
J'ai pris donc le temps de démêler et d'ordonner ce enchevêtrement d'idées pour que mon propos soit intelligible et j'ai donc choisi de le structurer en 3 points :
 
 
 
1- A propos de la montre
 
 
                   
 
 
Je te rassure : si en effet je ne porte plus de montre depuis bien des années, j'ai néanmoins comme bon nombre d'entre nous un téléphone portable qui n'est jamais très loin de moi, que j'emporte quasiment partout où je vais (sauf aux toilettes !).
 
Le portable me permet donc de lire l'heure, de me situer par rapport au temps mais également d'y programmer des alertes dès que j'en ai besoin (et j'en programme pas mal car elles me permettent d'alléger ma charge mentale et de libérer de l'espace disponible dans mon esprit).
 
Mais je t'avoue que je n'ai pas toujours besoin de lire l'heure sur mon portable car j'ai développé au fil des années une plutôt bonne notion du temps et je m'amuse souvent à ressentir l'heure qu'il est ! Je me trompe rarement et parviens à trouver l'heure juste, avec de temps en temps une marge d'erreur de 5 minutes ;-)
 
C'est même devenu un jeu qu'on pratique en famille ! (à l'écrire, ça fait très famille psychopathe du temps mais là aussi, je te rassure, on est plutôt cool...). 
 
 
 
2- Une histoire de Tempo Giusto avant tout
 
 
         
 
 
Quand il est question de Slow life, il ne s'agit pas évidemment de tout faire lentement et de ralentir dans chacune de nos activités. Ce ne serait tout simplement pas approprié à nos vies d'aujourd'hui.
 
Comme je l'évoquais dans un précédent billet, le « Slow » repose sur une idée très simple qui consiste à chercher la vitesse appropriée à chaque activité que nous réalisons : notre façon de nous réveiller, de faire l’amour, de travailler, de manger, de regarder la nature, de passer du temps avec nos enfants…
 
Il s'agit en fait de trouver un meilleur équilibre entre activité et repos, travail et temps libre.
 
Chercher à vivre ce que les musiciens appellent le « tempo giusto », la bonne cadence, en allant vite lorsque notre activité l'exige et en se ménageant des pauses dès qu'on le peut.
 
Chacun devrait pouvoir s’appliquer à trouver son propre « tempo giusto », le propre rythme qui lui convient, en fonction de ses propres rythmes biologiques, mais aussi en fonction de son activité ou de sa priorité du moment.
 
Pascale d'Erm l'explique très bien dans son livre Vivre plus lentement (2010, Editions Ulmer) : 
 
"Ralentir, ce n'est ni s'ennuyer, ni paresser... et encore moins être nostalgique. C'est se poser pour réfléchir, choisir, agir selon ses convictions, maîtriser son temps pour apprendre à "changer de vitesse" selon nos différentes activités. Certaines activités comme l'alimentation, les loisirs, la vie familiale, amicale... requièrent du temps pour profiter véritablement de leurs bienfaits.
En freinant un grand coup, on se réapproprie son temps personnel, et ce faisant, on parvient à ajuster ses envies avec son mode de vie réel. Au quotidien, la lenteur peut se décliner dans le travail, les rapports familiaux, amicaux, sociaux, et s'immiscer dans tous les interstices laissés vacants par le culte de l'urgence. Vivre plus lentement permet de renouer des liens plus intenses et plus authentiques, y compris avec les plus lents d'entre nous, aux deux extrémités des âges de la vie.
(...)
Mieux vaut décélérer en plusieurs paliers avant de toucher à l'essentiel : la saveur de vivre. Chacun trouvera alors son propre rythme, son "tempo giusto" comme l'appelle Carl Honoré, en hommage au tempo musical optimum pour chaque musicien, et pour chaque oreille aussi."
 
 
Ce que je veux te faire comprendre à travers cette citation, Camille, c'est bien que Slow Life et gestion du temps sont compatibles, et au-delà, je dirais même indissociables ! Le fait d'arbitrer tes priorités, qu'elles soient mensuelles, hebdomadaires ou quotidiennes, ou encore de planifier ton travail ou tes projets dans un temps défini ne s'oppose pas, bien au contraire, à la nécessité de marquer des pauses et de ralentir le tempo quand tu en ressens le besoin.
 
 


La question que l'on peut se poser est :
Quelle conception de la gestion du temps avons-nous ?


Il est évident que si l'on considère la gestion du temps comme des pratiques contraignantes qui ne visent qu'à millimétrer chacune de nos actions et à nous inscrire dans une productivité/rentabilité continue, on s'éloigne à grands pas des bienfaits du Slow dans sa vie.

La gestion du temps est intimement liée, plus que jamais aujourd'hui, à la gestion de son énergie, et plus largement à la gestion de soi.

C'est précisément le fait de bien gérer mon temps qui me permet, in fine, de prendre mon temps.

Bien loin d'ajouter à mon quotidien déjà bien chargé des contraintes supplémentaires, la gestion de mon temps m'apporte davantage de fluidité et de liberté dans l'organisation de mes journées.

Elle me permet surtout de mieux gérer mon énergie et d'économiser mes efforts, me rendant plus disponible pour saisir le "moment juste" cher à Kairos...



3- Kairos Vs Chronos : l'art de saisir le "moment juste"

 

                    

 

Le dieu grec Kairos, par opposition au dieu grec Chronos, qui est le dieu du temps physique et linéaire tel qu'on le conçoit en occident (le plus souvent symbolisé par la montre, encore elle !), est quant à lui le temps de l'occasion opportune, du "moment juste".

Le dieu grec Kairos est souvent représenté par un éphèbe aux talons et aux épaules ailés qui ne porte qu'une touffe de cheveux sur la tête. Quand il passe à notre proximité, il y a trois possibilités :

  1. on ne le voit pas ;
  2. on le voit et on ne fait rien ;
  3. au moment où il passe, on tend la main, on « saisit l'occasion aux cheveux » et on saisit ainsi l'opportunité.

 

Kairos a donné en latin opportunitas (opportunité, saisir l'occasion).

 

Ainsi, dans le langage courant, Kairos évoque le point de basculement décisif, avec une notion d'un avant et d'un après. Le Kairos est donc "l'instant T" de l'opportunité : avant est trop tôt, et après trop tard.

 

"Maintenant est le bon moment pour agir."

 

Une notion immatérielle du temps mesurée non pas par la montre, mais par le ressenti...

 

 

           

          

 

 

31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 05:50

                    

 

 

"Les gens heureux sont ceux qui privilégient l'essentiel par rapport à l'accessoire, l'être à l'avoir, l'utile à l'agréable, le durable à l'éphémère, le suffisant au trop, le nécessaire au superflu, en fait les besoins aux désirs. » 

(Robert Blondin, Le bonheur possible, 1983, Editions de l'homme).

 

 

N'avez-vous pas l'impression, en fin de journée ou au moment de vous coucher, que la journée que vous venez de vivre ressemble à peu de choses près à celle que vous avez vécue hier, et avant-hier, et avant-avant hier ? Et que votre semaine ressemble grosso modo à la précédente, et à la précédente, et à la précécente ?

Entre le travail, la famille, la maison, et tout le reste, la routine s'installe et avec elle des habitudes bien rôdées qui sont là, bien heureusement, pour nous faciliter la vie et nous sécuriser. Jusque-là, parfait.

 

Mais le problème de ce quotidien bien huilé n'est pas sans conséquence : 

 

1- Nous fonctionnons le plus souvent en pilotage automatique, laissant la part belle à notre inconscient qui agit en lieu et place de notre conscient. Mais où sommes-nous donc toutes les fois où notre inconscient (re)prend la main, comme lorsque vous conduisez pour rentrer chez vous par exemple ?

Ne cherchez pas trop loin, votre esprit conscient en a profité pour se faire la malle... dans votre passé, en ruminant ce qui s'est passé pendant la réunion d'hier après-midi où Jean-Pierre a présenté la énième version du projet Z, ou dans votre futur, proche, parfois même très proche ("Pffff, mais qu'est-ce que je vais encore faire à manger ce soir ?" - Connexion neuronale - "Et si je m'arrêtais chez Picard pour acheter des lasagnes fraiches (enfin surgelées), je pourrais en profiter pour faire une bolo maison vite fait ?" - Nouvelle connexion neuronale - Ah ben non, je ne peux pas, ce soir je dois aller récupérer Chloé à son entrainement à 20h, ce sera trop juste..."). 

 

Sur 24h, combien de temps sommes-nous véritablement présents ? Présents à ce que l'on est en train de faire ? Présents aux personnes qui nous entourent ? Présents à notre ressenti, qu'il soit corporel ou émotionnel ?

 

2- A force d'enchaîner les journées, les semaines, les mois, les années, sur le même mode, nous oublions parfois de nous extraire de nos activités pour prendre de la hauteur sur ce que nous vivons.

Comment alors savoir si les choix que nous avons fait hier nous correspondent toujours ?

Si nous ne prenons pas le temps de nous arrêter, ne serait-ce qu'un petit moment, ici et là, nous prenons le risque de perdre de vue nos (vraies) priorités, celles qui font sens pour nous au jour d'aujourd'hui, et, plus grave encore, de vivre un matin un réveil difficile, avec le sentiment, peut-être, d'être passé(e) à côté de l'essentiel...

 

Mais heureusement, à tout moment, nous pouvons reprendre la main et réinventer, jour après jour, notre vie ?

L'unité journée a quelque chose de formidable, elle recèle en elle le pouvoir de réécrire notre histoire à tout moment. A chaque nouvelle journée qui s'annonce, nous avons le choix de changer notre état d'esprit, de modifier nos croyances, d'agir sur nos habitudes, de prendre une ou plusieurs décisions, même minimes, qui pourront in fine changer notre vie.

En nous levant ce matin et en démarrant cette nouvelle "unité journée", nous avons le choix de décider de la façon dont nous souhaitons vivre cette journée ! Et si, une fois cette journée terminée, nous n'avons pas réussi à maintenir l'état d'esprit que nous avions décidé d'adopter, n'en profitons pas pour nous accabler car nous pourrons repartir à zéro et recommencer demain. Tout reste encore possible !

 

Car aujourd'hui, mardi 31 mars 2015, est le 1er jour du reste de votre vie.

 

***

 

Ainsi, le vendredi 20 mars dernier, j'ai eu le plaisir de présenter 10 pistes pour définir ses (vraies) priorités, se réapproprier son propre tempo et trouver son équilibre à deux groupes de 10 participantes n'ont pas hésité à bousculer leurs habitudes et à se lever très (très) tôt pour participer à l'événement She is Morning, dans le cadre d'un atelier que j'ai conçu tout spécialement pour l'occasion : 

Le 1er jour du reste de ma vie !

 

 

 

Julie, du blog Happyculture & vous, y était. Elle en parle ici : http://happyculture-et-vous.fr/le-concept-punchy-du-matin/ :

"Diane BALLONAD ROLLAND est la géniallissime blogueuse de Zen & Organisée et coach en organisation personnelle et gestion du temps.

L'objectif de cet atelier était de nous faire prendre conscience à quel point notre temps est précieux. Notre vie quotidienne est faite d'une multitude de tâches qu'on s'impose. On court après les choses, en ayant toujours le sentiment de n'avoir le temps pour rien et surtout pas pour soi. Et puis les semaines passent, les mois, les années, la vie... STOP !!"

 

Allez, pour clore ce billet, je ne résiste pas à l'envie de vous poser cette dernière question : 

 

QU’ALLEZ-VOUS FAIRE DU 1er JOUR

DU RESTE DE VOTRE VIE !

 

 

{Indice n° 2 pour la chasse au trésor de Ma Fabuleuse année 2016 : Que seriez-vous capable d'être / de faire / de dire si vous acceptiez de vous faire davantage confiance ? Lorsque vous saurez répondre sans la moindre hésitation aux deux questions posées via les indices 1 et 2, je vous invite à m'adresser un mail (dianeballonad@zen-et-organisee.com) en me confiant vos réponses (ou, si vous préférez les garder pour vous, en me confiant ce que vous avez découvert à travers ces réponses). Je vous adresserai moi-même le 3ème indice par retour de mail.}

 

           LR3-0332.jpg

                       Diane BALLONAD ROLLAND

                      contact@zen-et-organisee.com

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

Maman de 3 enfants, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Organisation Personnelle et Gestion du temps. 

 

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.


"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)