Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2018 3 18 /04 /avril /2018 05:40
{7/05 au 3/06} Gérez votre temps et vos priorités pour une vie (vraiment) zen et organisée !

J'aurai le plaisir d'animer, du 7 mai au 3 juin prochain, la toute nouvelle session de mon atelier "Gérez votre temps et vos priorités pour une vie (vraiment) zen et organisée" !

 

Cet atelier se déroulera exclusivement en ligne, et comprendra, dans sa version revisitée et enrichie, 4 copieux modules inédits (accessibles en version PDF et en ligne), 4 audios complémentaires (qui approfondiront la mise en pratique) conçus spécifiquement pour cet atelier et réservés uniquement aux inscrits, et un entretien de coaching individuel de 45 mn, à l'issue de l'atelier.

 

A qui s'adresse prioritairement cet atelier ?

  • A toute personne qui a le sentiment que tout s'accélère, que tout va bien trop vite et que le temps lui échappe.
  • A toute personne qui souhaite renouer avec une relation au temps apaisée ET avec un sentiment d'efficacité personnelle. 
  • A toute personne réellement motivée par la perspective de mieux gérer son temps et ses priorités, d'être mieux armée pour faire face à la pression, et de se réapproprier son temps pour une meilleure écologie personnelle.

 

Les grandes lignes du programme

 

MODULE 1 : ETAT DES LIEUX COMPLET
  • Etat des lieux : "Comment est-ce que je "gère" mon temps et mes priorités ?"*
  • Auto-diagnostic complet et relevé d'activités à noter sur une semaine.
  • "Et maintenant, on fait quoi ?" Identification des problématiques de chacun(e), repérage des points de vigilance et détermination d'objectifs personnels précis.

 

MODULE 2 : REPRENDRE LA MAIN SUR SES PRIORITÉS
  • Au cours de ce module, et durant la semaine 2 de l'atelier, je partagerai avec vous ma méthode pour reprendre la main sur vos priorités et je vous demanderai de la tester en la mettant en application, de façon très encadrée,  durant le temps de l'atelier.

 

MODULE 3 : VOS ENNEMIS ET VOS LEVIERS A UNE (BONNE) GESTION DU TEMPS
  • Identifier vos ennemis, internes comme externes (distractions, interruptions, voleurs de temps, fatigue...), pouvant potentiellement venir contrecarrer vos efforts en matière de gestion du temps.
  • Explorer diverses stratégies pour y faire face.
  • Identifier vos leviers (ce qui viendra au contraire soutenir une bonne gestion de votre temps et de vos priorités).
  • Mise en application dès la semaine 4.

 

MODULE 4 : GESTION DU TEMPS ET ECOLOGIE PERSONNELLE
  • Quel(s) lien(s) entre la gestion de votre temps et votre équilibre personnel ?
  • Focus sur votre écologie personnelle : de quoi parle-t-on ?
  • Gérer son temps quand le quotidien se complique.
  • Retrouver le chemin du temps pour soi.

 

+ MODULE-BILAN : PLAN D'ACTIONS INDIVIDUEL
  • Bilan, évaluation de l'atelier et validation d'un plan d'action individuel précis pour les semaines à venir.

 

journal-791286_1280

 

Les promesses (et les limites) de cet atelier

 

CE QUE CET ATELIER NE FERA PAS POUR VOUS :

Cet atelier n'a pas de pouvoir magique, il ne suffit pas de s'inscrire pour que tout devienne extraordinairement merveilleux et parfait dans votre quotidien... (j'aurais pourtant adoré être en mesure de vous le promettre !) Il ne réfléchira pas à votre place, il ne se substituera pas à vous, à aucun moment.

Si vous ne vous investissez pas au moins un peu pendant la durée de l'atelier, attendez-vous à ce qu'il ne se passe... absolument rien.

Il ne résoudra pas non plus toutes vos problématiques de gestion du temps, de gestion du stress, d'équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, d'organisation familiale et de gestion d'énergie en 4 semaines !

LÀ OÙ CET ATELIER PEUT VOUS CONDUIRE :

En revanche, cet atelier peut assurément vous conduire à engager une profonde mutation dans votre façon d'appréhender le temps, et surtout dans votre façon de gérer très concrètement votre temps, et vos priorités.

En appliquant le contenu de l'atelier, vous renouerez rapidement avec le bonheur du travail accompli à la fin de la journée ou de la semaine, vous développerez une meilleure capacité d'attention et de concentration et vous gagnerez en sérénité, avec un impact positif sur la qualité de votre vie professionnelle ET personnelle.

Bref, cet atelier n'est assurément pas "magique", mais il est efficace et ses bénéfices sont réels, à condition que vous fassiez "votre part" :)

 

Concrètement, comment ça se passe ?

 

Une fois inscrit(e), vous recevrez un e-mail de confirmation de la plateforme de billeterie Weezevent. Gardez-le précieusement jusqu'au démarrage de l'atelier.

Quelques jours avant le démarrage de l'atelier, vous recevrez un e-mail de ma part vous rappelant le démarrage imminent de l'atelier. Enfin, la veille de l'atelier, vous recevrez un dernier mail de ma part comprenant le lien d'accès à l'atelier, votre mot de passe, et  quelques instructions pour bien suivre l'atelier et en tirer le meilleur bénéfice.

Entre le 7 mai et le 3 juin, vous recevrez par e-mail, chaque lundi matin à 10 h, un module PDF qui guidera votre réflexion et votre mise en action. Ils vous seront adressés les lundis 7, 14, 21 et 28 mai 2018.

Les 4 modules de l’atelier sont accompagnés d’exercices de mise en pratique , et seront également accessibles en ligne, depuis l’espace privatisé dédié à l’atelier.

En complément de chaque module, chaque jeudi, vous aurez accès à 4 audios spécifiquement conçus pour cet atelier et réservés uniquement aux inscrit(e)s : les audios seront accessibles en streaming via un lien qui vous sera adressé par e-mail les jeudis 10, 17, 24 et 31 mai 2018, et seront également téléchargeables au format MP3, afin que vous puissiez les écouter où que vous soyez, depuis votre smartphone.

Au terme de l’atelier enfin, après le 3 juin, vous recevrez par e-mail un module-Bilan (bilan, évaluation et validation d’un plan d’action individuel) qui nous servira pour notre entretien de coaching individuel (à fixer ensemble par mail selon nos disponibilités respectives) !

La boucle sera bouclée :)

En terme d'investissement personnel, je vous conseille de prévoir entre 1h 30 et 3 heures par semaine à consacrer au contenu des modules et audios, exercices compris, afin de tirer le meilleur bénéfice de l'atelier (je vous donnerai quelques conseils en début de session pour vous organiser dès le démarrage et suivre au mieux l'atelier).

 

En résumé, ce que comprend cet atelier :

 

  • Un cadre balisé, soutenant et structurant, tout en laissant une grande liberté et en respectant le rythme de chacun.
  •  
  • 4 modules PDF envoyés par e-mail les lundis 7, 14, 21 et 28 mai 2018 (et accessibles également en ligne). Les modules sont accompagnés d’exercices de mise en application spécifiquement conçus pour cet atelier.
  •  
  • 1 module Bilan envoyé par e-mail (et accessible en ligne) le lundi 4 juin 2018.
  •  
  • L’accès à 4 audios (100 % inédits et exclusifs à cet atelier) : audios accessibles en streaming les jeudis 10, 17, 24 et 31 mai 2018, et également téléchargeables au format MP3.
  • Un entretien de coaching individuel de 45 mn à l’issue de l’atelier.
  •  
  • Sur l’espace privé de l’atelier, vous profiterez de ma présence quotidienne pour répondre à toutes vos questions et de l’émulation d’un groupe qui partage les mêmes problématiques que vous en matière de gestion du temps et des priorités.
  •  
  • L’envoi par mail, une fois l’atelier clôturé, de l’ensemble des échanges partagés durant toute la durée de l’atelier, afin de vous permettre de garder une trace de vos partages et de vous y replonger si besoin.
  •  
  • Pas de frais de déplacement, ni de logistique lourde, vous suivez l’atelier à votre rythme, chez vous ou depuis le lieu de votre choix !

 

Comment s'inscrire ?

 

Tarif de l’atelier : 180 € 

Lien pour s’inscrire : https://www.weezevent.com/atelier-gerez-votre-temps-pour-une-vie-zen-et-organisee

Inscriptions ouvertes jusqu'au 6 mai minuit (attention : nombre de places limité).

Démarrage de l’atelier le 7 mai 2018 à 10h.

 

Partager cet article

13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 06:00
Comment s’organiser sans culpabiliser ? (article invité)

Voilà bien lontemps que je n'avais pas accueilli ici d'article invité ! Et aujourd'hui, je suis ravie d'ouvrir les pages du blog à l'une de mes "stagiaires", que j'ai eu le plaisir d'accompagner le temps d'un atelier :

Laure Jouteau, la délicieuse (et pétillante !) créatrice des Aventurières.

A l'issue de l'atelier que nous avons partagé, Laure m'a proposé d'écrire un article sur sa vision du temps. Le voici !

Diane

 

"Cet article parle de lui-même parce que… j’aurais dû l’écrire il y a plus de 9 mois !

Il y a 9 mois, j’ai fait la formation (géniale) de Diane, Bien s’organiser pour mieux travailler de chez soi, et je lui ai proposé dans la foulée de faire un article. Cet article qui paraît quasi un an plus tard.

Oui mais… c’était la grande Diane Ballonad Rolland, sa formation était brillante, son site est la référence en matière d’organisation et de gestion du temps sans culpabiliser. Qu’est-ce que j’allais bien pouvoir ajouter d’intéressant à sa perspective ?

Alors j’ai traîné, traîné, traîné. Repoussé cet article de mois en mois, écrit une demi douzaine de versions. Et pendant tous ces mois, il pesait sur ma conscience. Oh, pas lourd hein, quelques milligrammes de culpabilité seulement… pendant 9 mois.

Le joli paradoxe, c’est que mon métier c’est d’accompagner des femmes à monter des boîtes qui déboîtent. A libérer leur génie et de vivre (doduement) en faisant ce qui a du sens pour elles. Le plaisir qui génère l’abondance. Un plutôt chouette boulot, je ne vais pas te mentir. Un boulot qui n’inclue pas de se culpabiliser la vie pour des articles.

Et puis hier soir, ça a fait tilt : je le connais ce blocage, je le vois souvent à l’œuvre chez mes clientes : la peur du manque. Peur de manquer de talent (comme pour cet article), peur de manquer de revenus, de temps, de contacts, etc. Cette vision du monde et de ses ressources comme quelque chose de fini, comme un gâteau qu’on doit partager en tranches de plus en plus petites, a quelque chose de profondément dérangeant : la Nature ne fonctionne pas avec cette logique. Elle se fiche bien qu’on mesure le temps en minutes, en secondes et qu’on fasse des To-Do Lists et des deadlines. Elle a ses cycles, et elle crée, infiniment, abondamment.

Comme on a peur de manquer, on accumule, on amasse, et quand ça déborde, on stresse, on somatise, on décompresse.

Et si on se rappelait que l’abondance est notre état naturel, et qu’on se lâchait la grappe sur tous ces supposés manques ?

 

 

Tout ce qui ne se mesure pas, mais qui compte, tellement

 

On est dans une société de la quantité et du quantitatif. Il suffit d’entrer dans un supermarché pour le constater : on a créé et on participe à une société où ça semble une bonne idée d’avoir le choix entre 20 marques de sopalin et 60 sortes de café. On veut remplir nos journées, ne surtout pas « perdre » « gaspiller » les minutes qui passent. On parle même de temps « mort » pour décrire le temps qui n’est pas employé à faire quelque chose. Tu parles d’une vision culpabilisatrice du temps.

Idriss Aberkane en parle dans son livre « Libérez votre cerveau » : il compare la vie ‘notée’ et la vie réelle, en montrant comme on a cherché à résumer l’intelligence humaine, un objet complexe, beau et largement incompris, en la faisant rentrer dans des cases : QI, notes, évaluations, classements… pour se donner l’illusion de la maîtriser et de la contrôler.

Il en va de même avec notre argent, notre temps, notre nourriture. Nous sommes dans l’accumulation, le plus souvent au détriment de la qualité. Comme des robots, nous en faisons toujours plus. Il faut se prouver qu’on a été ‘efficace’, et remplir pour ne pas perdre une goutte de la vie. Il suffit de voir le succès des applications pour mieux s’organiser, des sites entièrement consacrés à la productivité pour le voir : nous n’avons pas envie d’être en paix avec le temps, nous voulons le dominer.

Bronnie Ware est une infirmière qui a travaillé de nombreuses années auprès de personnes en fin de vie. Elle a remarqué que ces personnes exprimaient les mêmes regrets, et a décidé de les publier pour permettre à chacun de nous de revoir nos priorités pendant que nous le pouvons. Tous ces regrets ont trait à l’être, et pas au faire. Tu peux trouver la liste complète ici, mais les deux premiers sont éloquents pour cet article :

« J'aurais aimé avoir eu le courage de vivre la vie que je voulais vraiment, pas celle que les autres attendaient de moi. »

Et « J'aurais dû travailler moins ».

Si on regarde notre vie aujourd’hui, nous sommes lancés dans une course à l’accomplissement. On veut faire des choses comme si le but de la vie était de cocher une To-Do List géante : savoir jouer ce foutu morceau de piano, avoir « fait » le tour du monde, le saut en parachute, quitté son job, écrit son livre, « fait » des enfants et les envoyer aux bonnes écoles…

On confond la fin et les moyens. On veut maîtriser et mesurer nos accomplissements. Et on en oublie l’essentiel. Le non mesurable. Le plaisir, le moment présent, l’être au lieu du faire. On réduit notre vie à des instantanés de réussite sans se s’arrêter pour en profiter. Place, place, ya pas le temps !

 

 

 

 

 

Le retour vers l’abondance

 

Ce que je voudrais te proposer, c’est de faire un constat avec moi : les ressources ne sont pas des choses objectives et mesurables. Et même quand on les mesure, c’est une opération vaniteuse, comme si la taille d’un vêtement pouvait résumer le physique d’une personne - sans même parler de sa beauté ou de sa valeur.

C’est la qualité qu’on leur applique qui compte. Je peux te citer des exemples multiples de personnes qui ont gagné énormément d’argent et tout perdu par la suite, de façon répétée, alors que d’autres qui ont objectivement moins d’argent vivent exactement comme elles le veulent.

Certaines personnes sont débordées et courent après le temps en permanence, alors que d’autres ont l’air d’avoir des journées de 36 heures et d’habiter sur un nuage bouddhiste zen.

Ce n’est pas une question de quantité, c’est une question de sentiment, et de choix. Le premier choix, c’est de reconnaître notre responsabilité face à notre temps*. Ton temps est le reflet de ce que tu crois sur le temps : qu’il n’y en a jamais assez, qu’il faut travailler dur pour réussir, que les enfants c’est la fin de la vie sociale. Quelles que soient tes croyances, ton expérience ne fera que la renforcer : c’est le biais de notre cerveau, il ‘choisit’ ce qu’il voit pour renforcer notre vision du monde.

Je ne veux pas qu’on s’arrête au temps, parce que Diane a tout bien expliqué dans son nouveau livre, Magical Timing. Ce que je voudrais, c’est que tu élargisses la vision aux autres domaines dans lesquels la peur du manque te fait adopter des comportements qui te desservent. 

Ou alors, dit autrement :

 

Si tu étais sûre de ne pas manquer de … (temps, argent, contact, confiance, idées, talent…) qu’est-ce que tu ferais ?

 

Comment se passeraient tes journées ?"

 

Retrouvez Laure sur son site www.lesaventurieres.com !

 

* Je vous apporterai, dans un tout prochain billet, un complément sur ce que j'entends exactement par "Prendre la responsabilité de son temps" ;)

Diane

Partager cet article

18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 06:25
Gérer son temps quand le quotidien se complique...

La gestion du temps telle qu'on la conçoit ici et là repose, et c'est principalement ce qu'on lui reproche, sur des principes, certes qui ont fait leurs preuves (pour la plupart), mais qui semblent complètement déconnectés de la réalité. 

Très beaux sur le papier, ces principes ne résistent souvent pas à l'épreuve du quotidien, par essence mouvant, et impacté par de si nombreux facteurs (notre niveau d'énergie, notre charge de travail, l'absence de collègues, votre enfant qu'il vous faut ramener pour la 4ème fois chez le médecin, etc.).

Lorsque tout roule, et que notre quotidien suit à peu près sa routine, nous réussissons plutôt facilement à dérouler quelques-uns de ces principes et à appliquer notre organisation habituelle. Nous avons d'ailleurs l'énergie pour y parvenir, et à priori suffisamment de marges de manoeuvre pour rebondir en cas d'imprévus (d'ailleurs, vous le savez désormais si vous me suivez depuis longtemps, une bonne gestion du temps intègre dès le départ le facteur "imprévus").

En revanche, ça coince lorsque notre routine quotidienne, rassurante et bien huilée, est bouleversée par un événement plus important (ou un facteur d'événements). La machine se grippe, c'est le (gros) grain de sable qui vient stopper net la mécanique...

Il peut s'agir d'une séparation, d'un accident, de l'annonce soudaine d'une maladie, de soins médicaux nécessaires, d'un changement de travail ou de poste, d'une perte d'emploi, ou tout simplement d'un accroissement excessif de travail... Nous avons chacun déjà expérimenté ce type d'événements et nous sommes tous concernés, à des degrés divers.

La difficulté, lorsque l'on traverse ce type d'épreuves, c'est de faire face à un quotidien qui, lui, continue de vous solliciter : enfants, maison, courses, repas, ménage, linge, papiers administratifs, mais aussi dossiers en cours, réunions, entretiens et projets à développer, tandis que votre temps, lui, n'est pas extensible... 

Cela se complique encore plus quand l'événement en question s'installe dans la durée. Je pense notamment aux nombreux aidants familiaux qui doivent répondre présents, et tenir bon, sur de longues périodes.

Et le véritable enjeu, dans ce cas précis, est d'assumer ses obligations sans perdre pied, et sans y laisser trop de plumes...

 

Mon propos aujourd'hui est de tenter de vous démontrer que vous pouvez justement, dans ces moments de plus forte tension et de stress, vous appuyer sur la gestion du temps.

 

En l'utilisant intelligemment...

Et en l'adaptant.

 

Et c'est cette gestion du temps que j'aime tout particulièrement et que je défends au quotidien !

Pas une gestion du temps théorique et inaccessible vers laquelle nous rêvons un jour de tendre (ou pas), mais bien une gestion du temps "vivante", au sens propre du terme.

 

Une gestion du temps ancrée dans la réalité, qui vit et évolue avec nous et notre contexte de vie.

Une gestion du temps qui se met à notre service et nous soutient, quand ça va bien, mais surtout aussi quand ça va un peu moins bien...

 

C'est dans ces moments-là qu'elle nous est le plus utile et qu'elle prend tout son sens.

 

  

 

Témoigner pour que vulnérabilité (même passagère)

ne rime pas avec culpabilité

 

Cela fait deux mois que je jongle avec une première hospitalisation de mon mari suivi d'une convalescence à la maison d'un mois et d'une seconde hospitalisation  qui date d'hier midi (je vous rassure, rien de très, très grave en soi, du style qui engagerait le pronostic vital, mais une maladie chronique qui le rend plus vulnérable aux infections et nécessite une surveillance attentive et minutieuse).

Cela implique pour moi, outre une charge émotionnelle que je n'avais pas, de fait, anticipé et avec laquelle je dois composer : 

  • un surcroit de fatigue (physique et psychique).
  • quelques épisodes d'anxiété, surtout au moment de me coucher (mais je dors bien malgré tout).
  • des visites à l'hôpital qui doivent s'intercaler, parfois difficilement, dans un agenda toujours chargé en cette période de fin d'année et rentrer en concurrence frontale avec mes obligations familiales ("Qui va pouvoir aller chercher Marie ce soir à l'école ?").
  • Des temps de travail réduits, parfois carrément amputés !
  • Une organisation familiale que je ne partage plus pour l'instant (ou très peu) avec mon mari (là où nous nous partageons habituellement les tâches de façon très équitable), et donc que j'assume seule, en impliquant toutefois encore davantage mes deux grands.
  • Quelques efforts pour maintenir une bonne ambiance à la maison, faire rire les enfants (un peu) et se faire (beaucoup) de bien (à coups de plaids bien moelleux, de fondants au chocolat et de bons petits plats - mon poulet au curry maison est top !)

 

Si je vous raconte tout ça, ce n'est pas, vous l'imaginez, pour vous raconter ma vie, et encore moins pour me plaindre et susciter votre compassion (et je vous le dis sincèrement, ce n'est vraiment pas l'objet de ma démarche) car je sais combien ce que je vis en ce moment n'a aucun caractère exceptionnel et que chaque famille a son lot de "complications".

J'ai compris en revanche que ce que je vivais en ce moment pouvait avoir valeur d'exemple et contribuer à déculpabiliser celles et ceux qui se sentent fragilisés à un moment ou à un autre de leur vie.

Je n'hésite pas d'ailleurs à le souligner dans mes ateliers ou en entretien de coaching dès que j'en ai l'occasion : 

Oui, on peut être une spécialiste confirmée de la gestion du temps, travailler depuis des années sur les questions d'organisation, de qualité de vie au travail et de l'équilibre ET connaître aussi des périodes plus compliquées, des hauts et des bas, et même, des ratés d'agenda !

So what ?

C'est plutôt rassurant, non ? ;)

 

 

Mes pistes pour ne pas perdre pied et tenir bon

 

 

 

Rentrons désormais dans le vif du sujet !

Pardon pour ce long billet, et tant pis pour celles et ceux que j'aurai perdus en cours de route, c'est probablement à celles et ceux qui me liront jusqu'au bout que ce billet est destiné... !

Voici donc très concrètement les aménagements que j'ai mis en place pour préserver l'essentiel, ne pas perdre pied en cours de route et conserver si possible ma lucidité :

 

1ÈRE PISTE : JE ME RECENTRE SUR L'ULTRA ESSENTIEL ET PROTÈGE MON TEMPS EN M'AUTORISANT À ANNULER OU À REPORTER UN RENDEZ-VOUS.

 

Concrètement, comment cela s'est traduit pour moi ?

 

J'ai pris le temps d'identifier mes engagements et mes priorités, professionnelles notamment mais aussi personnelles, d'ici la fin de cette année, histoire de les avoir bien en tête, et je les ai notés noir sur blanc.

Je privilégie donc, côté professionnel, les engagements déjà pris et notamment ceux pour lesquels, c'est la moindre des choses, j'ai déjà perçu un règlement : mes ateliers en ligne (ceux en cours et ceux à venir), mes coachings individuels en cours, les demandes de devis pour 2017, mes projets chauds en cours et liés à une actualité proche (mon prochain livre qui paraitra en janvier sur la gestion du temps, et un très chouette programme de méditation sur la gestion consciente du temps, sur lequel je travaille, et qui sortira en janvier également - je vous en reparlerai très vite !), une formation de trois jours en présentiel que j'animerai fin novembre sur la gestion du stress, la formation de 8 mois que je suis en tant que stagiaire à titre personnel. Point.

Vous aurez peut-être remarqué d'ailleurs que j'étais moins présente sur le blog ces derniers temps...

 

J'ai également pris le temps de repérer mes points de vigilance, c'est-à-dire ce sur quoi, me connaissant par coeur, je pourrais, à cause de la fatigue, d'un manque d'énergie passager ou d'un manque de disponibilité, négliger, faire passer à la trappe, voire carrément zapper, alors même que c'est important.

Pour tout le reste, je protège mon temps en m'autorisant à annuler ou à reporter tout ce qui ne rentre pas dans mon ultra essentiel sans culpabiliser (à l'exception de ce qui pourrait me permettre de souffler ou de recharger mes réserves d'énergie - Cf. piste n° 4).

Il peut s'agir, entre autres, d'un déjeuner, de la prochaine réunion des Mampreneurs de l'antenne que j'anime, ou des mails qui ne sont pas prioritaires. J'y mets cependant les formes et je prends le temps de m'excuser, et d'expliquer mon manque de disponibilité avec simplicité et honnêteté. 


 

2ÈME PISTE : JE PRENDS DEUX FOIS PLUS DE TEMPS POUR PLANIFIER !

 

Concrètement, comment cela s'est traduit pour moi ?

 

Saint-François de Sales disait : "Une demi-heure de méditation est essentielle, sauf quand on est très occupé. Alors, une heure est nécessaire."

 

C'est exactement le même principe de base en gestion du temps : 

 

L’idée à retenir, pour faire simple, c’est que plus on a de choses à faire, plus il faut prendre de temps pour planifier !

 

Pourtant, nous avons tous et toutes cette tendance naturelle à faire exactement l'inverse, saisi par la panique de ne pas parvenir à "tout" faire.

 

Une panique qui finit par nous paralyser et nous ôter toute lucidité pour avancer et accomplir nos priorités du jour.

 

 

Parce que ce mois de novembre est particulièrement bien rempli (sinon, c'est pas drôle !), je me suis préservée d'un sentiment de panique naissant face à ma charge de travail, de retour d'un déplacement sur Paris, en me posant une heure en fin de journée pour regarder bien en face cette charge de travail et lui affecter un créneau bien défini dans mon agenda sur les deux semaines à venir :

1- J'ai concrètement et basiquement noté sur une liste toutes ces choses à faire qui me venaient de plus en plus souvent à l’esprit (notamment les choses à faire sur les jours ou la semaine qui vient, donc plutôt sur du court-terme).
2- J'ai attribué à chacune de ces tâches une échéance précise.
3- J'ai scrupuleusement noté le temps que chaque tâche devrait me prendre (après estimation la plus réaliste possible).
4- Etape la plus importante : j'ai fixé à chacune de ces tâches un créneau bien défini dans mon agenda !

Ce simple travail, quand il est fait sérieusement, de façon réaliste (et donc réalisable), et jusqu’à la 4ème étape, libère considérablement l’esprit car une fois ce travail effectué, je n'ai plus besoin de faire des efforts pour me demander COMMENT je vais faire pour tout faire, puisque j'y ai déjà réfléchi à tête reposée, et un créneau a déjà été attribué à chaque tâche. C’est donc en quelque sorte déjà « traité » par mon cerveau. C’est comme si c’était déjà « pris en charge », et je n'ai plus à m'en occuper (sauf le jour J en revanche !).

Car plus nous parvenons à respecter ces créneaux que nous aurons minutieusement définis, plus nous apporterons du crédit à nos prochaines séances de planification, et plus notre cerveau sera rassuré sur le fait qu’il peut faire confiance à ce système. Un vrai cercle vertueux qui nous permet à la fois d’être plus efficace, mais aussi et surtout plus serein... et plus lucide !

De la même manière, je prends deux fois plus de temps le matin (au café dans la plupart des cas !) pour planifier ma journée. Je prends soin de regarder si ce que je prévois de faire est réaliste, si j'ai bien pris en compte un coefficient d'imprévus dans ma planification, bref, si tout ça tient la route ! C'est ce qui me permet, le reste de la journée, d'avancer les idées claires et de rester (autant que possible) efficace, et donc de garder la main sans me sentir dépassée.  Je m'y colle une bonne fois le matin (j'y mets toute mon attention sur un temps limité) et je suis tranquille pour la journée ;)

 

3ÈME PISTE : J'ACCEPTE SANS CULPABILISER QUE CERTAINS PROJETS N'AVANCENT PAS COMME JE L'AURAIS VOULU ET JE LES DIFFÈRE SANS SOUCI.

 

Concrètement, comment cela s'est traduit pour moi ?

 

Parce que nous ne pouvons pas tout contrôler et que nous ne sommes pas des sur-hommes, je lâche prise sur les projets que je souhaitais faire avancer à moyen terme. Je ne suis pas Shiva, je n'ai pas 4 ou 8 bras, je ne travaille pas (encore) la nuit. Alors, tout le reste, ça attendra 2017 ! Et tant pis pour les belles idées et les pics de créativité débordante, ils attendront aussi ! Mes projets d'audios, de formations PDF, pour ne citer qu'eux, sont simplement différés dans le temps. Ils verront le jour quand le moment sera venu.

C'est cela aussi ce que j'entends par s'inscrire dans une approche intuitive du temps, si chère à Kairos...

 

4ÈME PISTE : JE RESTE CONNECTÉE À CE QUI FAIT SENS POUR MOI, POUR recharger MES RÉSERVES D'ÉNERGIE... et pour souffler !

 

Concrètement, comment cela s'est traduit pour moi ?

 

Très basiquement, parce que beaucoup de choses reposent sur moi en ce moment, j'ai aussi mis la gestion de mon énergie en tête de liste de mes priorités.

M'accorder des bulles d'oxygène plus longues que d'habitude au café (toujours), ne pas renoncer à ce qui fait sens pour moi, comme le fait de maintenir mes 3 prochains déplacement sur Paris d'ici la fin de cette année, de prendre le temps d'écrire ce billet (écrire ici commençait sérieusement à me manquer !), ou encore de m'inscrire malgré le contexte à une formation de deux jours fin novembre sur la prise en charge du burn-out professionnel par le coaching. 

Rester malgré tout dans une dynamique de développement et de croissance est important pour moi, c'est aussi ce qui me permet de maintenir un équilibre qui profite à moi mais également, par ricochet, aux miens.

 

 

Je m'arrête là car il est minuit 35 et qu'il est temps que j'aille me coucher... J'ai un billet à publier tôt demain matin !

J'espère simplement, en écrivant ces derniers mots, que mon partage vous sera utile, aujourd'hui ou plus tard. N'hésitez pas à le partager avec celles et ceux qui pourraient en avoir besoin.

 

Je vous souhaite une douce nuit...

Diane

 

PS : Merci de m'avoir lue jusqu'ici.

 

En aparté

Ce billet, un peu plus personnel que les autres et totalement improvisé, fait suite à un échange téléphonique que j'ai eu avec l'une de mes coachées hier matin. Je lui racontais comment j'avais adapté ma gestion du temps pour faire face à une période un peu compliquée en ce moment.

En voyant combien mes propos trouvaient écho en elle, qui sort également d'une période difficile, je me suis dit qu'il serait utile de partager ici, avec vous, ce que j'ai concrètement mis en place.

Non pas pour conseiller de façon unilatérale ou dire avec arrogance "ce qu'il faut faire" mais bien pour partager modestement quelques pistes, issues dans ce cas précis de ma propre expérience personnelle, celles que j'applique en ce moment même. 

Je me dis, comme souvent d'ailleurs à travers ce blog, que si cela peut être utile à au moins l'un ou l'une d'entre vous, le temps (justement) que j'aurai pris pour écrire et mettre en forme ce billet n'aura pas été vain... Et cette seule perspective me met le coeur en joie.

N'hésitez pas d'ailleurs à venir partager via les commentaires ce que vous faites, vous, pour faire face à un quotidien qui se complique. Le forum est ouvert !

Diane

Partager cet article

                      

                      Diane BALLONAD ROLLAND

                    

 

 

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi, mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

 

Je m’appelle Diane, j'ai 44 ans, je suis Coach professionnelle certifiée, spécialiste de l'équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, Consultante et Formatrice en Gestion du temps et Equilibre de vie depuis 2010, et je suis aussi la maman imparfaite de 3 enfants. Zen & Organisée, certes, mais je vous rassure, pas tous les jours et c'est tant mieux !

Mon coeur de métier est d'aider les femmes débordées, fatiguées, stressées par les contraintes de la vie quotidienne, à se réapproprier leur temps et à (re)trouver un équilibre. C'est ce qui porte chaque jour depuis plus de 7 ans aujourd'hui.

Créé en novembre 2010, ce blog propose, à travers des articles, des ressources, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes (avec exigence mais sans recettes miracles !) pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.

 

Je suis ce que l'on appelle une "entrepreneuse nomade", travaillant aussi bien dans le train que dans un café, dans un espace de coworking ou chez moi. C'est un mode de vie qui me ressemble, doux, libre et créatif, dans lequel je m'épanouis et peux donner le meilleur :)

Je me suis créée une vie professionnelle sur-mesure : mon quotidien aujourd'hui s'organise autour de différentes activités, toutes complémentaires. Chacune d'elles sans exception me passionne, qu'il s'agisse d'accompagner sur le chemin de l'équilibre et du sens, d'écrire pour mes blogs, de travailler à un nouveau livre, de concevoir un nouvel atelier en présentiel ou en ligne, d'animer une formation, grand public ou proposée par un organisme de formation, ou encore une conférence dans une entreprise.

Entière, intuitive, multiple, j'aime les choses simples et travaille avant tout avec le coeur et en accord avec mon ressenti.

Je ne triche jamais et privilégie l'authenticité, tant dans mon travail que dans mes relations. En réalité, je n'ai aucun mérite car je ne sais pas travailler autrement que dans la confiance, la bienveillance et le respect réciproques.

Si c'est aussi votre cas, nous avons toutes les chances de nous entendre et de faire un bout de chemin ensemble !
 

"L'étoile, c'est ce qui canalise nos énergies, c'est un appel à nous mettre en route, c'est une direction que nous ressentons comme juste au sens plein du terme, c'est une finalité dont découlent les objectifs et qui leur donne de la cohérence et du sens. Elle n'est pas forcément facile ni agréable à suivre, mais c'est elle qui donne du sens à notre existence et nous permet de faire du temps l'allié de notre vie." (François Délivré)

 

Ma box "Zen & Organisé" dans Happy Life Box

 

{Manifeste pour une vie plus douce} PDF à télécharger gratuitement

 

{Mes 50 Mantras pour se réapproprier son temps} PDF à télécharger gratuitement
{Se former au métier d'home-organiser} L'Académie des Pros de l'organisation

 

{Mon podcast audio} sur Soundcloud ou Apple Podcast

 

{Le temps et moi} Mon programme de méditation sur l'app Méditer avec Petit Bambou

 

Magical Timing au travail, Concilier sérénité et organisation (2018, Rustica Editions)

 

Magical Timing, l'art de retrouver du temps pour soi (2017, Rustica Editions)

 

J'arrête de procrastiner, 21 jours pour arrêter de tout remettre au lendemain (2016, Eyrolles)

 

 

 

Membre Fondatrice et Présidente de la FFPO