Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 06:30
J'aide mon enfant (et mon ado) à s'organiser !

Nous rêvons tous en tant que parents que notre progéniture accomplisse joyeusement et sans rechigner (doux rêveurs…) ce que nous lui avons demandé de faire : devoirs, petites responsabilités domestiques, routines quotidiennes, etc., et si possible, bien entendu, au moment où nous lui avons demandé de le faire.

La réalité est, comment dire, quelle que peu différente et tout parent sait combien il est nécessaire, dans la grande majorité des cas, de répéter moult fois une demande avant que celle-ci ne soit satisfaite. Et encore, quand elle l’est…

« Il est l’heure d’aller te coucher ! Va te laver les dents ! Tu as fini tes devoirs ? Range ta chambre ! C’est à ton tour de débarrasser la table. »

Nos injonctions répétées semblent glisser sur eux comme de l’eau sur les plumes d’un canard.

Connaissez-vous en effet beaucoup d’enfants qui obéissent au doigt et à l’œil et s’exécutent manu militari à la moindre de nos demandes ? Personnellement, je n’en connais pas beaucoup mais je trouve ça plutôt rassurant, non ?

Les enfants sont par excellence les rois de la procrastination. Et pour cause ! Ils ne sont pas encore parfaitement armés pour structurer, planifier, anticiper.

En revanche, nous pouvons si nous le souhaitons mettre en place des conditions favorables pour les aider à s’organiser et à mieux se concentrer, qu’il s’agisse de leur redonner confiance, de développer chez eux le droit à l’imperfection (si, si !) ou encore de limiter les sources de distraction.

 

Savoir s'organiser, ça s'apprend !

Contrairement à ce que l'on pense souvent, savoir s’organiser n’est pas inné. Ca s’apprend !

Et c’est plutôt une bonne nouvelle car nous pouvons assez facilement, par des petits conseils de bon sens, apprendre à notre enfant à s’organiser, et ce dès le plus jeune âge.

Dès la primaire en effet, apprenons-lui par exemple à s’autonomiser en lui demandant de :

  • Préparer son cartable du lendemain la veille au soir.
  • Checker lui-même son cahier de textes pour avoir une vue d’ensemble sur les devoirs de la semaine (et pas uniquement du lendemain).
  • Lui demander d’étaler son travail sur la semaine pour ne pas tout avoir à faire la veille au soir (histoire de le familiariser avec les bienfaits de la planification !).
  • Adopter une stratégie de temps limité (durée laissée à votre appréciation) pour ne pas se décourager par des séances de devoirs trop longues et éprouvantes.

 

 

 

Voici enfin quelques autres astuces, qui une fois adoptées seront particulièrement utiles aux collégiens et aux lycéens :

 

  1. Apprenez-lui à hiérarchiser ses priorités

Compte-tenu du temps dont il dispose et de sa charge de travail, quelles sont ses priorités du jour ?

Sur quoi doit-il prioritairement se concentrer ?

« Attention, un devoir sur table se profile vendredi matin, nous ne sommes que mardi mais je sais que je ne pourrai pas réviser jeudi soir car j’ai entraînement. En plus de mes devoirs de demain, l’une de mes priorités sera de travailler pendant 30 minutes sur le sujet du DS de vendredi ce soir et d’y revenir demain soir. »

Apprenez-lui également, même si cela vous semble évident, à faire des listes et à programmer des alertes sur son smartphone pour libérer son esprit.

 

  1. Apprenez-lui à évaluer le temps réel d’une tâche.

Comme les adultes, les enfants et ados ont du mal à évaluer la durée réelle d’une tâche. Cette difficulté peut les conduire à procrastiner, soit parce qu’ils surestiment ce temps et se découragent devant l’ampleur de la tâche, soit au contraire parce qu’ils le sous-estiment et qu’ils se disent qu’ils auront « largement » le temps !

Pour les plus jeunes, on pourra utiliser un chronomètre visuel qui l’aidera à prendre conscience du temps qui passe et à structurer le temps durant ses devoirs.

Un « Time-timer » est disponible sur le marché : il permet à l’enfant de « voir » le temps s’écouler puisqu’il s’agit d’un cadran dont un secteur, coloré en rouge, diminue au fur et à mesure que le temps passe. L’enfant verra donc à quoi s’attendre et ne perdra pas son temps à se demander combien de temps il lui reste pour terminer sa tâche.

 

 

  1. Favorisez des conditions de travail qui lui conviennent avant tout.

Idéalement bien sûr, il convient de limiter les distractions qui risquent de nuire à la qualité de son attention. On imagine donc aisément qu’il est préférable de le faire travailler dans sa chambre, sur un bureau épuré, face au mur, sans la moindre distraction à moins de 20 mètres !

Mais dans la réalité, ce n’est pas aussi simple… Contre toute attente, certains enfants et adolescents travailleront mieux en plein séjour, avec un fond sonore (musique ou télévision), entourés par la présence rassurante des siens.

Faites le point avec lui et soyez clairs : s’il ne parvient pas à se concentrer et s’arrête toutes les deux minutes pour suivre l’émission en cours ou parler à son frangin, il devra retourner travailler « au calme » dans sa chambre.

De la même manière, faites en sorte, s’il est en primaire notamment, qu’il dispose de tous les outils à portée de main (cahiers, livres, fournitures) pour travailler dans de bonnes conditions et faciliter le passage à l’action.

Soyez intransigeant en revanche sur un point : demandez-lui expressément de ne faire qu’une seule chose à la fois. Une fois adoptée, cette habitude lui sera utile le reste de sa vie !

 

  1. Mettez en place avec lui une routine qui facilite sa mise en mouvement.

(Pour les élèves de l'école primaire surtout ; au-delà, laissez-leur trouver seuls la mise en mouvement qu'ils leur conviennent).

En déterminant avec lui une routine simple et non contraignante, laissant aussi la part belle au plaisir et à la détente, vous contribuez à faciliter sa mise en route.

Comme pour les adultes, pourquoi ne pas inventer un ou plusieurs plusieurs petits rituels agréables qui ponctueront sa fin de journée ? 

L'exemple de Tom :

Quand il rentre de l’école à 17h 30, Tom commence par décompresser en prenant son goûter devant son manga préféré.

Une demi-heure plus tard, il s’installe à son bureau pour faire ses devoirs. Il sait qu’il ne pourra jouer à sa console de jeu qu’une fois les devoirs faits.

Quand il s’installe à son bureau, il commence toujours par allumer son Time-Timer (ça l’amuse et ça l’aide à visualiser le temps !) et par fixer une durée pour son travail du jour, en général une demi-heure, mais parfois, trois quarts d’heure. Si cela ne suffit pas, il relance une courte session.

Il consulte son agenda et regarde ce qu’il a à faire sur la semaine et la semaine prochaine, et regarde s’il pourra s’avancer un peu ce soir.

Il sort de son sac les livres et cahiers dont il n’aura pas besoin pour le lendemain et pose sur son bureau tout ce dont il aura besoin pour ses devoirs.

Une fois ses devoirs du jour terminés, il jette un coup d’œil sur son emploi du temps du lendemain et clôture sa séance de travail en préparant son sac pour le lendemain.

Le voilà l’esprit libre et enfin disponible pour se détendre sur sa console de jeu avant la douche et le repas du soir !


 

* Extrait de mon dernier livre, J'arrête de procrastiner, 21 jours pour tout remettre au lendemain, en libraire depuis le 25 février 2016.

 

14 janvier 2016 4 14 /01 /janvier /2016 06:25

 

 

J'ai eu ces dernières semaines un vrai coup de coeur pour le livre de Charles Caplette, Chouette, c'est l'heure des devoirs !, et je prends enfin le temps de vous en parler aujourd'hui.

Sous-titre et 4ème de couv' prometteurs : 50 idées pour aider votre enfant à travailler joyeusement à la maison grâce à la pédagogie positive - Pour (re)trouver le plaisir de faire ses devoirs dans la joie et la bonne humeur ! 

 

"Quand on fait ses devoirs, il parait qu'on ne peut pas : 

  • s'amuser, 
  • écouter de la musique,
  • se balancer sur sa chaise,
  • faire le clown, 
  • se cacher sous la table, 
  • faire des cocottes en papier, 
  • éteindre la lumière, 
  • les faire faire à ses parents,
  • se déguiser,
  • se blottir au fond d'un lit...

Et bien si c'est possible ! Et ce livre va vous montrer comment !"

 

Il n'en fallait pas plus pour piquer ma curiosité...

 

Nous voilà donc confrontés à cette terrible injonction ou demande : il faut que mon fils ou ma fille fasse ses devoirs. Alors que nous sommes nous-mêmes en train de tenter de nous remobiliser, il nous faut remobiliser également le petit être dont nous sommes responsables et qui quelquefois présente tous les symptômes d'une démotivation profonde. {...} Se bousculent alors en nous toutes sortes de pensées et d'émotions qui vont de l'agacement à la colère, accompagnées d'un sentiment de culpabilité. {...} Ces peurs et cette culpabilité ne sont absolument pas productives mais nous pouvons décider de changer notre perception de ce qui est en train de se passer et du coup changer notre façon de faire !"

Charles Caplette

 

Et Charles Caplette sait de quoi il parle : père de trois enfants, l'auteur est professeur en lycée professionnel et se définit comme un "chercheur en pédagogie meilleure".

 

Comment en effet motiver un enfant qui a passé 6 heures assis à l'école à se mettre à faire ses devoirs ? Comment inventer une nouvelle façon d'apprendre ?

Ce livre propose aux parents des outils originaux pour aider les enfants à faire leurs devoirs à la maison et surtout faire de cette "corvée" un moment de complicité et de plaisir d'apprendre.

Les "50 recettes" ludiques et créatives (parfois décalées) ont été créées par l'auteur. Il invite par exemple les parents et les enfants à créer un rituel de démarrage à la manière du Haka des All Blacks, planter une tente (une table recouverte d'un drap peut parfaitement faire l'affaire) dans la maison pour que l'enfant s'installe dans son repaire pour faire ses devoirs, se déguiser en super-héros car c'est bien connu, les super-héros réussisent à peu près tout ce qu'ils font, faire ses devoirs ailleurs qu'à la maison : au parc, dans un café, etc., faire les devoirs dos à dos pour être connecté physiquement, inverser les rôles : c'est l'adulte qui va (exceptionnellement) faire les devoirs à la place de l'enfant, ou encore faire l'école buissonnière ...

Politiquement incorrect ? Au contraire. Rien de tel pour redonner le goût des devoirs aux enfants et leur montrer, mais surtout leur démontrer, par l'expérimentation concrète, que devoirs ne riment pas forcément avec ennui, rigueur et contrainte ! 

Et c'est ce qui m'a particulièrement séduite dans ce livre car l'approche de Charles Caplette ressemble en de nombreux points à la vision de l'organisation et de la gestion du temps que je défends depuis plus de 6 ans maintenant :

 

Une organisation drôle, créative, pétillante, décomplexée, joyeuse, bienveillante, douce, positive, respectueuse de ses besoins et de son rythme, sans jamais y perdre de son efficacité, bien au contraire !

 

 

 

 

Chouette, c'est l'heure des devoirs ! Charles Caplette - Eyrolles - 16,90 €

Préfacé par Isabelle Pailleau, l'une des deux auteurs du best-seller Apprendre autrement avec la pédagogie positive.

 

 

30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 05:20

               

 

L'automne est une saison que j'adore ! J'ai grandi en Bourgogne, région magnifique en cette saison, des paysages entiers teintés de rouge, jaune, marron et orange... Une saison propice au cocooning et aux activités à pratiquer chez soi, avec les enfants, les jours de pluie notamment !

Ce week-end, alors que je cherchais dans ma librairie préférée un livre sur l'automne pour ma fille de 6 ans, en prévision de l'herbier d'automne que nous allons créer ensemble, je suis tombée par hasard sur un livre pour lequel j'ai eu un véritable coup de coeur... Pour preuve, je bouscule même la programmation de mes billets pour vous le présenter dès ce mercredi !

 

Ce livre, le voici : Une année d'activités détente avec mes enfants, 52 semaines d'activités pour s'épanouir en famille, chez Mango.

Pour redécouvrir le plaisir d'être ensemble !

 

"Combien de fois par semaine entendez-vous "Je ne sais pas quoi faire...", "Joue avec moi...", "Je m'ennuie !". Vous aimeriez passer un moment privilégié avec vos enfants mais voilà, l'inspiration n'est pas toujours au rendez-vous !

Pas de panique, mon année détente recense pour vous plus de 200 activités ludiques et relaxantes, faciles à mettre en place, même par les parents les plus débordés ! Yoga, méditation, histoires relaxantes, activités créatives et pédagogie Montessori, tout est fait pour favoriser complicité et partage avec eux.

Vous pouvez commencer à tout moment de l'année, et semaine après semaine, vous verrez progresser vos enfants. A la fin du livre, l'ambiance à la maison sera apaisée et tout le monde en redemandera !"

 

J'ai apprécié les histoires relaxantes, histoires à lire à son enfant pour favoriser les moments de détente et de relaxation à deux. Comme par exemple, "Les nuages", ou encore "Les feuilles" et "Devant la cheminée", toutes créées par l'une des trois auteurs, Shobana R. Vinay, enseignante de yoga en milieu scolaire.

 

Mais j'ai aussi et surtout été conquise par plusieurs activités qui m'ont semblées particulièrement adaptées pour ralentir en famille. Elles ont été créées par Sophie de Mullenheim, maman de six enfants et auteur de livres de loisirs créatifs pour la jeunesse. J'en ai sélectionné trois pour vous.

 

       

 

 

3 activités détente et créatives

pour ralentir en famille :

 

1) On arrête tout !

 

Par les temps qui courent... L'expression dit à elle seule dans quelle ambiance vouv vivez au quotidien. C'est la course ! Et vos enfants pâtissent eux aussi de ce rythme soutenu, infernal presque. "Dépêche-toi !", "Vite !", "Allez, presse-toi un peu !", combien de fois dites-vous ces petites phrases au quotidien ? Et pourtant il est si important d'apprendre à se poser, à s'ennuyer aussi pour un enfant. Alors, pour briser ce rythme effréné et profiter un peu plus de l'instant présent, proposez de temps en temps de dire STOP ! Une façon toute simple de redonner du temps au temps...

 

C'est un petit jeu très simple qui ne demande aucun matériel et qui peut se faire partout. Il consiste à crier "STOOOOP !" à un moment inattendu de la journée et... à s'arrêter.

Chacun suspend son activité et s'apaise pendant deux minutes. Le petit qui jouait avec ses cubes arrête de faire sa pyramide, les grands qui se chamaillaient cessent sur-le-champ et vous qui vaquiez à mille choses, vous vous posez aussi.

Pendant deux minutes, le temps est suspendu.

Mais quoi faire alors ? Rien. Sinon regarder mieux ce qui nous entoure, respirer profondément, écouter le silence, avoir une meilleure conscience de ce que l'on était en train de faire mécaniquement, observer les autres...

Se réapproprier le moment présent en somme.

Concrètement, avec les enfants, cela vous permet de désamorcer une dispute (qui reprendra plus difficilement après deux minutes de calme), d'apaiser un peu l'excitation de la journée, de faire régner le silence quand le bruit enfle à la maison.

Si vous ne voulez pas crier "STOP !", agitez une petite cloche à la place. Elle tintera de nouveau à la fin des deux minutes. Et puis, de temps à autre, ce peut être quelqu'un d'autre que vous qui lance le signal. Vous pouvez aussi utiliser un minuteur de cuisine !

 

         

 

2) Journée sans montre

 

Inutile de le dire, les horaires sont souvent source de stress à la maison comme partout. Hélas, en semaine, ils sont nécessaires, voire incontournables. Alors, profitez d'un week-end ou d'une période de vacances pour vous libérer de leur carcan. Dites à vos enfants qu'aujourd'hui, il n'y aura pas de montre, donc pas d'horaires. Et jouez vraiment le jeu. Laissez vos montres au placard, éteignez les alarmes de vos téléphones et évitez de jeter un oeil à l'horloge du four ! Pas d'horaire, cela veut dire liberté totale et improvisation. Vos enfants vont adorer et vous aussi. A la fin de la journée, tout le monde sera plus reposé.

 

Commencez la veille, en désactivant votre alarme de réveil pour le lendemain.

Profitez-en pour faire une grasse matinée. Vous pouvez ensuite vous prélasser au lit et laisser vos enfants vous y rejoindre et leur lire une histoire.

Installez un buffet froid dans votre cuisine pour que chacun se serve quand il le désire. Les petits s'émerveillent de cette liberté et les gourmands se réjouissent !

Pour ne pas rester chacun dans son coin, retrouvez-vous à table pour discuter. Peu importe si tout le monde mange ou non.

Ensuite, allez dehors et essayez chacun votre tour de devenir l'heure qu'il est grâce à la position du soleil. Cela vous permet de vivre au rythme de la nature.

Une journée sans montre en déstabilisera peut-être plus d'un, à commencer par vous. Mais si vous la répétez plusieurs fois, vous découvrirez que certaines choses pour lesquelles vous instaurez des contraintes horaires se font aussi bien sans. Avec le temps, vous apprendrez sans doute à être plus souple et moins stressé.

 

3) Tous en pyjama !

 

Après la journée sans montre, voici la journée sans s'habiller ! Le but n'est certainement pas de faire un défilé de pyjamas mais plutôt de prendre le temps de ne rien faire. Pas de sortie en voiture, pas de courses, à peine un pas dans le jardin si vous en avez un. Bien entendu, ce genre de programme convient plus à la saison hivernale ou à une journée où il ne fait pas bon mettre le nez dehors. Prévoyez alors toutes sortes de petites activités particulièrement silencieuses et relaxantes.

 

Une journée pyjama sans coussins, couettes et polochons n'en est pas une. Rassemblez tous ceux que vous avez et aménagez un espace spécial dans une pièce de la maison. Chacun viendra s'installer là avec un bon livre ou pour faire un jeu de société. Soignez l'ambiance avec un peu de musique douce relaxante ou classique. Et pourquoi pas quelques bâtons d'encens ?

Organisez un atelier bricolage ou une séance de massage : massage des pieds (ou des mains pour les plus chatouilleux), des épaules...

Faites quelques petits exercices de yoga et de méditation proposés dans ce livre.

Pour les repas, prévoyez plutôt un brunch consistant qui démarrera la journée et tiendra lieu de déjeuner. Jus d'orange, chocolat chaud, croissants, tartines grillées, thé ou café, charcuterie, oeufs à la coque, salade de fruits... Au goûter, céréales et smoothie pour tout le monde. 

Et pour terminer, une petite tisane avant de se coucher sauf pour les petits qui ont du mal à se retenir la nuit.

 

                  

 

Une année d'activités détente avec mes enfants, 52 semaines d'activité pour s'épanouir en famille (2015, Mango) - 19,95 €

 

 

Signé par Diane de Zen et Organisée ! - dans Enfants zen Famille zen Slow Life Ralentir
commenter cet article
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 05:57

       

 

Cela ne vous aura probablement pas échappé, dans 8 jours, c'est la rentrée pour les 12 millions d'enfants, petits et grands, qui retrouveront avec plus ou moins d'enthousiasme le chemin de l'école !

Comment les aider à se préparer au mieux à cette nouvelle étape sans toutefois gâcher leur dernière semaine de vacances ?

 

Piste n° 1 : on recadre en douceur le rythme des enfants (et ados !) 

 

Fini le mode de vie décalé que nous apprécions tant, adultes compris, dans les vacances estivales ! Durant l'été, les enfants vivent généralement, et c'est tant mieux, à un rythme décalé ; ils se lèvent plus tard, ils se couchent plus tard, mangent à des horaires irréguliers, voire carrément à l'heure espagnole !

Une à deux semaines suffisent pour recadrer le rythme avant la rentrée. Mais qu'entend-on exactement par recadrer le rythme ?

 

Recadrer = remettre un cadre

 

Vous pouvez dès aujourd'hui commencer à recadrer les horaires en les levant un peu plus tôt (bon, pas à 6h 30 non plus !) et en instaurant un couvre-feu un peu plus tôt qu'actuellement,  en fonction de leur âge, sachant qu'il serait vain et contre-productif de les envoyer se coucher trop tôt (évitez le "20h au lit !") car ils ne s'endormiraient pas.

L'enjeu est de taille, y compris (surtout) pour nos ados : en veillant à réinstaurer un cadre permettant à vos enfants de dormir suffisamment, vous leur évitez de démarrer l'année scolaire avec une dette de sommeil qui, nous le savons, génère fatigue, problème de concentration, de mémorisation, irritabilité, etc. Pas terrible pour entamer la nouvelle année qui s'avère souvent très longue pour les enfants (il suffit de voir leur tête aux vacances de la Toussaint...).

 

Pour rappel, les besoins en sommeil des enfants* sont :

  • Entre 3 et 5 ans : entre 10 et 13h de sommeil par jour
  • Entre 6 et 13 ans : entre 9h et 11h
  • Entre 14 et 17 ans : entre 8 et 10h. 

 

Petites astuces :

  1. Allez-y progressivement, en avançant l'heure du coucher d'une 1/2h par jour par exemple (idem pour l'heure du lever) d'ici la rentrée.
  2. Ne les prenez pas par surprise ! Prévenez-les en amont chaque soir, en particulier les plus petits qui n'ont pas encore acquis la notion du temps, qu'ils iront se coucher un peu plus tôt. Expliquez-leur en quoi c'est important pour eux, à quoi sert le sommeil, etc.
  3. Donnez-leur une petite marge : "ce soir, tu iras te coucher entre 21h 15 et 21h 30 maximum." Cela leur laissera croire qu'ils ont le choix...

 

 

           

 

Idem pour l'heure des repas, vous pouvez profiter de cette semaine (à fortiori s'il s'agit d'une semaine de reprise du travail pour vous) pour mettre en place des horaires de repas un peu plus réguliers (sans instaurer l'armée à la maison non plus, ils sont encore en vacances après tout !).

Dînez si possible un peu plus tôt, si possible à la même heure pour remettre un cadre, avec si possible un retour à l'équilibre alimentaire (on range définitivement le saucisson et les chips de l'apéro ou on attend encore un peu ?).

Réinstaurez enfin des activités calmes après le repas, en renouant par exemple avec l'histoire du soir, moment d'intimité et de complicité fortement associé par l'enfant à la routine quotidienne de l'année.

 

* Source : Recommandations de la Fondation Nationale du Sommeil américaine

 

Piste n° 2 : on les remet dans le bain en douceur aussi

 

On les remet dans le bain en douceur (comprendre : on les prépare psychologiquement à la reprise !) en leur demandant de préparer leur cartable, leur trousse, de choisir les vêtements qu'ils souhaiteront porter à la rentrée, etc.

 

Petite astuce spécial ados pour les reconnecter à la rentrée : parlez leur langage (fringues) et proposez-leur une petite séance de shopping ! Fille ou garçon, effet garanti ! 

 

La rentrée peut aussi être l'occasion pour eux de gagner en autonomie et de d'accéder à une nouvelle responsabilité qui sera source de motivation (un portable pour la rentrée en 6ème, faire un court trajet maison/école tout seul, préparer tout seul ses vêtements et son cartable la veille, etc.).

Evoquez enfin avec eux les retrouvailles avec les copains/copines, la perspective d'un nouvel emploi du temps, de nouvelles matières, de nouveaux professeurs (bon, là, faut pas exagérer !), etc. La rentrée n' a pas que des désagréments. Gardons-nous de transmettre notre propre stress lié à la reprise des contraintes temporelles à nos enfants !

 

Piste n° 3 : Dédramatisons la sacro-sainte rentrée scolaire !

 

J'étais vendredi dernier l'invitée de François Clauss sur Europe 1 pour parler du stress de la rentrée. A cette occasion, j'ai souligné le fait que la rentrée était avant tout ce que l'on en faisait.

             

 

Réécoutez le podcast (à 59'45) : http://www.europe1.fr/emissions/europe-1-midi/europe-midi-votre-journal-pierre-de-vilno-210815-2504441

 

Ne cédons pas, en effet, à la pression médiatique, bien au contraire, faisons redescendre la pression en commençant par dédramatiser la rentrée !

Certes, le sujet s'apprête à occuper l'espace médiatique et ce n'est que le début, nous en avons l'habitude, il en sera encore question toute cette semaine et durant la première semaine de septembre ! C'est ainsi chaque année, et c'est ce qu'on appelle communément un "marronnier", un sujet abordé classiquement par les médias à des dates bien précises...

Cette présence médiatique peut nous amener à croire inconsciemment (une forme de suggestion ?) qu'un grand défi nous attend au tournant (J-10... J-5... J-2) et qu'il faut impérativement que nous nous tenions sur le qui-vive, sur les starting-blocks, prêt(e)s à en découdre !

Ne vous laissez pas influencer et si la rentrée a tendance à vous stresser (ce qui peut aussi ne pas être le cas !), modifiez votre point de vue et votre perception de la situation. C'est l'une des meilleures façons de gérer son stress dont je vous rappelle la définition ci-après :

« Le stress peut être défini comme l’état dans lequel nous nous sentons lorsqu’il y a un décalage entre la perception d’une sollicitation d’une part, et la perception de notre capacité à y faire face, d’autre part. »

 

Lorsqu’il y a un équilibre entre la façon dont nous envisageons une situation et la façon dont nous pensons pouvoir réagir, nous ne percevons aucun signe de stress. S’il y a déséquilibre, en revanche, nous ressentirons du bon ou du mauvais stress, voire un stress pathogène.

 

Même s'il est vrai que la perspective de la reprise d'un rythme un peu plus soutenu (après un été durant lequel nous sommes au moins libérés des allers retours à l'école/crèche/nounou) n'est guère réjouissante, gardons confiance en notre capacité à "franchir cette étape" avec succès ! Sauf situations particulières, nous y parvenons généralement chaque année sans trop d'encombres, n'est-ce pas ?

Evidemment, certaines rentrées sont un peu plus stressantes que les autres, tant pour les parents que pour les enfants, une toute première rentrée scolaire en Petite Section par exemple, un passage en CP, en 6ème ou en seconde, ou encore une reprise du rythme et du travail après un congé parental ou de maternité...

Mais si votre année s'annonce peu ou prou identique à l'année dernière, une petite semaine d'adaptation à la reprise du rythme scolaire devrait suffire.

Ne vous épuisez pas dès les premières semaines et gardez plutôt votre précieuse énergie pour tenir la distance dans la durée.

 

Faites le point : Etes-vous stressé(e) par la rentrée ?

 

Faites le point sur ce que vous appréhendez concrètement avec cette rentrée. Le simple fait de l'écrire ou de le verbaliser, bref de mettre des mots dessus, vous permettra de prendre un peu de distance et de désamorcer votre stress :

 

  • Qu'est-ce qui vous pourrait vous stresser à l'approche de cette rentrée ?

  • Que redoutez-vous précisément (mais peut-être ne redoutez-vous rien du tout et c'est tant mieux !)

  • Pensez-vous que ces appréhensions soient réellement fondées ? Peut-être un peu excessives, exagérées, grossies ? 

 

 

Piste n° 4 : Inventez vos propres "rituels de rentrée" !

 

Enfin, rien ne vous empêche de programmer sur la semaine de la rentrée un ou deux moments plaisir, à partager en famille, à deux avec votre conjoint ou, pourquoi pas, tout(e) seul(e) ! Une petite sortie en famille, un resto à deux avec votre moitié avant le "grand rush", un dernier apéro en fin de journée avec des amis pour célébrer la fin de l'été, libre à vous d'inventer vos propres "rituels" de rentrée !

 

Certes, la rentrée est presque là, même déjà là pour certain(e)s, mais ce n'est pas une raison pour mettre de côté tous les moments agréables qui ont ponctué notre été.

Il est tout à fait possible de reprendre le rythme (travail/écoles...) sans sacrifier tout ce qui peut ensoleiller votre journée. 

A nous de faire de la rentrée un événement résolument positif pour les enfants comme pour soi ! 

 

                               

    

 

 

 

23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 05:12

            

 

Voilà une lecture que je ne pouvais pas ne pas partager avec vous !

Les éditions Arênes, qui nous ont fait découvrir les best-sellers Calme et attentif comme une grenouille et Un coeur tranquille et sage, ont eu la bonne idée de lancer une nouvelle collection sur la parentalité bienveillante, pédagogie qui se développe activement grâce aux récentes découvertes des neurosciences, et de certaines personnalités comme Isabelle Filliozat en France, et Daniel Siegel aux Etats-Unis.

Passionnée par les neurosciences et la neuroplasticité, il ne m'en fallait pas plus pour m'intéresser à l'un des deux premiers livres de leur nouvelle collection : Le cerveau de votre enfant, du Pr Daniel Siegel et Tina Paine-Bryson :

 

"Comment élever mon enfant ? Comment l'aider à être heureux, équilibré, respectueux des autres ? Y a-t-il une méthode efficace pour gérer les peurs, les colères ? Ces questions, tous les parents se les posent. Aujourd'hui les découvertes sur le cerveau jettent une lumière nouvelle sur le comportement des enfants. 

Il est possible d'agir positivement sur le cerveau de l'enfant.

Le cerveau est notre organe le plus complexe : il comprend deux hémisphères, plusieurs aires - dont certaines sont dédiées au comportement moral, d'autres aux décisions ou à la motivation -, plusieurs "étages" - cerveau reptilien, limbique et cortex.

La clé est de les intégrer dans un même circuit, comme les différents systèmes du corps humain. Quand tous ces éléments ne fonctionnent pas  ensemble, surviennent les problèmes : colères, caprices, agressivité. Par notre comportement en tant que parents, nous pouvoir agir sur le bon fonctionnement du cerveau de l'enfant."

 

En 12 leçons illustrées qui parlent à tous, ce livre met à la portée des parents les éléments de base pour comprendre et agir. À l’aide d’explications claires et de bandes dessinées, vous apprendrez à vous connecter émotionnellement à votre enfant et à répondre aux situations difficiles. Ces outils lui permettront d’apprendre, au fil des jours, à mieux gérer les hauts et les bas de la vie, à cultiver l’harmonie intérieure et à s’ouvrir aux autres.

Le livre s'appuie notamment sur le principe de l'intégration, qui implique de relier les différentes parties du cerveau entre elles pour créer un tout efficace, ou comment aider votre enfant à exploiter les deux côtés de son cerveau...

 

Les 12 leçons illustrées :

  • Leçon n° 1 : Se connecter et rediriger - Surfer sur la vague de l'émotion
  • Leçon n° 2 : Nommer pour apprivoiser - Raconter son expérience pour endiguer ses émotions
  • Leçon n° 3 : Sollicitez-le, ne le faites pas enrager - Faites appel au cerveau d'en haut
  • Leçon n° 4 : L'utiliser pour ne pas le perdre - Exercer le cerveau d'en haut
  • Leçon n° 5 : Bouger le corps pour ne pas perdre l'esprit
  • Leçon n° 6 : Utilisez la télécommande de votre esprit - Ravivez vos souvenirs
  • Leçon n° 7 : La chasse aux souvenirs dans la vie familiale de tous les jours
  • Leçon n° 8 : Laissez passer l'orage - Expliquez à vos enfants que les émotions sont passagères
  • Leçon n° 9 : SISP - Etre attentif à ce qui se passe en nous
  • Leçon n° 10 : Exercer sa claire conscience - Apprendre à se recentrer
  • Leçon n° 11 : Augmenter le plaisir d'être en famille - Profitez les uns des autres
  • Leçon n° 12 : Se connecter par le conflit - Apprenez à vos enfants à se disputer en gardant le "nous" en tête

 

Après la lecture de ce livre, préfacé par Isabelle Filliozat, vous serez incollable sur les notions de cerveau droit, cerveau gauche, cerveau d'en haut, cerveau d'en bas, et surtout vous saurez en faire le meilleur usage pour le bien-être de votre enfant (et pour le vôtre aussi) !

 

"Un chef d'oeuvre ! Un guide facile à lire pour aider les enfants à développer leur équilibre et leur intelligence émotionnelle." Daniel Goleman, auteur de L'intelligence émotionnelle.

 

       

 

Le cerveau de votre enfant, 19,90 €, Les Arênes

 

5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 06:43

       

 

Le magazine Happinez vient de sortir son Hors-série n° 3 : Happi.Kids (en kiosque depuis le 26 mars dernier).

"Ce numéro spécial de Happinez est dédié à tous les enfants et parents que nous avons été, sommes et serons. Pour nous inspirer au quotidien et nous encourager à regarder le monde avec le “Beginner’s mind”, les yeux grands ouverts et le sourire aux lèvres, confiants. Nous inspirer des enfants pour enrichir avec eux notre quotidien de joie, d’énergie et de chaleur", signe Nathalie Cohen, la rédactrice en chef, dans son édito.

Un magazine qui se dévore de bout en bout, et que j'avais envie de partager avec vous aujourd'hui !

 

J'ai particulièrement apprécié les articles suivants :

  • "Semez les graines du bonheur"
  • "Vive les parents paresseux !" : une invitation à ne rien faire et à laisser faire.
  • "Revenir à soi : six exercices pour se ressourcer
  • "Eduquer, c'est faire confiance".

 

Mais pour être tout à fait honnête, j'ai tout aimé, les autres articles, les illustrations également (je suis très sensible aux visuels, aux couleurs et aux symboles), aussi inspirants qu'apaisants.

 

Quelques pages à découvrir ici.

 

                  

 

J'y ai en effet beaucoup retrouvé de mon enfance, une enfance vécue en grande partie à l'extérieur, à grimper dans les arbres, à construire des cabanes, à inventer de nouveaux parfums avec les fleurs que je cueillais et que je faisais macérer des jours entiers, à "tenter" d'élever des escargots (quand on habite en Bourgogne et qu'il pleut très souvent, ça aide !), à m'entraîner à devenir détective, puis naturaliste, à refaire le monde (le quartier, donc) avec mon vélo ou mes patins à roulettes.

Une enfance libre, marquée par l'exploration et par une imagination débordante !

Alors, si vous cherchez une lecture "qui fait du bien" pour ce week-end, voici un choix que vous ne regretterez probablement pas...

 

J'en profite pour vous souhaiter un très, très beau week-end de Pâques, où que vous soyez, où que vous me lisiez ! Soyez gourmands, mangez autant d'oeufs (en chocolat) qu'il vous plaira et prenez soin de vous !

 

Pssttt : Sinon, le Flow n° 2 sort le 9 avril... ;-)

 

 

      

 

 

 

Signé par Diane de Zen et Organisée ! - dans Happinez Happikids Enfants zen Famille zen
commenter cet article
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 06:50

Jeu-du-ptit-yogi.png

 

"La méditation n'est pas une activité de plus qu'imposent des parents trop soucieux de bien faire à des enfants déjà surbookés, mais bien d'un cadeau dont ils se serviront toute leur vie."

                              (Christophe André)

 

L'un de mes plaisirs avec ce blog, c'est de vous présenter, dès que j'en ai l'occasion, des outils et des ressources favorisant le calme et la sérénité des enfants, les plus jeunes notamment, comme ce fut le cas dans les billets suivants :

Un coeur tranquille et sage : la méditation pour les enfants

100 activités apaisantes pour les enfants de 3 à 10 ans

2 ressources pour déstresser son enfant

 

Quand Julie, la créatrice de Maman Zen, m'a présenté son jeu "Mon petit Yogi", je n'ai pas hésité très longtemps (3 secondes ?) avant de décider de vous en parler ici.

Inspirée par sa propre fille Jade qui adore "jouer au yoga", Julie (qui pratique le yoga, et anime elle-même des séances de yoga pour femmes enceintes et jeunes mamans), a eu l'idée de concevoir un jeu de cartes, avec le concours d'une illustratrice, May du blog Madame Citron.

L'objectif de ce jeu : créer facilement votre séance et jouer, vous aussi, au yoga avec votre enfant !

Comme le précise Julie sur son site, la pratique en famille permet de partager une activité complice, de renforcer (encore plus) le lien d'attachement qui vous unit déjà et de développer une relation harmonieuse et sereine avec votre enfant.

Les bienfaits reconnus du yoga enfant sont nombreux : 

 

  • Evacuation des tensions corporelles
  • Stabilité émotionnelle
  • Conscience du schéma corporel
  • Diminution de l'anxiété
  • Amélioration de l'estime de soi
  • Augmente la souplesse et l'adaptabilité
  • Amélioration de la concentration
  • Renforcement du système immunitaire

 

Jeu-du-ptit-yogi.jpg

 

Et pour bien démarrer la journée, 2 cadeaux rien que pour vous !

 

Potion-magique.jpg

 

Le premier d'entre eux, c'est la possibilité pour vous de télécharger l'une des 4 séances de relaxation MP3 proposés par Julie avec le jeu.

Et parce que j'ai toujours aimé tout ce qui est un peu magique (oui, je sais, c'est l'enfant en moi qui n'a pas grandi !), j'ai sélectionné pour vous "Potion magique" (durée : 5 minutes).

 

Le second cadeau de Julie, c'est tout simplement un exemplaire du jeu "Mon petit Yogi" à gagner pour l'un ou l'une d'entre vous.

Pour participer à ce mini-jeu concours, rien de plus simple ! Il vous suffira de me laisser un petit commentaire en bas de ce billet (pensez bien à rentrer votre mail dans la saisie du commentaire pour que je puisse rentrer en contact avec vous si vous gagnez).

Je procéderai à un tirage au sort mercredi prochain (avec l'aide d'un huissier de près d'un mètre 20, âgé de 5 ans et des poussières...) pour désigner le ou la gagnante  (photo à l'appui !).

 

Le jeu du "Petit Yogi" comprend : 

  • 15 cartes de postures à imprimer
  • Un livret de conseils et d'explications
  • Le texte de 8 séances de relaxation

Ainsi que quelques bonus :

  • 4 relaxations au format audio MP3
  • Une séance spéciale sommeil
  • 7 fiches "activités zen" de 0 à 7 ans   


Pour des enfants de 3 à 8 ans environ (17 €, en téléchargement sur le site de Maman Zen)

En savoir plus ici : www.mamanzen.com/jeu-yoga-enfant

 

 

Logo Maman Zen final

 

Signé par Zen et Organisée ! - dans Mamans Zen Enfants zen Famille zen
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 07:00

 

z8142166AA-Symbolem-Slow-Life-jest-najpowolniejsze-stworzen.jpg

 

 

Face au ressenti d'accélération du temps qui s'exprime ici et là, nous voici de plus en plus nombreux à vouloir ralentir.

La tentation de lever le pied et de renouer avec un rythme plus naturel et moins contraint nous tend les bras. Parfois très subtilement, tel un souffle que nous pouvons facilement ignorer pour continuer notre course. Et parfois de façon plus radicale et soudaine.

En atteste le nombre croissant d'épuisements qui touchent aussi bien les hommes que les femmes. Car oui, la vitesse épuise. Mais en avons-nous vraiment conscience ?

Et quand enfin nous parvenons, non sans mal, à en prendre conscience, nous voici confronté(e)s à un autre problème : celui de ne pas savoir, finalement, comment s'y prendre pour ralentir la cadence.

30 ans, 40 ans, voire plus à fonctionner sur le mode urgences, ça laisse des traces et ça crée des habitudes ! Habitudes alimentées et renforcées au fil du temps par notre éducation et nos croyances. Vous savez, ces mêmes croyances qui vous empêchent par exemple de vous poser, de ne rien faire (sacrilège !) et de mieux apprécier le temps présent, ou encore celles qui vous font culpabiliser à tout bout de champs dès que vous envisagez d'opposer une saine résistance à votre activisme.

Chaque jour, je rencontre et j'accompagne des personnes qui s'inscrivent, parfois timidement, parfois plus franchement, dans cette démarche de réappropriation d'un espace. Un espace pour respirer. Un espace pour souffler. Un espace pour se sentir vivre.

L'envie de ralentir est là mais parfois, la mise en application est difficile : "Comment faire ?  Par quoi commencer ? De toute façon, je n'y arriverai jamais !" Puis progressivement, avec du temps (tiens, encore celui-là !), la magie opère et on se rend compte mine de rien que notre relation au temps a changé, et avec lui, notre ressenti.

Nous devenons plus présents. A soi. Au monde. Et plus vivants.

 

Comment ralentir la cadence ?

 

Voici 3 pistes, parmi d'autres, que je propose à mes stagiaires pour ralentir (et vivre mieux) :

 

1) Observer son propre tempo

 

Avez-vous remarqué combien parfois nous nous emballons et accélérons le pas pour aller plus vite, sans même parfois nous en rendre compte ? Ne vous est-il jamais arrivé de vous surprendre à courir alors même que rien ne l'exige ? Vous savez, ces petits moments où on se dit : "Mais pourquoi je marche si vite, au fait ? Je ne suis pas en retard, je serais même plutôt en avance, cool !".

Cette accélération du temps dont il est souvent question ne provient pas uniquement "des autres". Nous sommes nous aussi à l'origine de cette perception d'accélération de notre rythme. Nous marchons vite, nous conduisons vite, nous parlons vite, nous faisons en sorte que tout puisse se faire le plus vite possible.

Or, tout n'a pas besoin de se faire dans la rapidité. Et même, certains actes nécessitent d'être effectués dans une certaine forme de lenteur. Un risotto, par exemple, ne se cuisine pas "vite", sauf si vous êtes prêt(e) à "négocier" sur le goût (il suffit de comparer un risotto maison et un "risotto minute", mot composé antinomique par excellence !).

Pourtant, dans certains cas, il suffit tout simplement de ralentir un tout petit peu le rythme pour ne plus avoir en permanence cette sensation de courir, pour sentir plus de fluidité et de douceur dans l'enchaînement de ses activités et surtout pour mettre plus d'oxygène dans son quotidien.

Comme des petites soupapes qui permettent de se poser, de reprendre son souffle puis de repartir.

Se lever 10 minutes plus tôt pour moins se presser le matin avant de partir, quitter son travail 5 minutes plus tôt pour marcher au lieu de courir pour aller chercher son enfant à l'école, manger un peu moins vite en prenant le temps de savourer son repas, boire en conscience, s'arrêter 2 minutes pour respirer calmement et clarifier son esprit avant de repartir plus serein(e), il suffit de pas grand chose pour faire une différence réelle dans notre ressenti d'accélération et d'urgence.


Prendre conscience de son tempo

Prendre conscience de son propre tempo, sans jugement, au fil de sa journée, permet déjà de prendre de la distance vis-à-vis des diktats de la vitesse.

Pour y parvenir, il vous suffit tout simplement, à partir de ce lundi qui vient, d'être attentif(ve) tout au long de cette semaine à votre tempo. Quoi que vous fassiez, au travail, à la maison, dans vos déplacements, en conduisant, en cuisinant, quand vous vous occupez de vos enfants, quand vous vous levez le matin, quand vous vous couchez, efforcez-vous de prendre conscience du rythme avec lequel vous accomplissez vos gestes. Il n'est même pas (encore) question de les ralentir. Observez.

Prenez simplement conscience, tout au long de cette semaine, du tempo avec lequel vous accomplissez chacun des gestes, chacune des actions de votre quotidien. Allez-vous vite pour tel geste, moins vite pour tel autre ?  

Prenez conscience, notez intérieurement, ne vous jugez pas et poursuivez naturellement votre route. 


2) S'octroyer chaque jour 5 minutes de silence


Defi-creatif-avril-details-1.jpg

 

Notre esprit sature, d'informations (cette fameuse infobésité), de choses à faire et à ne pas oublier, et nous ne savons plus comment appuyer sur le bouton Off et nous mettre sur pause.

Radio, TV, parfois les deux en même temps, Internet, musique, bruits extérieurs, cris dans la maison, le bruit est partout, les nuisances sonores polluent notre mental et sapent notre capacité d'attention. Ils sont d'ailleurs un facteur de stress très important, qui impacte négativement notre qualité de vie.

Ce zapping incessant ne nous aide pas à rester centré(e) et nous détourne de nos priorités et de nos besoins.

Voici un exercice à portée de chacun qui vous permettra d'expérimenter le silence chaque jour et de reposer votre mental. Simplement. 

Je vous invite donc, à travers cet exercice, à vous offrir chaque jour 5 minutes de pur silence. Ni plus, ni moins. Sans aucun autre objectif que celui d'offrir 5 minutes de répit à votre mental.

Eteignez la télé, éteignez la radio, désactivez les notifications sonores de vos outils digitaux, mettez votre portable en silencieux (et non pas en mode vibreur). S'il ne vous est pas possible de vous isoler chez vous (pour cause d' "enfants bruyants" par exemple !), essayez de le faire à votre bureau, sur la pause déjeuner par exemple, en veillant à transférer votre ligne pendant la durée de l'exercice et à fermer votre porte.

Regardez votre montre, programmez 5 minutes sur votre smartphone si vous le souhaitez et ne faites plus rien pendant 5 minutes. Ne cherchez pas à atteindre quoi que ce soit mais simplement à apprécier, si possible, cet instant de silence.

Et laissez faire.

3) Repérer (et respecter) ses "temps incompressibles"

 

La vie n'est pas faite que de moments que l'on peut condenser, pressuriser, accélérer, bâcler, survoler.

La vie, dans certains cas, a besoin de temps, comme je vous le disais dans un précédent billet, 4 bonnes raisons de prendre son temps.

Et certains temps, n'en déplaise aux plus pressés, sont incompressibles.

A ce propos, Delphine Ernotte-Cunci, Directrice Executive d'Orange France se confiait dans une interview au magazine CLES : "Il s’agit moins de ralentir que de prendre le temps d’imaginer de nouvelles façons de travailler. En vieillissant, j’apprends qu’il y a des temps incompressibles, en particulier dans les relations humaines. Communiquer, c’est compliqué. Pour bien se comprendre, il faut du temps. Considérés par certains comme inutiles, le débat, la concertation, l’interrogation collective sont en fait incontournables".

Le temps des relations humaines est en effet incompressible. Le temps de l'apprentissage également.


Quels sont vos "temps incompressibles" à vous,
ceux sur lesquels vous ne souhaitez pas, ou plus, négocier, rogner, amputer, parce qu'ils sont importants pour vous, qu'ils font sens pour vous et qu'ils méritent toute votre attention et votre temps ? 


     

n2.jpg 


 "Pour trouver les plus beaux coquillages, il faut marcher lentement. Ralentissez." (Dominique Glocheux, Le bonheur au travail)

 

En conclusion, il me semble, à travers ma propre expérience et celle des personnes que j'accompagne sur ce précieux chemin, qu'on ne peut véritablement s'inscrire dans une démarche de ralentissement de son rythme que lorsque nous sommes prêts, vraiment, dans ses tripes et dans son âme, à changer, à nous ouvrir à autre chose, à "oser" vivre autrement.


Et à se réconcilier enfin avec un temps qui ne ressemble qu'à soi.


 

 

 

6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 06:00

 

Un coeur tranquille et sage Méditation pour les enfants

 

Un coeur tranquille et sage - La méditation, un art de vivre pour les enfants, qui vient de paraître aux Editions Les Arênes, est mon Coup de coeur de la semaine, et un cadeau que j'ai offert à ma fille, âgée de 5 ans aujourd'hui (et un peu à moi aussi !).

Bien sûr, je n'ai pas résisté longtemps à l'envie de partager ce plaisir avec vous, bousculant même mes priorités de ce matin (hier matin pour vous) pour rédiger à la hâte ce petit billet ;-)

Si vous avez aimé le livre, que dis-je, le Best-seller Calme et attentif comme une grenouille, dont je vous avais parlé dans mon billet de Septembre 2012, 10 astuces pour devenir une maman zen, vous aimerez forcément celui-ci !

Une Pépite comme je les aime, qui regorge de conseils simples et destinés à mettre la méditation de la pleine conscience à portée de tous, et en particulier des enfants.


 

Voici en quelques lignes le pitch du livre :


"La Pleine conscience n'est pas un luxe, elle est au coeur de nos vies. Susan Greenland (l'auteure) démontre brillamment  comment cette pratique quotidienne est pour l'enfant un outil majeur d'épanouissement, pour toute sa vie." Matthieu Ricard

 

A l'école ou à la maison, les parents et les professeurs demandent tous les jours aux enfants d'être attentifs et sages. Mais ils ne leur expliquent pas comment y parvenir. Et si la chance de nos enfants était une technique inventée il y a 2 400 ans ?

La méditation est un apprentissage extraordinaire pour acquérir plus de calme, de concentration, mais aussi pour développer la curiosité, la confiance en soi et l'ouverture aux autres.

Dans un monde où jeux vidéo, téléphones portables et ordinateurs entraînent agitation et troubles du sommeil, le pouvoir de quelques exercices tout simples est spectaculaire.

Depuis plus de quatorze ans, Susan Greeland a mis au point une méthode spécialement adapté aux enfants. Inventif et ludique, ce livre restitue la quintessance de son travail validé par l'université de Californie.

 

"Ce livre met la pleine conscience à la portée des enfants, des parents et des enseignants." Jon Kabat-Zinn

24,80 € - Les Arênes

 
Le livre, plutôt consistant, très agréable au toucher (j'adore le livre en tant qu'objet...) et à lire, propose également un CD de 8 exercices faciles pour apprendre aux enfants (de 5 à 12 ans) à se concentrer, à se calmer et à se sentir plus heureux.

Voici l'une de ces méditations guidées, La méditation sous la pluie : apprendre l'impermanence, et ça tombe bien car c'est celle que j'ai testée avec ma fille hier à son retour de l'école, elle a beaucoup aimé (et m'a fait rire en prime car elle répondait directement à la voix, elle était trop mignonne !).


 

 

Enfin, le livre est émaillé ici et là d'exercices pratiques à faire seul ou ensemble (parents et enfants) comme l'étirement en étoile de mer, les Bulles dans l'espace, la marche lente et silencieuse, Tic-tac, le pendule, la conscience au volant, trier les haricots les yeux fermés, le cerf qui parlait, les super pouvoirs, etc... 

 

Pour aller encore un peu plus loin sur le sujet, je vous invite également à lire l'exellent livre de Jeanne Siaud-Facchin, psychologue clinicienne, psychothérapeute, fondatrice des centres Cogito'Z, paru en avril 2014 chez Odile Jacob : Tout est là, juste là.

 

Tout-est-la--juste-la.jpg

 

Il était enfin question de la méditation de pleine conscience pour les enfants (et les ados !) sur Télématin le 1er septembre dernier à travers un reportage portant sur l'un des ateliers de Jeanne Siaud-Facchin.

 

La méditation pour enfants sur Télématin France 2

 

Plus qu'une pratique, un véritable "art de vivre pour cultiver l'équilibre, la concentration et la joie"...


19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 09:00

100-activites-apaisantes-pour-les-enfants-de-3-a-10-ans-4.jpg

En ce mercredi, connu pour être le jour des enfants, envie de partager avec vous une nouvelle ressource découverte le week-end dernier : 100 activités apaisantes pour les enfants de 3 à 10 ans.

Organisé en 4 thématiques (Détente, Concentration, Emotions et créativité) et destiné aux enfants de 3 à 10 ans, cet éventail de 100 fiches d’activités ludiques leur apprendra à se détendre, se concentrer, gérer leurs émotions et développer leur créativité.

Chaque fiche est ingénieusement conçue en deux parties : côté face pour les parents (description et bienfaits de l’activité…) ; côté pile pour l’enfant (étapes de l’activité dans un langage simple, avec matériel, astuces et variantes). 

Ma fille étant âgée de 4 ans et demi, j'ai tout de suite vu en feuilletant les différentes fiches qu'elle allait adoré les exercices proposés.

J'ai aussi beaucoup aimé l'objet en lui-même, très doux au toucher, très agréable, et ses couleurs pastel déjà apaisantes.

 

L'auteur, Gilles Diederichs, est musicothérapeuthe et sophro-relaxologue. Depuis plus de vingt ans, il forme les professionnels  de l'enfance aux techniques de relaxation, de méditation et de concentration destinées aux enfants.

 

100-activites-apaisantes-pour-les-enfants-de-3-a-10-ans-8.jpg

100-activites-apaisantes-pour-les-enfants-de-3-a-10-ans-5.jpg

100-activites-apaisantes-pour-les-enfants-de-3-a-10-ans-6.jpg

 

La poubelle magique

 

Mon préféré, dans la catégorie détente : La poubelle magique.

C'est un exercice que j'avais découvert sur Paris lors d'un atelier sophro animé par Béthsabée Ifrah (www.relaxation-dynamique.fr) lors du Printemps des Mampreneurs 2012.

 

Le principe est simple : 

"Il te faut : une poubelle (vraie ou imaginaire), des papiers journeaux.

Plutôt que de garder de ta mauvaise humeur en toi ou de te taire alors que tu aurais plein de choses à dire, utilise la poubelle magique pour exprimer tout ce que tu ressens.

1- Prends une feuille de papier journal, malaxe-la entre tes mains. En le faisant, pense à ce qui t'énerve en ce moment. Forme une boule avec le papier, dis tout haut ce qui ne va pas, avec tes mots à toi !

2- Jette la boule dans la poubelle en disant : "Je n'en veux plus !".

3- Recommence si tu as encore besoin de t'exprimer !"

 

Les bienfaits de cette activité :

"Mettez en place cette activité pour que votre enfant exprime ses colères d'une manière constructive, pour qu'il raconte ce qui ne va pas ; vous désamorcerez ainsi la violence que vous sentez poindre chez lui.

Laissez votre bout de chou exprimer tout ce qui le tourmente par le geste, la parole, même l'écriture s'il le désire ! L'important est que la mauvaise humeur soit exprimée et jetée dans la poubelle magique.

Attention, écoutez sans juger, appréciez la confiance qui vous est faite et restez disponible pour engager ensuite une discussion".

 

Si vous avez aimé le livre-CD Calme et attentif comme une grenouille, vous adorerez aussi ces 100 fiches claires et variées, accessibles au prix de 12,95 € chez Mango Bien-être.

 

 

Sur le même thème :

- 2 ressources pour déstresser son enfant

- 10 astuces pour devenir une maman zen

- Pour des vacances zen

 

 

 

 

                      

                      Diane BALLONAD ROLLAND

                    

 

 

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi, mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

 

Je m’appelle Diane, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Gestion du temps et Equilibre de vie depuis 2010, et je suis la maman imparfaite de 3 enfants.

Je suis auteur de Magical Timing, l'art de retrouver du temps pour soi (Rustica Editions), J’arrête de procrastiner (Eyrolles), et Envie d’être zen et organisée? (Tournez la page).

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.

 

"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)

 

 

{Mes 50 mantras} PDF à télécharger gratuitement