Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 05:50
4 ressources (très utiles) pour réconcilier les enfants avec l'école !

J'avais prévu de partager ces 4 ressources avec vous dès la rentrée, et puis je me suis ravisée.

Je me suis dit qu'il serait probablement plus judicieux de laisser passer le mois de septembre et son cortège de choses à faire et de permettre à vos enfants (et à vous par la même occasion !) d'avoir un peu de recul sur le début de l'année scolaire.

1 mois de recul, c'est parfait, la pression est (un peu) retombée, et le moment est idéal pour découvrir (ou redécouvrir) ces 4 ressources qui, je l'espère, en tous les cas c'est leur ambition, sauront réconcilier vos enfants avec l'école !

Bien sûr, les ressources disponibles aujourd'hui dans les librairies et les circuits spécialisés sont nombreuses, j'aurais pu vous en présenter une vingtaine, et je vous en présenterai probablement d'autres au fil de cette année. Mais comme je ne voulais pas vous donner à lire un billet de 10 000 signes ou plus, j'ai fait ma petite sélection personnelle en me basant d'abord sur mon regard (et peut-être un peu aussi mon expérience) de parent.

Ma grande qui vient de fêter ses 18 ans (Gloup's !!!) a passé (et réussi) son Bac en juin dernier et vient de rentrer à l'Université (fierté !), mon grand de 15 ans est rentré en seconde après avoir bachoté son Brevet et ma petite dernière de 7 ans démarre son CE1 (notre troisième CE1, donc !). Nous en sommes à notre 15ème rentrée scolaire et avons vécu avec nos 3 enfants 33 classes différentes ! Autant d'occasions de creuser les différentes pistes d'apprentissage au fil de ces années et de rencontrer comme tout parent des préoccupations liées aux difficultés très fréquemment rencontrées par les enfants : mémorisation, attention, concentration, organisation, planification, etc.

 

Je vous ai déjà présenté dans un précédent billet deux des ressources ci-dessous, le désormais incontournable Apprendre autrement avec la pédagogie positive, ainsi que Chouette, c'est l'heure des devoirs ! mais je ne pouvais pas ne pas les intégrer dans ma sélection Coup de coeur, tant elles me paraissent utiles, et même très utiles dans l'apprentissage de nos enfants.

Et puis, deux petits nouveaux, Hugo et les secrets de la mémoire, génialissime, et Je me concentre, pour deux tranches d'âge.

 

Belle découverte !

 

 

Hugo et les secrets de la mémoire

 

Comment apprendre pour la vie

d'Anne-Marie Gaignard

 

Petite, Anne-Marie Gaignard a connu l'échec scolaire. Dysorthographique, confrontée à de vraies difficultés pour mémoriser les leçons, elle se retrouva bien vite cataloguée parmi les cancres de la classe. On disait d'elle qu'elle avait la tête comme une passoire. Pour s'en sortir, elle a conçu des outils qu'elle partage dans ses différents livres, dont le très remarqué La Revanche des nuls en orthographe chez Calmann-Lévy.

Plus que jamais engagée dans la lutte contre la détresse scolaire, la pédagogue puise son énergie dans une double conviction : non, l'échec scolaire n'est pas une fatalité, et oui, tout enfant peut réussir à l'école en apprenant autrement. Au sein de son centre de formation "Défi 9", elle aide les enfants à surmonter les difficultés d'apprentissage et à reprendre confiance en eux. 

Avec son best-seller Hugo et les rois Être et Avoirplébiscité par plus de 200 000 lecteurs, Anne-Marie Gaignard donnait pour la première fois les clés pour ne plus faire de fautes.

Avec Hugo et les secrets de la mémoireelle accompagne pas à pas ses lecteurs, de fiches pratiques en exercices pratiques, pour apprendre facilement une poésie ou un schéma, mémoriser une leçon ou résumer un texte.

 

Apprendre avec le chiffre magique 7

 

Se basant sur les recherches dans le domaine des neuro-apprentissages, Anne-Marie Gaignard prend en compte la manière dont notre cerveau fonctionne et emmagasine les connaissances.

Apprendre par cycles de 7 (ménager 7 temps de respiration pour mémoriser un texte, créer une fiche à 7 cases pour retenir), apprendre en tournant en rond dans le sens des aiguilles d'une montre (dans le cas de schémas ou de cartes à mémoriser), recourir à la création de cartes mentales spécifiques pour réviser... Autant de techniques qu'elle applique chaque jour dans ses séances de remédiation.

 

 

Cultiver l'imaginaire

 

Parce que l'imaginaire occupe une place essentielle dans le développement des enfants, l'auteure recourt au récit pour sa méthode. On y retrouver le personnage d'Hugo, que les lecteurs d'Hugo et les rois Être et Avoir connaissent bien, mais cette fois, ses aventures se déroulent dans un lointain futur où se côtoient voitures ultraconnectées, tablettes savantes et i.cartables.

Utilisant la carte de la science-fiction pour évoquer des problèmes bien présents (la multiplication des écrans, la difficulté à mémoriser et à trier un trop grand nombre d'informations), elle conduit étape par étape Hugo, et donc son lecteur, à découvrir les différentes façettes de sa méthode. 

 

Mon avis sur le livre : Je ne connaissais pas Hugo et les rois Être et Avoir avant de découvrir le dernier livre d'Anne-Marie Gaignard et je dois dire que j'ai immédiatement accroché, à la démarche d'abord, et au contenu des deux livres, le dernier en particulier.

Je le recommande pour les adultes également car la mémoire, sujet hautement complexe, y est abordé de manière tout à fait étonnante et accessible ! J'ai trouvé l'approche passionnante.

En revanche, bien qu'il soit indiqué au dos de la couverture "A partir de 7 ans", la méthode peut paraître un peu complexe de prime abord, surtout à cet âge, même si elle mérite d'être approfondie. Ma fille, qui a précisément 7 ans, ne serait pas en mesure de lire le livre seule et d'en tirer profit.

A 7 ans, et cela m'a été confirmé par la maison d'édition, l'enfant a en effet besoin d'une aide ainsi que d'explications complémentaires de ses parents ou de son professeur : "Ce qu'a voulu dire Anne-Marie Gaignard, c'est que sa méthode est applicable dès le CP (techniques de mémorisation etc.). Il s'agit plutôt de conseils que chacun peut s'approprier et adapter au niveau de son enfant."

 

Hugo et les secrets de la mémoire, 2016, Le Robert

 

 

 

Je me concentre (6-8 ans et 4-6 ans)

 

de Florence Vertanessian de Boissoudy

 

 

 

J'ai beaucoup aimé ces deux cahiers conçus par Florence Vertanessian de Boissoudysophrologue et auteure de plusieurs ouvrages sur la concentration (bravo aussi à Mélanie Combes pour ces très chouettes illustrations !).

Parce qu'elle a su rendre là encore accessible et ludique une notion aussi difficile à appréhender que la concentration.

Et qu'elle présente une démarche (expliquée pas à pas, illustrations à l'appui) qui déculpabilise parents et enfants.

Oui, la concentration, ça s'apprend ! Oui, il est difficile, même pour les adultes (surtout pour les adultes ?!), de se concentrer ! Et oui, on peut apprendre à se concentrer par le jeu et, là encore, dans le plaisir !

 

Travaillant en profondeur sur les questions d'attention et de concentration, dans le cadre de mes différents ateliers et formations, j'adhère et je recommande !

 

Je me concentre 6-8 ans, 2016, Editions Auzou

Je me concentre 4-6 ans, 2016, Editions Auzou

 

 

Crédit illustration : Mélanie Combes

 

 

 

Chouette, c'est l'heure des devoirs !

 

de Charles Caplette

 

 

 

C'était mon coup de coeur de ce début d'année ! Et je crois qu'il l'est resté ;) Je l'ai même recommandé lors de mon interview en direct sur France Bleu Hérault en septembre dernier !

Pourquoi ? Parce que j'ai tout simplement adoré ce livre !

Parce que j'ai aimé la façon dont Charles Caplette, père de trois enfants et professeur en lycée professionnel, réinvente les devoirs en y associant, et cela me semble fondamental, la notion de plaisir et de joie.

Ce "chercheur en pédagogie meilleure" ne se contente pas de théoriser mais nous livre ici 50 idées réunies sous forme de fiches pratiques pour "aider votre enfant à travailler joyeusement à la maison". J'en ai testé un certain nombre avec ma petite dernière et on s'est régalées ! 

Testé, donc, et approuvé !

 

Chouette, c'est l'heure des devoirs !, 2015, Eyrolles

 

 

 

Apprendre autrement avec la pédagogie positive

 

d'Audrey Akoun et Isabelle Pailleau

 

 

C'est désormais un classique incontournable de la pédagogie positive et on ne le présente plus ! Il n'empêche... Il mérite à mon sens d'être redécouvert, lu et relu, tant il peut apporter à votre enfant. 

Pour comprendre l'approche tête, coeur, corps chère à Audrey Akoun et Isabelle Pailleau, pour découvrir (et commencer à pratiquer) le mindmapping, qui facilite la mémorisation et offre une représentation différente, spatiale, créative et arborescente, de l'information.


Entre autres, bien sûr...

 

Apprendre autrement avec la pédagogie positive, 2013, Eyrolles

 

 

 

23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 05:00
Je dis (vraiment) stop au multitasking !

 

Pour en finir avec l'idée reçue n° 1 sur le multitasking : je suis plus efficace quand je fais plusieurs choses en même temps.

 

Faux !

 

Le multitasking est un mythe de l’efficacité, une illusion de l’esprit. Car contrairement aux idées reçues, le cerveau ne sait bien faire qu’une seule chose à la fois !

Synonyme d’efficacité pour la plupart d’entre nous, les comportements multitâches sont plus que jamais valorisés dans la sphère professionnelle, parce que répondant à priori mieux aux diktats de l’urgence.

Dans une interview au Monde, Catherine Datchary, sociologue au laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires du CNRS, analyse : 

« Les entreprises sont ambivalentes. Un trouble de l’attention est connoté négativement, mais être multitâche est une compétence recherchée. »

 

La réactivité y est érigée en qualité, avant même la productivité.

 

Pourtant, notre capacité à effectuer plusieurs choses en même temps, tel Shiva en son temps, ne nous rend pas forcément plus efficace, bien au contraire. 

Elle nuirait même à nos capacités intellectuelles et nous rendrait idiots, comme le révèle une étude effectuée par des chercheurs de l’université de Londres et publiée dans le Chicago Tribune en 2010. L’enquête, basée sur 1 100 salariés britanniques soumis au multitasking électronique, établit que le quotient intellectuel de ceux-ci diminuerait de manière plus significative que celui de fumeurs de cannabis ou d’adeptes de nuits blanches.

En 2009 déjà, une recherche effectuée par le professeur Earl Miller, spécialiste en neurologie au Massachusetts Institute of Technology, avait déjà démontré que le cerveau humain était incapable de gérer efficacement plusieurs choses à la fois. Il ne peut que jongler d’une tâche à l’autre avec plus ou moins de succès.

 

Le multitasking demande ainsi beaucoup plus d’efforts aux méninges que de traiter les différentes tâches du quotidien les unes après les autres. 

 

Le journaliste du Chicago Tribune élargit le sujet à la prise de décision. Il estime que l’avènement de «l’homme multitâche» ne fait que favoriser « les consensus mous », le multitasking étant pour lui l’art de ne pas choisir, quand le fait de prendre une décision implique de savoir gérer ses priorités.

 

 

Synonyme d’absence de concentration

 

Intégrons que multitâche veut clairement dire absence de concentration. En sautant comme nous le faisons d’une tâche à l’autre, nous avons pris l’habitude de répondre immédiatement aux stimuli au lieu de nous concentrer sur la tâche prioritaire.

Ainsi, l’usage du téléphone au volant, devenu banal, est responsable d’un accident mortel sur 10. Il a été prouvé que le conducteur enregistre entre 30 et 50% d'informations en moins sur la route lorsqu'il est au téléphone provoquant alors un impact négatif sur la bonne exécution des tâches nécessaires à la conduite. C’est la raison pour laquelle le port d’écouteurs, d’oreillettes ou de casques audio est interdit au volant depuis le 1er juillet 2015.

 

Au travail, face aux sur sollicitations dont nous faisons l’objet et aux multiples interruptions que nous subissons au cours d’une seule journée, nous pensons ne pas avoir le choix : si je veux boucler mes dossiers et respecter mes objectifs, je suis obligé de faire plusieurs choses en même temps.

 

Mais à quel prix ?

 

Non-sens, erreurs d’interprétation, compréhension incomplète d’un problème, dossiers bâclés, papillonnage, s’ajoutent au stress et à la fatigue générés par le multitasking.

 

 

JE ME CONCENTRE SUR UNE SEULE TACHE A LA FOIS

 

« J’aime cette histoire zen où le disciple demande à son maître :

  • Maître, comment appliquez-vous l’éveil à l’action ? Comment le mettez-vous en pratique dans la vie de tous les jours ?
  • En mangeant et en dormant, répond le maître.
  • Mais, Maître, tout le monde mange et tout le monde dort.
  • Mais tous ne mangeant pas quand ils mangent, et tous ne dorment pas quand ils dorment !

D’où le célèbre adage zen : « Quand je mange, je mange. Quand je dors, je dors. »

Manger quand vous mangez, dormir quand vous dormez, signifie être totalement présent dans chacune de vos actions, sans qu’aucune des distractions de l’égo ne vous éloigne de cette présence. C’est cela, l’intégration. »

 

(Sogyal Rimpoché, Le livre tibétain de la vie et de la mort)

 

Nous l’avons compris, il est difficile de se concentrer quand notre cerveau sature d’informations et répond aux stimuli en tous genres.

Pourtant, l’enjeu est de taille car c'est en améliorant sensiblement votre capacité de concentration et en luttant contre votre tendance naturelle à la procrastination que vous parviendrez à passer à l’action et à faire aboutir vos projets.

Vous y économiserez une énergie considérable (se disperser sans cesse est très énergivore !) et vous renforcerez votre confiance et votre estime de vous-même.

 

« La concentration se travaille comme un muscle et il n’est jamais trop tard pour commencer », explique Jeanne Siaud-Facchin, psychologue et psychothérapeute, auteur de « Tout est là, juste là » (Odile Jacob).

 

 

 

 

Pour vous rééduquer progressivement, commencez par prendre conscience de tous les moments où, au fil de votre journée, vous basculez en mode multitâche.

 

Chaque fois que vous vous surprenez à faire deux, trois ou quatre choses en même temps, arrêtez tout et criez « Stop » !

 

A force de le faire, vous vous rendrez compte du nombre de fois où vous fonctionnez de la sorte et vous modifierez petit à petit cette habitude.

Faites l’expérience, une à deux fois dans la journée, de vous consacrer à une seule tâche à la fois. Ne cherchez pas à fonctionner exclusivement en mode monotâche dès le début, au travail notamment, car vous n’y parviendrez pas et vous vous découragerez !

 

Qu’il s’agisse de travailler sur un projet, de préparer le prochain repas ou de conduire un entretien, ne faites que cela, et rien d’autre!  Soyez pleinement présent à ce que vous faites. Si vous recevez quelqu’un en entretien, veillez à ne pas répondre au téléphone. Organisez-vous en amont et faites-en sorte de protéger votre priorité du moment.

 

Ce que je vise à travers cet exercice est de vous faire expérimenter très distinctement la différence entre deux qualités d’expérience :

 

  • Le confort de celle où l’on se concentre sur une seule tâche à la fois, le calme intérieur et la paix qu’elle procure, le sentiment d’efficacité qui vous anime,
  • Et le sentiment d’éparpillement mental que l’on ressent lorsqu’on continue à tenter de jongler entre 5 tâches à la fois, avec le niveau d’efficacité que l’on connait et la perte d’énergie qui en résulte.

 

Expérimentez, savourez, et venez partager votre ressenti avec moi, ici ou par mail !

 

4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 05:30
Faire le cadeau de son attention à l'autre {Coaching}

Cultiver une présence attentive à l'autre

Carl Honoré, journaliste canadien vivant à Londres, écrivain, chroniqueur et auteur du best-seller L'éloge de la Lenteur, s’est intéressé à la lenteur suite à une brutale prise de conscience qui, selon ses dires, "lui ouvre les yeux" : en 2004, alors en transit à l’aéroport de Londres, après avoir hésité à acheter un livre intitulé : « Comment raconter l’histoire du soir à ses enfants en moins de 60 secondes », il réalise l’absurde de la situation : celui de passer à côté de sa « vraie » vie.

Pris dans le tourbillon de la vie, sans cesse occupés à nous souvenir de ce que nous n'avons pas fait ou de ce qu'il nous reste à faire, nous avons tous expérimenté le fait d'être là sans être vraiment là, le fait d'entendre l'autre sans vraiment l'écouter. Notre difficulté à être pleinement présent, conjugué à la difficulté de l'autre à l'être pour nous, est un frein à la création d'une relation authentique et nourrissante.

La qualité d'un échange dépend de votre capacité à démontrer à l'autre un véritable intérêt pour lui et ce qu'il dit. En effet, si vous ne réagissez pas à ce qui est dit, si vous êtes concentré sur vous, voire si vous coupez la parole, vous constaterez rapidement que la discussion va se tarir.

Les véritables moments d'écoute sont rares : faites-en le cadeau à votre interlocuteur.

 

L'attention : un pur acte d'amour

« L’attention est un autre nom pour l’Amour quand celui-ci ne se contente pas d’émotions ou de bonnes volontés mais devient l’exercice quotidien d’une rencontre avec ce qui est, avec ce que nous sommes. »

Jean-Yves Leloup, Un art de l’attention

Etre attentif à l’autre, c’est lui dire Je t’aime. Je suis là pour toi. C’est lui faire passer le message : Tu es important pour moi.

L’attention que nous portons au monde, à soi, aux autres, est ce que nous avons de plus précieux. Car là où se porte votre attention, se concentrent à proportions égales votre temps et votre énergie.

Or, comme nous le savons si bien, notre temps comme notre énergie ne sont pas des ressources illimitées. Les choix que vous faisons jour après jour donc toute leur importance.

Interrogez-vous sans détour sur la qualité de l’attention que vous choisirez de porter à vous-même et aux autres.

Faites-le délibérément, en conscience.

 

{En pratique} Créer une bulle de calme pour soi et son enfant

Quel parent n'a jamais entendu son enfant lui reprocher de ne pas l'écouter ? "Tu ne m'écoutes pas !""Tu n'as rien entendu de ce que je t'ai dit !". Même tout petits, nos enfants sentent lorsque nous ne sommes pas vraiment disponibles pour eux. Et très vite, ils s'en énervent et nous le reprochent.

Ecouter vraiment son enfant, c'est "lui offrir une présence enveloppante qui crée un profond sentiment de sécurité". Et parfois, il suffit de créer entre lui et nous les conditions qui favoriseront un échange et une écoute de qualité, comme par exemple :

  • Eteindre la télévision (avez-vous remarqué combien ce seul geste ramène instantanément le calme chez soi, même temporairement ?).
  • Mettre nos smartphones (encore eux !) en silencieux.
  • Partir s'isoler tous les deux dans une pièce au calme pour discuter.
  • S'installer confortablement, même pour un échange de courte durée.
  • Montrer à l'autre sa disponibilité (physique et psychique) : "Je suis là pour toi".

 

Jeanne Siaud-Facchin, psychologue clinicienne et auteur de l'incontournable Tout est là, juste là (Odile Jacob, 2014), propose aux parents un petit exercice pour être sûr d'être présent :

"Quand votre enfant vous parle, centrez-vous sur les sensations que ses paroles procurent en vous. Simplement sur les sensations. Ainsi, vous vous sentirez être là. Régulièrement, assurez-vous, en vous reconnectant aux sensations corporelles, que vous n'avez pas "débranché". Au début, cela vous demandera une vigilance particulière. Puis, une fois entraîné, vous le ferez spontanément. Ce qui vous permettra de "revenir" très vite dès que vous avez dérivé de vos pensées. Un exercice valable en toutes circonstances. En couple. Avec des amis. Dans des situations professionnelles. La qualité de l'écoute change profondément la relation. A tous les niveaux. Etre en présence, c'est être authentiquement là. Pleinement là".

 

{Coaching} CETTE SEMAINE, J'ACCORDE MA PLEINE ATTENTION A L'AUTRE

 

Tout au long de cette semaine, je vous propose de vous engager à accorder votre pleine attention à l'autre, qu'il s'agisse de l'un de vos enfants, de votre conjoint, d'un(e) ami(e), d'un collègue, d'un client, d'un passant qui vous arrête en pleine rue pour demander son chemin !

Mon objectif à travers cet exercice est de vous faire expérimenter une qualité d'expérience différente de celle où nous n'accordons notre attention qu'à moitié (et parfois encore moins).

Soyez pleinement présent(e) à l'autre, écoutez-le vraiment, faites-lui consciemment le cadeau de votre attention et observez simplement ce qui se passe :

1) En vous d'abord.

  • Que remarquez-vous en vous ? Comment vous sentez-vous ?

  • Vous remarquerez probablement que vous vous sentirez plus centré, moins dispersé, peut-être plus calme aussi.

  • Quoi d'autre ?

2) En l'autre enfin. 

  • Votre interlocuteur réagit-il différemment que d'habitude ? Que percevez-vous de différent chez l'autre ?
  • Quelles sont, enfin, les difficultés que vous avez éventuellement rencontrées au terme de cette expérience d'une semaine ?

En réalité, vous constaterez rapidement qu'accorder sa pleine attention à l'autre change toute la qualité de la relation...

Expérimentez-le cette semaine concrètement et venez partager avec moi votre ressenti et me dire ce que cela a changé dans la relation.

 

Belle semaine à vous sous le signe de la présence attentive et bienveillante !

10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 05:50
Atelier FOCUS : Retrouver sa pleine capacité d'attention et de concentration {inédit} - Complet

Vous avez tendance à vous disperser, à vous laisser distraire facilement en switchant d'une activité à l'autre ?

Vous avez du mal à résister à la tentation des réseaux sociaux ou aux notifications de votre smartphone ?

Vous avez du mal à rester concentré(e) sur vos priorités quotidiennes et encore moins sur les objectifs que vous vous êtes fixés, aller au bout d'une tâche vous demande aujourd'hui un effort considérable.

Vous passez d'une information à l'autre avec frénésie et vous sentez que vous avez de plus en plus de mal à canaliser ce flux constant d'informations, d'ailleurs, vous ne savez plus quoi en faire ?

Vous sentez que vous avez du mal à vous centrer, vous avez parfois l'impression de bouillonner et de partir dans tous les sens et cela vous épuise ?

Vous avez du mal à être pleinement présent(e) à ce que vous faites au moment où vous les faites, et vous excellez dans l'art du multitasking ?

Vous saturez de toutes ces informations qui vous bombardent, vos centres d'intérêt sont si nombreux que vous finissez par ne plus savoir ce qui est bon pour vous ou non ?

Vous sentez que vous avez besoin de retrouver de l'espace disponible et de désencombrer votre mémoire de travail ?

Lire un livre jusqu'à la dernière page relève du défi ?

 

Mails, réseaux sociaux, notifications en tous genres, information surabondante, nous ne savons plus où donner de la tête ! Avec ces « armes de distraction massives », tout semble fait pour capter notre attention et nous distraire, précisément, de « notre objet d’attention ».

Considéré par certains comme le mal du XXIème siècle, le manque d’attention, appelé également le « syndrôme de déconcentration », affecte aujourd’hui la majeure partie d’entre nous : inattention, distraction, dispersion, zapping, multitasking, difficulté à se concentrer, problèmes de mémorisation, erreurs d’interprétation,  il nous est devenu difficile, au travail en particulier, de rester centré sur la tâche que nous nous sommes fixée.

A tel point que désormais, parce que sur sollicitée de toutes parts, notre attention vaut de l’or ! A l’ère de Google, notre attention est devenue une valeur monnayable, et déjà largement monnayée. Publicitaires, médias et réseaux sociaux se l’arrachent. Un chercheur prédit d’ailleurs qu’un jour, nous nous ferons payer pour regarder.

Yves Citton, l’un des premiers spécialistes français en la matière, pousse même un cri d’alarme dans son livre « Pour une écologie de l’attention » (Seuil) : « Nous avons urgemment besoin d’une écologie de l’attention »

Preuve en est le nombre croissant des « phubbers », dans les restaurants, les cafés et les lieux publics ! Le phubbing, néologisme anglais  formé à partir de phone (téléphone) et de snubbing (snober, repousser) et qui peut se traduire par « télésnober », est l'acte d'ignorer des personnes physiquement présentes en consultant son téléphone plutôt que de communiquer avec elle.

Nous avons tous pratiqué au moins mille une fois ce comportement, pourtant considéré comme antisocial et non respectueux des personnes avec lesquelles vous partagez un moment (sensé être) d’échange et de partage.

Déconnecter des outils qui clignotent relève désormais d’un véritable défi personnel, en tous les cas d’un choix fait en conscience. 

Cette hyperconnexion a modifié nos structures cérébrales en influant notamment sur notre façon de traiter l’information et engendre des problèmes de concentration et de mémoire. Or, contrairement à ce que nous pourrions croire, la technologie n’est pas mauvaise en soi, c’est l’usage que nous en faisons qui est préjudiciable.

En redevenant maître de l’objet de notre attention, en choisissant de notre plein gré les contenus sur lesquels nous souhaitons la porter, nous possédons une arme formidable que nous pouvons mettre au service de nos projets.

 

Mais la question de l'attention ne se limite pas à la pollution attentionnelle dont nous sommes l'objet. Elle va bien au-delà.

En réalité, c'est l'attention qui détermine la qualité de toute notre expérience consciente ! 

Les déplacements de notre attention changent la façon dont nous percevons consciemment le monde : "Elle éclaire le monde et nos pensées, nos sensations et nos sentiments comme une torche".

Ainsi, selon Jean-Philippe Lachaux, directeur de recherches en neurosciences cognitives à l'Inserm et auteur de "Le cerveau attentif" et "Le cerveau funambule", faire attention à un objet, à une scène ou à un être, c'est le faire exister dans le champ de son expérience sensible, c'est lui donner vie. 

"Le cerveau fait naturellement attention à ce qu'il considère comme important, et ce qu'il considère comme important dépend de ses objectifs du moment". L'attention est donc avant tout un processus sélectif de l'information qui nous parvient. C'est dire si elle est importante... 

Comme le dit Christophe André, "l'attention est l'oeil de notre esprit, la faculté de choisir sur quoi mobiliser nos ressources cérébrales".

Et avant lui, William James, père de la psychologie moderne : "Mon expérience est définie par ce à quoi je porte attention". 

 

Le 1er de mes 4 nouveaux ateliers en ligne sur 2016 

 

"Focus : retrouver sa pleine capacité d'attention et de concentration" est le premier des quatre nouveaux ateliers en ligne que je vais proposer au cours de l'année 2016 (deux sessions par an uniquement, une par semestre, pour chacun de ces 4 ateliers).

Comme vous avez pu le constater (si j'en crois le nombre d'emails reçus depuis la fin de l'année 2015 sur la programmation 2016 de mes ateliers !), j'ai pris le temps de concevoir ces nouveaux ateliers. Ce temps m'était nécessaire.

Car je ne veux pas concevoir des ateliers pour concevoir des ateliers, à la chaîne et sans cohérence ! Depuis des mois, je réfléchis à différentes thématiques possibles mais, surtout, à des contenus qui puissent, tant dans la forme que dans le fond, être les plus utiles et profitables possibles aux personnes en quête de sérénité et d'équilibre.

L'attention et la concentration figurent en tête de liste. Suivront en avril, mai et juin trois ateliers qui se focaliseront, pendant 4 semaines chacun, sur 3 thématiques complémentaires que sont la gestion du temps, la gestion de son énergie et la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle.

Mon intention à travers ces 4 nouveaux ateliers 2016 est de proposer un véritable programme à la carte, conçu comme une boîte à outils dans laquelle vous pourrez piocher en fonction de vos problématiques du moment.

 

Mais pourquoi un atelier sur l'attention et la concentration ?

 

 

Je m'intéresse depuis longtemps à la question de l'attention, et j'aborde régulièrement le sujet lors de certains de mes ateliers et formations. Or, jusqu'à maintenant, je n'ai pu le faire que de manière superficielle. 

Depuis quelques mois déjà, je porte en moi l'idée de proposer un atelier qui aborderait très spécifiquement cette question, tant elle me parait essentielle, à tous les niveaux, dans notre vie professionnelle comme dans notre vie personnelle

Car notre attention, contrairement à ce que l'on pense parfois, est une ressource limitée : tout comme notre temps ou notre énergie, elle est "un bien rare et précieux. Elle ne peut pas être partout à la fois. Aussi, faut-il apprendre à bien la distribuer." 

L'attention est un phénomène biologique qui a aussi ses limites. Malgré nos 100 milliards de neurones, notre cerveau a une capacité de traitement limité, et cette limite l'empêche d'analyser de façon exhaustive toutes les stimulations sensorielles qui le bombarde en permanence. 

 

Pourtant, nous la banalisons, la dilapidons sans compter et la "prêtons" à tort et à travers, alors même qu'user de son attention est une activité gourmande en énergie. 

 

  • Saviez-vous en effet qu'une activité qui exige votre attention consomme plus de carburant (et donc épuise plus rapidement votre énergie mentale) qu'une activité nécessitant une faible attention ?

 

Travailler sur la qualité de son attention change radicalement notre expérience et présente de nombreux bienfaits, encore largement sous-estimés. 

Ainsi, l'attention, bien employée :

  • favorise le calme intérieur et la conscience de soi.
  • réduit notre niveau de stress.
  • nous rend plus efficace.
  • nous permet de gagner du temps.
  • nous permet d'économiser notre énergie.
  • améliore la qualité de nos relations et de nos interactions avec le monde

 

Cela mérite que l'on s'y penche de près, n'est-ce pas ?

 

Un programme complet en 4 semaines

 

Ce nouvel atelier en ligne est un programme de 4 semainesà mi-chemin entre la formation et le coaching, qui aura lieu du 7 mars au 3 avril 2016.

 

Ses objectifs : 

Vous aider à développer vos ressources attentionnelles et à retrouver votre pleine capacité d'attention et de concentration.

***

Accroître votre sentiment de sérénité, de calme intérieur, de clarté d'esprit et d'efficacité, au travail comme à la maison.

***

Développer une présence attentive à soi, aux autres, au monde.

 

Il a été conçu en 4 temps : 

  1. Un temps pour faire le point (à travers un état des lieux individuel complet) et mesurer les enjeux du manque d'attention et son impact sur votre vie.
  2. Un temps pour la réflexion : remettre en question et bousculer vos habitudes et vos croyances, réinterroger vos choix, identifier vos marges de manoeuvre et imaginer d'autres possibles.
  3. Un temps pour l'action : faire des choix en conscience, se positionner clairement et passer concrètement à l'action.
  4. Un temps pour l'intégration : à travers l'expérimentation concrète, suivi d'un bilan à 1 mois pour réajuster le tir si besoin.

 

Il comprend 4 (copieux) modules de formation alternant contenu théorique et exercices d'application obligatoires (un par semaine) + 

  • Une première séance de coaching individuel d'une 1/2h (par téléphone ou Skype) vous sera proposée au cours de la semaine 2.
  • Une deuxième séance de coaching individuel d'une 1/2h vous sera proposée à l'issue de l'atelier, dans la semaine qui suit, afin de faire un bilan concret des changements décidés et mis en oeuvre au cours de l'atelier.
  • Enfin, une troisième et dernière séance de consolidation d'une 1/2h sera calée un mois après la dernière séance.

 

Ces dates seront fixées en fonction de nos agendas respectifs avant même le démarrage de l'atelier.

Ces nouveaux ateliers-coaching ont été conçus de façon à vous mettre dans les meilleures conditions pour passer d'une vague envie ("J'aimerais bien reprendre la main sur mon attention et développer ma capacité de concentration, mais...") à une intention ferme et résolue. Tout a été en effet pensé pour vous donner l'opportunité de faire le point, en profondeur, sur une seule problématique en particulier, et pour passer concrètement à l'action !

Ainsi, mon ambition est de vous conduire d'un point A à un point B, et de vous faire progresser concrètement, de manière palpable, sur un temps court et condensé (afin que vous soyez totalement immergé(e) dans la problématique).

 

Au cours de ces 4 semaines : 

  • Vous comprendrez les phénomènes de distractions (internes et externes) et leur impact sur votre niveau d'énergie, votre niveau de stress et votre efficacité.
  • Vous saurez pourquoi il est si difficile de maintenir son attention et de ne pas se laisser distraire.
  • Vous apprendrez à identifier et à repérer vos propres sources de distraction pour mieux les contrer avant qu'elles ne vous détournent de l'objet de votre attention.
  • Vous saurez inhiber vos impulsions au moment où elles se produisent et "exercer votre droit de véto" avant qu'elles ne se transforment en action.
  • Vous prendrez conscience de la manière dont votre manque d'attention affecte votre vie professionnelle, la qualité de vos relations et la concrétisation de vos projets.
  • Vous saurez quelle est la différence, et le lien, entre intention, attention,  concentration et hyperfocalisation.
  • Vous comprendrez le principe de "l'équilibre attentionnel" cher à Jean-Philippe Lachaux.
  • Vous apprendrez à développer de nouvelles stratégies attentionnelles très concrètes et à les expérimenter au cours de l'atelier (et au-delà).
  • Vous apprendrez à mettre en place des stratégies de temps limité et à protéger votre environnement des distractions.
  • Vous apprendrez à démystifier le multitasking et à vous concentrer sur une seule tâche à la fois (vous en expérimenterez d'ailleurs les bienfaits au cours de l'atelier).
  • Vous saurez quand alterner activités sollicitant votre attention et activités exigeant une concentration limitée, pour préserver votre énergie.
  • Vous saurez vous préserver autant que possible de la fatigue décisionnelle liée à la multiplicité des choix, qui épuise notre mental, et à l'infobésité croissante.
  • Vous apprendrez à désencombrer votre mémoire de travail pour retrouver de l'espace disponible.
  • Vous serez en capacité de programmer votre attention de la façon la plus efficace possible.

 

A qui s'adresse prioritairement ce nouvel atelier ?

 

  • A toute personne motivée par l'idée de développer ses capacités d'attention et de concentration, au travail bien sûr mais aussi dans sa vie personnelle.
  • A toute personne motivée par l'idée de développer une présence attentive à soi, aux autres et au monde.

 

 

Concrètement, comment ça se passe ?

 

Après votre inscription en ligne effective, vous recevrez une confirmation de votre inscription par mail.

Une semaine avant le démarrage de l'atelier, vous recevrez un mail vous transmettant un petit document pdf vous expliquant le fonctionnement de mes ateliers en ligne et la marche à suivre pour accéder à cet atelier.

Enfin, vous recevrez la veille de l'atelier le mot de passe qui vous permettra d'accéder à l'atelier et de déverrouiller un premier contenu.

 

Ce qui fait la force de mes ateliers en ligne :

 

  • Un format à mi-chemin entre la formation et le coaching : Une approche à la fois individuelle, avec 3 rdv individuels par téléphone ou Skype pour chacun des participants inscrits, et collective, à travers les échanges interactifs via les commentaires.
  • La flexibilité : Pendant 4 semaines, soit du 7 mars au 3 avril inclus, vous aurez accès aux 4 modules de formation (un module par semaine) et aux commentaires, ce qui vous permettra de gérer le contenu et les exercices à votre rythme et aux moments les plus opportuns pour vous, en fonction de votre disponibilité ou du décalage horaire (je pense notamment à tous les expatrié(e)s qui me suivent de loin). Vous n'êtes en effet pas tenu(e) d'être présent(e) en continu derrière votre écran durant toute la durée de l'atelier. Vous pourrez prendre connaissance du contenu, participer et vous atteler aux exercices d'application aux moments où vous serez le plus disponible au cours des 4 semaines d'accompagnement, et progresser ainsi à votre rythme. Cet atelier est en effet conciliable avec vos autres activités mais il nécessitera néanmoins, une part de votre temps et de votre énergie si vous souhaitez mesurer des résultats concrets.
  • La possibilité d'échanger avec les autres participant(e)s et d'expérimenter ce que j'appelle le "co-coaching" (ou l'art de trouver des solutions ensemble !), et qui fonctionne à merveille dans mes ateliers en présentiel. Des échanges qui s'appuient naturellement sur une réelle bienveillance, une confiance mutuelle, le non-jugement, le soutien et la solidarité. 
  • Vous recevrez par email, au terme des 4 semaines, lorsque le contenu redeviendra inaccessible pour vous, l'intégralité des 4 modules et l'ensemble de vos commentaires au format pdf, afin que vous puissiez garder une trace de l'atelier et des échanges, et vous y replonger à votre guise si besoin.

 

Comment vous inscrire ?

 

  • En cliquant sur le lien ci-dessous de l'événement, vous pouvez directement régler par carte bancaire  :

https://www.weezevent.com/atelier-focus-retrouver-sa-pleine-capacite-d-attention-et-de-concentration


Vous recevrez une confirmation d'inscription ainsi que votre billet au format pdf par email.

 

Tarif unique : 180 € 

(Possibilité de règlement en deux ou trois fois par chèques)

 

 Inscriptions ouvertes jusqu'au 6 mars 2016 minuit (ou plus tôt si atelier complet)

 

Attention : nombre de places limité

 

Prochaine session : Du 3 au 30 octobre 2016

 

 

 

           LR3-0332.jpg

                       Diane BALLONAD ROLLAND

                      contact@zen-et-organisee.com

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

Maman de 3 enfants, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Organisation Personnelle et Gestion du temps. 

 

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.


"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)