Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 06:00

 

« De la même manière que ce que nous vivons aujourd’hui est le résultat de nos choix d’hier, avons-nous toujours conscience que ce que nous vivrons demain résulte de nos choix d’aujourd’hui ? Je trouve personnellement que cette seule idée nous donne un pouvoir immense, celui de pouvoir inventer ou réinventer notre vie. »

 

La vie, vous le savez, est faite de choix et s'il y a bien un domaine dans lequel nous pouvons parfois être bien négligeant, c'est celui de la santé. De notre santé, et de celles de nos proches.

Nous savons tous qu'il n'y a rien de plus important dans la vie que la santé (avec l'amour bien sûr !), mais tant que nous l'avons, nous n'y prêtons pas beaucoup d'attention.

Impression d'avoir la vie devant soi, sentiment d'être protégé(e) et que les pépins de santé n'arrivent qu'aux autres, sensation d'avoir le temps, autant d'éléments qui nous amènent à différer le moment où nous allons prendre soin de nous et de notre santé.

 

Mais les choses se gâtent le jour où nous apprenons une mauvaise nouvelle et nous réalisons parfois violemment, sans y être préparé(e), que notre priorité était pourtant là, dans cet examen que nous avons tant repoussé, dans ce contrôle de routine que nous avons négligé, dans ce RDV que nous n'avons pas pris le temps de caler dans notre agenda surbooké.

Combien de femmes repoussent, par peur du résultat souvent, leur première mammographie ? Combien de rdv chez le dermato avons-nous voulu prendre sans l'avoir fait alors même que nous savons que nous faisons partie des personnes dites "à risque" et que l'un de nos proches est parti suite à un mélanome ? Et que dire de ce contrôle sanguin que nous devons faire à échéance régulière pour contrôler notre taux de cholestérol ou notre taux de créatinine ?

 

Au-delà de ces examens, quelle importance accordons-nous, globalement, à notre hygiène de vie, à la qualité de notre sommeil, à notre alimentation ?

Laissons-nous le stress nous envahir jusqu'à parfois nous détruire ou tentons-nous, autant que possible, de nous préserver ?

 

Bref, comment, finalement, prenons-nous soin de nous ? Quelle valeur nous accordons-nous et accordons-nous, in fine, à notre vie ?

 

______________________________________________________________

 

Le témoignage de Julie

Une petite astuce que j’ai trouvé depuis quelques années : lorsque j’ai un rdv médical à prendre, je m’y prends très en avance et je demande le 1er RDV de la journée. Résultat : peu d’attente, donc rdv moins chronophage et praticien souvent assez disponible et à l’écoute, bref, je trouve que c’est une opération gagnante !

______________________________________________________________

 

Je vous invite, dès aujourd'hui (et au-delà bien sûr), à vous interroger sur la place que vous accordez à la santé dans votre vie, pour vous comme pour vos proches.

 

  • Avez-vous l'impression de lui accorder la place qu'elle mérite ?
  • Pensez-vous parfois être (ou avoir été) négligeant(e) sur ce point ?
  • Avez-vous différé, repoussé, reporté certains examens par manque de temps/pour toute autre raison ? 
  • Que pourriez-vous faire dès aujourd'hui pour donner à la santé, dans toutes ces facettes, la place qu'elle mérite dans votre vie ?

 

26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 06:00

         

 

Voilà un petit moment que je m'intéresse aux câlins, pas seulement parce que ceux que je partage avec mes proches me font du bien, mais parce que je suis intimement convaincue des bienfaits de ces derniers sur notre santé, et sur notre niveau de stress en particulier.

Et comme le hasard fait toujours bien les choses, je suis partie en vacances cet été avec un petit livre sous le bras (parmi de nombreux autres, au grand désespoir de mon mari !) : La câlinothérapie, une prescription pour le bonheur, de Céline Rivière.

 

J'avais prévu de vous en parler depuis juillet mais avec un manuscrit à terminer (ça y est, j'ai fini !!!! Parution en février) et une rentrée plutôt animée, le moment n'était pas opportun pour moi. Il l'est aujourd'hui, plus que jamais il me semble, car en ces temps agités, un peu de douceur dans un monde de brutes n'est pas de trop...

 

Céline Rivière, psychologue clinicienne et neuropsychologue, partage d'emblée l'ambition qui l'a portée à travers l'écriture de ce livre : redonner aux câlins la place qu'ils méritent et montrer scientifiquement leurs nombreux bienfaits.

 

"Qu'est-ce que la câlinothérapie ? Quels sont les bienfaits des câlins sur la santé ? Les récentes découvertes montrent que le câlin améliore notre bien-être par la libération de l'hormone du bonheur : l'ocytocine, et entraîne une chute du taux de cortisol, l'hormone du stress. Cela a un impact direct sur notre santé. La pression artérielle baisse, nous nous sentons mieux, apaisés. Depuis l'enfance, on nous enseigne à aller à la rencontre de nos pulsions premières, à les maîtriser jusqu'à ne plus les ressentir. Cet élan, nous le refreinons par crainte du jugement, par peur du ridicule ou de la morale. La câlinothérapie nous propose de réparer ces manques et de nous faire revivre la sécurité du petit enfant. Entre traumatisme et bien-être absolu, les câlins ne sont pas un sujet quelconque. En manquer n'est pas anodin, cela fait souffrir, beaucoup. Dans une sécurité affective, un état d'esprit apaisé, un corps touché tombe moins malade. Le système immunitaire s'en trouve renforcé.

Face à cette demande d'un genre nouveau, les propositions fleurissent. De toutes sortes. Des hugs aux bars à câlins, des animaux à caresser dans les maisons de retraite aux bars à chat, des contacts peau à peau pour les enfants prématurés à Amma qui réussit à rassembler des milliers de personnes en proposant une étreinte d'amour... Tout est prétexte au rapprochement."

 

                          

 

Parmi les bienfaits évoqués, j'en ai retenu 4 : bonnes raisons d'adopter la câlinothérapie !

 

 

1) Les câlins renforcent notre système immunitaire

Des chercheurs se sont récemment penchés sur la question : Sheldon Cohen, professeur de psychologie de l'Université Carnegie Mellon à Pittsburgh, voulait savoir si le fait de bénéficier d'un soutien social et affectif de bonne qualité pouvait aider à se défendre contre les infections. Une étude a été menée chez 404 adultes en bonne santé, et leur a demandé de quantifier, à l'aide d'un questionnaire, le soutien dont ils bénéficiaient de la part de leurs proches. De plus, ils devaient noter, pendant 14 jours, le nombre de "hugs" reçus. L'étape suivante consistait à exposer les participants au virus du rhume, à les isoler et à surveiller l'apparition éventuelle d'une infection.

Les résultats sont nets : les "hugs" représentent environ 30 % de l'effet protecteur des relations sociales contre les symptômes infectieux. Selon Sheldon Cohen, la chaleur humaine est donc un anti-stress efficace, qui peut nous protéger contre certaines agressions virales.

 

2) Les câlins nous connectent instantanément à nos émotions

Découverte en 1906 par le chercheur anglais Sir Henry Dale, l'ocytocine, également appelée l'hormone du bonheur, est secrétée par l'hypophyse. Tous les mammifères, mâles et femelles, produisent de l'ocytocine. Cette hormone détermine notre capacité à nous attacher et à aimer, à nous calmer et nous relaxer, à établir et maintenir des liens entre les individus.  Tant du point de vue préventif que curatif, le toucher si particulier du câlin accroit donc les capacités de défense de l'organisme et relance globalement l'ensemble des fonctions du corps mais, plus profondément encore, il reconnecte au sentiment de bien-être parce qu'il relie l'individu à lui-même, aux autres et à la réalité de son environnement. Le câlin nous reconnecte à notre cerveau le plus primaire  au cerveau émotionnel. L'idée du câlin est donc d'harmoniser le cerveau émotionnel en passant par le coeur.

 

2) Les câlins nous relient aux autres

Céline Rivière l'affirme : nous manquons de contacts. "Depuis l'enfance, on nous enseigne à aller contre nos pulsions premières, à les maîtriser pour les faire disparaître. L'éducation a appris à notre corps à se cadenasser. Cet élan, nous le réfrénons par crainte du jugement, par peur du ridicule, de la méprise ou par respect d'une certaine morale. Le toucher est devenu aseptisé".

Pourtant, en nous privant du "toucher bienveillant", nous nous privons d'entrer en connexion avec l'autre : "Retrouver nos émotions et notre respiration dans la simplicité d'un contact. Nous libérer du poids de nos vies, le temps d'une parenthèse, et en ressortir plus forts, mieux dans notre corps et dans notre tête. (...) Redevenir humains en nous laissant aller à nos émotions dans une chaleur réparatrice autorisant nos faiblesses. Ecouter nos messages, ceux qui circulent entre le coeur et le cerveau. Entrer en résonance avec l'autre pour atteindre l'harmonie."

 

4) Les câlins sont une excellente façon de démarrer (et de terminer) la journée !

Démarrer sa journée en prenant le temps, au réveil, de se serrer dans les bras, est bien plus agréable, vous en conviendrez, que de se croiser à la va-vite sans se jeter un regard. C'est déjà entrer en résonance avec l'autre, c'est signifier à l'autre combien il est important. C'est un peu comme lui dire : "Tu comptes pour moi, je m'arrête pour te serrer contre moi et te souhaiter une belle journée." Peu importe si nous sommes en retard, peu importe si nous partageons ce même rituel avec le même conjoint depuis plus de 20 ans, peu importe si nous avons un, deux, trois enfants ou plus. Car chaque câlin est unique : les parents le savent, le câlin que nous partageons avec l'un de nos enfants n'est pas le même que celui que nous partageons avec l'autre. Aucun risque donc de banaliser ce geste, point de rencontre entre deux personnes. 

Pourquoi ne pas imaginer mettre le réveil dix minutes plus tôt pour se donner ce temps-là, en profiter pleinement (en pleine conscience, donc) et s'offrir un démarrage en douceur, dans la chaleur des bras de ceux qu'on aime... Ce sont précisément des petits choix comme ceux-ci qui nous permettent de nous réapproprier notre temps.

 

                          

 

 

Céline Rivière conclue son essai en nous confiant son rêve, remplacer la pause cigarette par la pause câlin

"Dans le rythme effrené de nos vies actuelles, quel bénéfice ! Moins de stress, davantage de liens, pas d'effets secondaires...

Et si nous inscrivions le câlin comme méthode préventive ? Du sur-mesure dans toute cette complexité de prise en charge du "bien-être". Rien à apprendre, vous savez déjà tout. Regardez les enfants pour retrouver les bons gestes, ceux qui amèneront les belles émotions, les plus pures. Laissez votre esprit au repos le temps du ressenti."

 

Si avec ça, vous n'êtes toujours pas convaincu(e)s des bienfaits des câlins, mettez vite votre intellect de côté et laissez parler votre coeur : passez à l'action maintenant et laissez-vous porter par vos émotions ! 

 

Alors, vous savez ce qu'il vous reste à faire : à vos câlins !

 

PS : j'ai découvert en rédigeant ce billet que nous fêtions le 21 janvier de chaque année (et ce depuis bientôt 30 ans) la Journée internationale des câlins, communément appelée le "Hug day"...

 

La câlinothérapie - Une prescription pour le bonheur, Céline Rivière, 2015, Michalon

17 €

 

{Indice n° 1 pour la chasse au trésor de Ma Fabuleuse année 2016 : "Qu'est-ce qui, selon vous ET selon vos proches, fait de vous un être absolument unique et fabuleux ?" Lorsque vous serez sûr(e) d'avoir la ou les réponses à cette question, suivez la piste via ce lien. Un second indice vous y sera révélé.}

 

       


Si vous rêvez de recevoir l'étreinte d'Amma, la fondatrice de l'ONG internationale "Embracing the World" sera en France les 18 et 20 octobre à Paris, et les 2 et 4 novembre à Toulon.

Le " darshan " est le moment où Amma accueille, en les serrant dans ses bras dans une étreinte singulière, tous ceux qui veulent venir à elle. C’est un instant où l’on peut contempler l’amour inconditionnel à l’oeuvre et s’imprégner d’un climat de paix et de joie.

Toutes les infos ici : http://www.etw-france.org/amma-la-fondatrice/comment-rencontrer-amma/programme-de-paris/

18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 06:00

 

Je dis enfin STOP à la pression ! Audrey Akoun et Isabelle Pailleau

 

Les deux soeurs de coeur et de travail, Audrey Akoun et Isabelle Pailleau, ont encore frappé, pour notre grand bonheur à tous ! 

Après leur premier livre écrit à 4 mains, Apprendre autrement avec la pédagogie positive, best-seller paru au Printemps 2013 aux Editions Eyrolles, Audrey et Isabelle récidivent avec un livre détonnant, drôle (comme toujours avec elles !) et surtout farouchement utile : Je dis enfin STOP à la pression ! 5 étapes pour se libérer.


"Et si vous faisiez autrement ? 

Au travail, en couple, à la maison, à l'école... la pression est partout, envahissante et destructrice. Pire, elle est considérée comme faisant partie de notre manière de vivre ! Qui ne s'est jamais entendu dire : "Sois parfait !", "Dépêche-toi !", "Sois fort !" ?

Alors, laissez les super-héros au placard et retrouvez le plaisir de vivre, tout simplement !"

 

Pour nous aider à y parvenir, elles proposent une méthode éprouvée en 5 étapes pour cesser d'être l'esclave de nous-même et des autres tout en relâchant la pression sur notre entourage :

1- S'affirmer

2- Accepter d'être imparfait

3- Penser et organiser son travail autrement

4- Etre authentique et laisser son empreinte

5- Fabriquer ses petits bonheurs

 

 

Cocotte-minute.jpg

 

J'ai eu le plaisir, il y peu, de recevoir le livre (avec une jolie dédicace en prime !), dont le contenu est en lien direct avec ce que je traite à travers le blog et à travers mes différentes activités.

C'est donc avec une attention toute particulière que j'ai lu le livre.

Et j'ai découvert, au-delà de que j'avais pu en lire ici et là, un livre intelligent et vraiment pertinent, à 2000 lieux du livre gadget et tendance qui va survoler un sujet et finalement apporter peu à son lecteur...

Il prend le temps, étape après étape, d'expliquer, d'approfondir, de mettre en perspective, de compléter par un exercice pratique, un témoignage, un schéma, une phrase.

Il est évident que les auteures se sont attachées, en écrivant ce livre, à apporter un vrai soutien à tous ceux qui sont sous pression. Elles le soulignent d'ailleurs dès leur introduction :

"Nous voulons qu'à la fin de ce livre, vous puissiez vous dire :

- J'ai le droit de me tromper.

- J'ai le droit de ne pas accepter la pression que l'on me met.

- Ce n'est pas grave de ne pas être parfait.

- Je peux faire autrement pour un résultat tout aussi efficace.

- Je vais arrêter de mettre la pression sur mes enfants, mon conjoint, mes employés, ma belle-fille, l'enseignante... et moi aussi.

- Je choisis de vivre librement !"

 

Et en cela, notre démarche est identique car c'est exactement la même intention qui m'anime lors de mes formations en  Gestion du stress ou Gestion du temps, ou encore lors de mes différents ateliers, en présentiel ou en ligne : donner véritablement l'envie de changer, créer, susciter un déclic, une prise de conscience, un impact, aussi infime soit-il...

Et faire une vraie différence dans la vie des gens.

 

Un livre indispensable pour celles et ceux (d'ailleurs, le livre s'adresse aussi bien aux hommes qu'aux femmes) qui sont prêts à dire STOP à la pression !

 

Je dis enfin STOP à la pression, 5 étapes pour se libérer, 2014, Editions Eyrolles (11, 90 €)

 

10653400_779461632113647_2883046665228787399_n.png

 

24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 06:00

 

Zen

  

Mon ambition, à travers Zen & Organisée, est de vous amener, en douceur, à vous réapproprier votre vie. Votre temps, vos besoins, vos envies, vos désirs. Bref, tout ce que vous avez oublié ou mis de côté (en attendant des jours meilleurs) au fil du temps.

 

Sur pilote automatique

Les obligations du quotidien vous ont progressivement transformée en robot (très perfectionné) et vous voilà, parfois depuis des années, branchée sur pilote automatique.

J’ai souvent eu cette impression désagréable d’être un robot, ou encore un « post-it géant sur pattes » (Bob L'Eponge ?).

Le fameux « syndrome du post-it mental » qui vous donne le sentiment d’avoir des milliers de post-it jaunes dans la tête, ne vous laissant aucun répit… Sitôt une tâche accomplie, la 382ème vous saute au visage, vous rappelant à l’ordre si toutefois vous aviez l’intention de  vous octroyer un court moment de liberté. « Au boulot ! », vous crie vigoureusement à l'oreille le post-it masqué !

Les gestes sont répétitifs, les contraintes s’enchaînent les unes derrière les autres, laissant peu de place pour le plaisir et le bien-être. Le « bien-quoi » ? Evidemment, cela fait longtemps que vous avez oublié la signification de ce mot étrange car vous avez intériorisé, inconsciemment, que désormais, le bien-être, ça n’était plus pour vous. En tous cas pas pour l’instant. On verra bien, quand les enfants seront grands, quand vous serez à la retraite, quand…

Prendre soin des autres, pourtant, vous savez. Vous le faites même plutôt bien. Vous connaissez par coeur les besoins de vos enfants, ceux de votre moitié, et même de vos proches, famille ou amis. Mais quid des vôtres ? Qui prendre soin de vous aujourd'hui ? Qui se préoccupe de vos besoins, et oserais-je dire, de vos envies ?

Les femmes, les mères en particulier, ont pris l'habitude d'être sur-sollicitées de toutes parts et en permanence. Elles ont pris l’habitude de faire passer les besoins de TOUS les autres avant les siens. C’est ainsi qu’elles se retrouvent, progressivement, presque insidieusement, déconnectée de leurs besoins. Or, c’est une grave erreur car il faut d’abord se sentir bien soi-même avant d’être en mesure de prendre soin des autres.

Si vous avez déjà pris l'avion, vous avez, j'en suis sûre, été particulièrement attentive (au cas où...) aux consignes de sécurité, n'est-ce pas ? Souvenez-vous, ce n'est pas un hasard si les hôtesses de l'air vous demandent de porter le masque à oxygène en premier en cas de dépressurisation, avant même de le mettre à vos enfants. Car que se passera-t-il pour eux si vous perdez connaissance par manque d'oxygène ? Qui sera en mesure de leur mettre le masque à oxygène si vous êtes dans les limbes ?

Il en va de même dans la vie.

  

La bienveillance envers soi-même

La bienveillance envers soi-même est tout sauf un acte d’égoïsme. Selon Anne Van Stappen, Docteur en médecine et auteur du Petit Cahier d’exercices de bienveillance envers soi-même (2009, Editions Jouvence), « être bienveillant envers soi-même, c’est prendre soin de soi d’une manière telle que l’on va bien et qu’alors, inévitablement, on a beaucoup à donner aux autres et on ressent l’envie de le faire. C’est vivre sa vie de façon à se sentir heureux, en paix et en harmonie avec ses valeurs, ses aspirations et ce, sans qu’il n’y ait un coût à payer pour quiconque ».

 

petit-cahier-d-exercices-de-bienveillance-envers-soi-meme.jpg

 

Je fais le point :

1-      Quand avez-vous pris délibérément soin de vous pour la dernière fois ?

2-   Que pourriez-vous faire aujourd’hui, concrètement, pour accomplir un petit pas de bienveillance envers vous-même ?

 

 

Passer un contrat avec soi-même

 

Aujourd’hui,  en ce mardi 24 septembre, je vous propose de prendre un engagement. Un engagement très sérieux avec vous-même.

Je vous invite, une fois n’est pas coutume, à passer un contrat avec vous-même (et un petit peu avec moi aussi !).

Voici ci-dessous un petit texte, court, que je vous invite à apprendre par cœur recopier dans votre cahier en y notant votre prénom et votre nom ainsi que la date du jour et à signer très officiellement, je dirais même, très solennellement :

 

CONTRAT AVEC MOI-MÊME :

 

Je, soussignée…………………………………………………………,

 décide officiellement,

 à compter de ce jour ………………………………………………..,

 de prendre soin de moi en priorité.

 

 Aujourd’hui, j’ai compris que mes besoins étaient importants

 et que pour être à même de m’occuper des autres,

 je devais d’abord m’occuper de moi.

 

 Ainsi, je m’engage très officiellement à : 

 

-            Etre à l'écoute de mes besoins

-            Leur accorder l'importance qu'ils méritent

-            Faire chaque jour un pas de plus pour les satisfaire

 

Fait à ………………………………..

 

Signature

 

 

 


 

(Extrait du livre Envie d'être zen et organisée ?, paru aux Editions Tournez la page dans la collection Femmes actives en janvier 2013).
 
 


           LR3-0332.jpg

                       Diane BALLONAD ROLLAND

                      contact@zen-et-organisee.com

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

Maman de 3 enfants, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Organisation Personnelle et Gestion du temps. 

 

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.


"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)