Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 15:16

  Petites-techniques-pour-ne-pas-se-laisser-deborder imagePan

  

L’une des premières choses à faire pour mieux gérer son temps et retrouver un peu de sérénité dans son quotidien est de poser définitivement son costume de SuperWoman et de redevenir une simple mortelle. Car tenez vous bien, non, SuperWoman n’existe pas et ça, c’est plutôt une bonne nouvelle !

Les femmes, et j’en fais partie, sont les premières à se mettre une pression démesurée sur les épaules. Et cela avant même que la société, souvent incriminée de véhiculer dans les médias l’image de femmes épanouies sur tous les plans, ne le fasse. En effet, nous n’avons pas besoin de la société pour nous charger la mule et placer la barre très, très haute…

Allez, on peut se l’avouer, entre nous, nous aimons porter le monde sur les épaules.

Nous avons à cœur d’être au top  dans tous les rôles qu’on endosse au quotidien, d’être bien sûr, cela va de soi, une mère parfaite, une épouse attentionnée, une amante endiablée, une pro au boulot, une as de la gestion et évidemment, une cuisinière hors-pair !

Nous avons également la fâcheuse habitude de penser que nous sommes capables de tout mener de front en même temps et de vouloir faire rentrer une journée de 48h dans 24h (vous avez déjà entendu parler de la « double journée » des femmes…). Car nous le savons bien, nous les femmes pouvons, contrairement à nos chers et tendres, faire deux, voire trois (quatre ?) choses à la fois car nous sommes « multi-tâches ».

Et puis, parce que nous sommes un peu perfectionnistes sur les bords, nous aimons tout contrôler, de A jusqu’à Z, sans rien lâcher et encore moins à notre homme qui parfois ne demande que ça (bon, ok, pas pour le ménage…). Parce que nous sommes à peu près unanimement toutes convaincues que nous ferons mieux qu’eux. Alors, à quoi bon si c’est pour repasser derrière (ça sent le vécu, non ?) !

Mais ce n’est pas grave, car nous les femmes, on « assume », on « gère ».

Mais qui a dit que nous devions, à n’importe quel prix, « assumer » ? Est-ce écrit quelque part ? Ou est-ce encore notre tendance tenace à nous mettre la pression…

 

J’ai compris récemment que nous avions des devoirs, des obligations, certes, mais aussi des droits, comme :

- celui de ne pas toujours y arriver,

- celui de ne pas toujours être à la hauteur,

- celui d’admettre que là, vraiment, j’ai besoin d’un coup de main,

- celui de ne pas tout savoir (« Ah bon ! ») et de faire des erreurs

- ou encore même, et c’est le plus important, celui de craquer car si pleurer un bon coup permet de fendiller l’épaisse et très résistante carapace que nous nous sommes constituées au fil des ans et de lâcher enfin prise, il ne faut surtout pas s'en priver. 

 

Car non, vraiment, personne ne nous oblige à vouloir tout assumer toute seule, seule contre tous, contre vents et marées.

Nous pouvons, si nous le décidons et si nous nous autorisons d’abord à lâcher du lest, accepter sans rougir l’aide d’une amie, de sa maman, de son conjoint, déléguer plus souvent à son mari, autonomiser et responsabiliser les enfants, bref à faire confiance à quelqu’un d’autre qu’à soi et à accepter ses propres limites.

Vous verrez, c’est libérateur et salutaire. Pour tous.

Partager cet article

Signé par Zen et Organisée ! - dans Mamans débordées (ou pas)
commenter cet article

commentaires

           LR3-0332.jpg

                       Diane BALLONAD ROLLAND

                      contact@zen-et-organisee.com

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

Maman de 3 enfants, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Organisation Personnelle et Gestion du temps. 

 

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.


"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)