Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 06:30
 
 
Prendre-du-temps-pour-soi.jpg
 
 
 
Prendre du temps pour soi : un luxe ou une nécessité ?
 
Prendre du temps pour soi, c’est une lapalissade, toutes les mamans en rêvent. A sa seule évocation, on s'imagine déjà, selon ce qui nous anime, profitant d'un délicieux massage du corps, étendue sur le ventre, le visage lové dans ses bras, les yeux mi-clos, le sourire aux lèvres, souhaitant que cet instant ne s’arrête jamais (ça, c'est plutôt moi !), ou encore dégustant un bon café sur une terrasse au soleil (euh, c’est aussi moi…).
  
Mais concrètement, comment s'y prendre quand la famille est loin et qu'on n’a personne à qui confier son ou ses enfants pour un dîner en tête à tête avec son amoureux, comment s'y prendre quand on travaille à temps plein et qu'on rentre le soir vers 19h 30 et qu'il reste le week-end pour tout gérer avec le papa, ou encore quand on est H24 à la maison avec ses enfants ?
  
La question du temps pour soi est tout qui motive ma démarche à travers Zen & Organisée. J'ai voulu créer ce que j'aurais moi-même voulu trouver à un moment de ma vie de maman débordée : un espace, une "bulle temporelle" pour respirer, pour dire stop, pour faire une pause dans mon rythme de folie mais aussi pour m'exprimer, pouvoir simplement dire ce que j'avais sur le cœur et être écoutée.
  
  
Mais qu'est-ce que finalement, prendre du temps pour soi ?
  
Le temps pour soi, c'est ce que Laurent Schmitt, psychiatre et auteur du livre Du temps pour soi (2010, Odile Jacob) appelle "Conquérir son temps intime", une expression que j'affectionne tout particulièrement.
 
Cécile nous raconte sa vision du temps pour soi :
"Tout a changé pour moi le jour où j'ai poussé la porte du joli club de gym près de mon bureau. Un vrai havre de paix ! Mais je sais que c'est un luxe pas accessible pour tout le monde, et tout le monde n'a pas non plus un joli club de gym près du travail. Dommage ! Note bien qu'en un an, je n'ai perdu aucun kilo (!) mais au moins, je me suis réconciliée avec mon image, et j'ai pris du bon temps dans le hammam, le sauna ou le jacuzzi ! Le temps pour moi, c'est souvent ce qui me fait passer en "burn-out" (quand je sens que j'en manque). Il y a quelques temps, je ne tenais que par l'envie de ce déplacement professionnel à venir, quand je savais que ce qui m'attendait, c'était une chambre d'hôtel au calme, et un emploi du temps à régler à ma façon !
J'aime aussi aller au travail en vélo : le nez en l'air, j'admire les maisons art déco de Bruxelles, et ça compte en "temps pour moi" ! De même quand dans le métro, j'écoute une émission podcastée sur un sujet intéressant : humour ou culture, c'est un temps "pour moi" assurément. Pour cela, investir dans un iphone, je ne l'aurais pas cru, mais c'est un vrai bonheur, n'en déplaisent à ceux (dont pourtant je croyais faire partie !) qui restent critiques vis-à-vis des appareils high-tech."
  
Un temps qu’il vous faudra négocier
  
Je vous entends déjà : « Prendre du temps pour soi ? Vous rigolez ? Mais je viens de vous dire que je suis débordée ! »
  
Et là, je vous réponds droit dans les yeux : « Justement. C’est tout simple, ce temps, vous allez le prendre ! »
  
Plus vous vous sentez débordée, submergée, plus il est important, urgent même que vous vous arrêtiez. Parce que si vous ne décidez pas que vous allez prendre ce temps pour vous, personne, je dis bien personne ne le prendra pour vous. Et si vous ne le prenez pas, comme rien ne changera, vous continuerez à être débordée, stressée, fatiguée, épuisée, etc… Vous voici prise dans un engrenage bien huilé… A vous de briser le cercle vicieux !
Il est vrai qu’il n’est pas toujours facile, surtout avec de jeunes enfants, de prendre du temps pour soi. Entre les obligations professionnelles, les activités du mercredi, du soir, du samedi, les courses, les devoirs, difficile de prendre du temps pour soi sans culpabiliser.
  
Mais si vous êtes réellement convaincue qu’un peu plus de temps pour faire ce qu’il vous plait vous fera du bien, foncez !
Concrètement, il vous faudra réfléchir, si besoin en famille, quelle forme et quelle fréquence vous allez consacrer à ce temps à vous. Un cours de danse un soir dans la semaine ? Une soirée resto ciné entre copines ? Ou encore une demi-journée par semaine pour buller, lire ou écrire ? Pourquoi pas. Tout est bon à condition que cela vous fasse du bien et vous change les idées. Négociez au besoin ! Défendez votre territoire ! Car attention, il vous faudra impérativement bloquer ce créneau, sous peine de le voir passer à la trappe à la première contrariété venue.
  
Célia, maman de 2 enfants de 9 et 4 ans, s’est organisée en conséquence :
« Pour souffler, je laisse régulièrement les enfants au papa le samedi matin (shopping ou coiffeur) ou le soir (pour un resto ou un ciné avec une copine). Et plus occasionnellement, je pars le temps d’un week-end. Et lorsqu’on veut sortir ensemble, on appelle la baby-sitter. Je travaille à temps plein, j’ai les vacances scolaires, donc je suis très souvent avec les enfants. Les grands parents les prennent très rarement. Prendre du temps pour soi est vital pour moi, sous peine de disjoncter».
  
S'autoriser à prendre du temps pour soi
J'insiste sur ce point car je rencontre souvent des femmes, des mères qui me disent : "Mon problème à moi, ce n'est pas de prendre du temps pour moi, c'est de prendre du temps pour moi sans culpabiliser, en profitant vraiment de ce moment. Je n'en profite pas parce que je culpabilise de prendre ce temps pour moi."
  
L'enjeu est là : ce n'est pas tant de prendre du temps pour soi qui est difficile mais c'est de prendre du temps pour soi sans culpabiliser. Il sera donc nécessaire de s'autoriser, de se donner la permission de prendre du temps pour soi.
  
Soyez convaincue que vous avez le droit, l’obligation même, de prendre du temps pour vous.
 
 
Du-temps-pour-soi.jpg     
 
 
Des femmes avant d'être des mamans
  
Plus vous prendrez de temps pour vous, plus vous vous sentirez bien dans votre tête, en phase avec vous-même, et plus vous serez disponible pour les autres, et en particulier pour vos enfants.
  
Les mères  ne doivent pas être toutes dévolues à leurs enfants. Vos enfants n’ont pas besoin de vous avoir sur le dos 24h /24. Il faut lutter contre l’idée qu’une maman doit faire passer les besoins de ses enfants avant les siens, je ne le répéterai jamais assez. Et pourtant, avant que l'on m'accuse d'être une mère indigne, je peux vous assurer que comme vous, j’aime mes enfants plus que tout au monde mais j’ai compris que je ne leur rendrais pas service en leur consacrant tout mon temps et toute mon énergie.
  
Vous n’êtes pas seulement la mère de vos enfants, mais avant tout « Cécile, Laurence, Virginie, Barbara, etc…» ! Stéphanie Allenou, auteure de Mère épuisée, l'exprime très bien à la fin de son livre :
  
« Aujourd’hui, je ne suis pas en permanence avec mes enfants, et pourtant j’ai le sentiment de bien m’occuper d’eux car j’essaie de leur donner une image cohérente de la mère. Je les aime très fort, je le leur montre. Je garde du temps rien que pour eux, je leur parle de ma vie professionnelle et m’intéresse à leurs activités. Ils savent que j’ai aussi du plaisir en dehors d’eux. Je les autorise à être heureux sans moi et leur dis tout le bonheur que j’ai à les savoir épanouis. »
 
 
Enfin, comme le dit si bien Gautier Girard  sur son blog :
 
« Prendre du temps pour soi, c’est, pour une fois :
 
   - Prendre le temps de ne PAS s’occuper de ses enfants
   - Prendre le temps de ne PAS s’occuper de ses amis
   - Prendre le temps de ne PAS s’occuper de son conjoint
   - Prendre le temps de ne PAS s’occuper de ses clients.
 
C’est prendre la liberté de faire des choses pour soi, seul(e) ou accompagné(e)… mais toujours dans l’optique de le faire pour soi».
 
 
Concrètement, on fait comment ?
 
Vous n'avez pas 36 solutions : 24 heures feront toujours 24h. Donc, si vous souhaitez prendre davantage de temps pour vous, il vous faudra libérer du temps dans votre agenda.
 
En effet, pour pouvoir s'accorder davantage de temps à soi, il n’y a pas de mystère, vous devrez concrètement agir sur un ou plusieurs leviers pour grignoter sur ce qui occupe déjà votre emploi du temps et ainsi dégager des plages de disponibilité qui ne seront dédiées qu'à vous :

- En réduisant par exemple le nombre de vos activités et obligations, en acceptant de faire moins de choses, en allégeant votre agenda, en réduisant le nombre de vos rôles et de vos mandats.

- En faisant des choix et donc en acceptant de renoncer, ce qui n'est jamais chose aisée.

En posant des limites, et ce dans toutes les sphères de votre vie, tant professionnelle que personnelle et familiale.

En déléguant tout ce qui peut être fait par un autre que vous (soyez créatives !)

 - En achetant du temps quand vous en avez les possibilités financières (quand vous faites appel à une femme de ménage par exemple, ou à une nounou le soir après l'école).

- En acceptant une fois pour toutes de ne pas être parfaite et en revoyant vos exigences à la baisse (probablement le moins facile !).
 
 
Et si vous renonciez au sacro-saint RTT du mercredi ?
 
« Et si pour une fois, je laissais de côté travail, courses, enfants, conjoint et je prenais, enfin, du temps pour moi ?"
Vous pouvez enfin (et là, je sais que je risque de provoquer un tollé parmi vous !) poser des RTT rien que pour vous, en ne prenant pas le « sacro-saint » mercredi (#mère indigne).
 
Car rien ne vous oblige, sauf si vous le souhaitez ou si vraiment vous n’avez pas d’autre solution, à vous soumettre à la « dictature du mercredi » ! J'ai conscience de jeter un (petit) pavé dans la mare mais je n'y résiste pas…
 
J’ai fini moi-même par céder à cette dictature du mercredi quand mon second est entré au CP, davantage pour faire comme toutes les autres mamans que par réelle envie (j’assume), influencée par certaines de mes collègues qui ne comprenaient pas pourquoi je travaillais "encore" le mercredi, avec deux jeunes enfants.
 
Imaginez un instant que de temps en temps (allons-y doucement…), vous puissiez profiter d'un jour de RTT entier pour vous, non pas pour vous occuper des enfants, pour les emmener d'une activité à une autre et encore moins pour faire le ménage ou les courses hebdomadaires. Non, un jour de RTT pour vous. Pour faire ce que bon vous semble.
 
Ne me dites pas que vous n'en mourrez pas d'envie, je ne vous croirais pas ! Est-ce pourtant si difficile à envisager ? N'est-ce pas du domaine du possible, par exemple une fois par mois, précisément pour vous ressourcer et recharger vos petites batteries à plat ? Vous auriez le reste du mois pour préparer et anticiper avec délice cette journée où vous ne penserez, pour une fois, qu'à vous !
 
Pensez-y sérieusement, avant de vous offusquer et d'écarter cette option d'un revers de main…
 
 
A vous de jouer : Du temps pour quoi faire ?
 
-        Que pouvez-vous faire aujourd'hui pour commencer à planifier concrètement du temps pour vous ?
 
-       A quoi allez-vous consacrer ce temps que vous aurez réussi à dégager sur votre emploi du temps ? Faites-vous plaisir, laissez-vous aller à imaginer ce que vous ferez concrètement (vous avez le droit de ne rien faire aussi) !
 
 
(Extrait du livre Envie d'être zen et organisée ?, paru aux Editions Tournez la page dans la collection Femmes actives en janvier 2013).

Partager cet article

Signé par Zen et Organisée ! - dans Se réapproprier son temps
commenter cet article

commentaires

           LR3-0332.jpg

                       Diane BALLONAD ROLLAND

                      contact@zen-et-organisee.com

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

Maman de 3 enfants, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Organisation Personnelle et Gestion du temps. 

 

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.


"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)