Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 07:07
J'ai l'immense plaisir aujourd'hui, dans le cadre de notre RDV coaching du jeudi, d'accueillir Grégory, auteur du blog Deviendra grand.
  
Une fois par mois (au minimum), le blog de Zen & Organisée laissera la souris la plume à un rédacteur invité, sur le thème de son choix (PS : si la perspective d'écrire un billet pour ce blog vous tente, n'hésitez pas à me contacter en me précisant le sujet que vous aimeriez proposer).
  
Grégory, dont j'ai découvert l'excellent blog cet été, au gré de mes allers et venues sur la toile, a accepté d'ouvrir le bal. J'en profite ici pour le remercier très sincèrement !
  
Cet article est un article invité rédigé par Grégory du blog Deviendra grand.
  
Le perfectionnisme
  

Le perfectionnisme : 7 conseils

pour vous débarrasser de ce poison

 
 
 
Le perfectionnisme est la tendance à se comporter comme si la perfection pouvait et devait être atteinte. La forme extrême du perfectionnisme est même de considérer toute imperfection comme inacceptable.  
 
  
Je préfère de loin cette définition : le perfectionnisme est un poison. Un véritable poison.    
  
Heureusement, le contenir et s’en débarrasser définitivement, ou simplement ne pas y succomber, est possible. Pour vous y aider, je vous propose plus bas 4 étapes et 3 outils. Mais avant cela, voyons les méfaits du perfectionnisme …
 
 
Tout d’abord le perfectionnisme s’en prendra à votre productivité :
 
  Le perfectionnisme casse votre motivation et votre volonté : toutes les tâches et activités deviennent énormes, voire insurmontables, et intimidantes. De peur d’échouer ou d’être déçu, vous évitez d’agir. Ou alors vous procrastinez et vous remettez à plus tard.
  Il diminue votre efficacité : vous passez bien trop de temps pour obtenir une quantité de résultats trop faibles et vous accumulez les retards à vouloir trop bien faire.
Plus que cela, le perfectionnisme s’en prendra à votre bien-être et à votre qualité de vie :
  Il est source de stress supplémentaire: sentiment de «devoir» en faire toujours plus, aucun plaisir en raison de cette insatisfaction perpétuelle, dur et exigeant envers soi-même, doute sur ses performances et capacités, diminution de son estime personnelle.
  Il détériore vos relations : vous êtes désagréable et irritable, vous êtes exigeant avec les autres, vous consacrez à ceux que vous aimez peu de temps, et encore de mauvaise qualité.
Quelque soit votre situation, le perfectionnisme peut se manifester et vous toucher dans différents domaines de votre vie : le travail, les relations interpersonnelles, l’apparence physique, les tâches quotidiennes, … Et quel que soit le domaine considéré, ces effets seront néfastes …
Vous l’aurez compris, le perfectionnisme est véritablement un poison qui, doucement mais sûrement, vous pourrira la vie et celles de votre entourage et vos proches.
Heureusement, le perfectionnisme n’est pas une fatalité. Il est possible de s’en défaire.
Je le sais car je connais une personne qui a réussi : ma mère.  
 
Itinéraire d’une perfectionniste
Quand j’étais enfant, ma mère a arrêté son activité professionnelle pour s’occuper de ses 2 enfants, dont moi, et de son foyer. Cela aurait pu être la source des bonheurs …
Le problème, c’est que ma mère était perfectionniste
La maison n’était jamais assez propre ou rangé, le linge n’était jamais assez lavé et repassé, les repas n’étaient jamais suffisamment bons ou copieux, nos résultats scolaires n’étaient jamais assez bons, son mari n’était jamais assez présent …
Puis ma mère a repris une activité professionnelle. Et son perfectionnisme est de nouveau venu la hanter …
En fait, peu importe le cadre, la situation ou le lieu, … Pendant des années, ma mère n’a jamais vraiment été heureuse. Et au delà d’elle, son entourage en a souffert. J’en ai souffert. Et son couple a explosé.
Tout cela parce qu’elle était perfectionniste.
Heureusement, pour elle et pour nous, cela a bien changé. De temps en temps, il y a bien un petit retour du naturel. Mais elle sait le contenir. Et maintenant, elle accepte et apprécie le bien plutôt que le mieux, elle est relâchée et détendue, elle sait profiter du moment présent et des personnes en sa présence.
 
Un remède en 4 étapes
Cela ne s’est pas fait du jour au lendemain. Mais le remède n’en est pas compliqué pour autant : il consiste en seulement 4 étapes …

Avoir conscience de sa tendance au perfectionnisme

C’est le point de départ de toute action sur soi-même et, plus globalement, sur sa vie.
Cela peut sembler évident ou même bateau. Mais c’est véritablement essentiel. Si vous n’avez pas conscience que vous êtes perfectionniste, alors votre attitude et votre comportement vous sembleront “normaux”.
Il ne suffit pas que les autres vous le disent. Il faut vraiment s’en apercevoir par soi-même. Votre entourage peut vous apporter un éclairage différent. Mais si vous n’en êtes pas persuadé, rien ne pourra changer.
Vous devez, par vous-même, prendre conscience des effets négatifs de votre perfectionnisme et de la souffrance que cette habitude peut causer.

Être conscient de ses attentes et de ses exigences

La tendance naturelle du perfectionniste, avant même d’agir, sera d’avoir des ambitions et des échelles d’évaluation très élevées. Et cela pour tous les projets, toutes les activités, toutes les tâches.
Or, l’éventail des possibilités entre «raté» et «parfait» est relativement vaste. Et toutes les situations n’exigent pas le même degré de perfection.
Avant toute action, et lors de l’établissement d’un projet, il y a toujours une phase de visualisation, même rapide et inconsciente. Il s’agit de s’en servir pour :
  prendre conscience de ces alternatives, finalement acceptables ;
  les envisager très sérieusement et s’apercevoir que ces scénarios imparfaits n’entraînent pas toujours des conséquences graves.
  avoir un objectif en-deçà de vos attentes naturelles de perfectionniste.
Cette étape permet de passer à l’étape suivante …

Établir des priorités

Sans priorités claires, le perfectionnisme peut revenir insidieusement.
En ayant défini un objectif acceptable et en-deçà de votre exigence habituelle, vous pouvez maintenant fixer des priorités pour atteindre cet objectif sans pour autant laisser le champ libre à votre perfectionnisme.
Les priorités posent des frontières et vous indiquent clairement ce sur quoi vous pouvez travailler et ce que vous devez ignorer. Et pour chaque activité, les priorités vous indiquent le niveau suffisant de qualité à atteindre.
À l’échelle de votre vie, il est aussi particulièrement utile, et essentiel, d’établir des priorités afin de ne pas laisser un domaine de votre vie en jachère, accaparé que vous serez ailleurs par votre perfectionniste.

Penser aux autres

Les autres peuvent être le meilleur signal d’alarme à votre fâcheuse tendance de perfectionniste, en réalisant le désagrément ou la peine que cela leur cause. Qu’il s’agisse de votre compagnon de vie, de vos enfants, de vos amis ou de vos collègues.
En pensant au bien-être de vos proches et de vos intimes, vous aurez une force supplémentaire et un objectif complémentaire pour maîtriser votre perfectionnisme. Et malgré vos imperfections naissantes, ils vous aimeront toujours autant.
En réalisant que d’autres peuvent faire mieux que vous, et que le soleil continue de se lever, imperturbablement, tous les matins, vous laisserez filer vos rêves de grandeur, vous apprécierez ce que vous avez et ce que vous faites.
En réalisant que chacun a ses forces et ses qualités et peut, à hauteur de ses moyens, vous apporter énormément, vous ferez plus confiance, vous profiterez des bénéfices de la collaboration, vous aiderez en retour et vous vous sentirez valorisé(e).
 

3 outils pour vous aider dans votre démarche

Toute la meilleure volonté ne vous sera d’aucune utilité si vous ne vous faites pas aider. Votre entourage, vos proches, vous seront d’une grande aide. Mais vous pouvez aussi vous aider avec les bons outils.
Je vous en propose 3 qui vous aideront à bien plus que simplement vous débarrasser de votre perfectionnisme.

Prendre un rendez-vous régulier avec soi

J’estime cela tellement important que j’en en fait une de mes leçons mensuelles : un rendez-vous quotidien avec soi.
Dans le cadre de ce rendez-vous régulier, de cette discussion en tête-à-tête avec vous-même, vous pourrez :
  vous rappeler l’importance de se débarrasser de votre perfectionnisme;
  vous remémorer votre journée et faire le point sur votre combat contre votre perfectionnisme ;
  préparer la journée à venir pour encore faire céder un peu plus votre perfectionnisme.
Posez-vous des questions simples et répondez-y honnêtement :
  ai-je fait preuve de perfectionnisme ?
  de ce fait, ai-je blessé ou été désagréable avec mon entourage ?
  que dois-je faire, ou ne pas faire, aujourd’hui ?

Écrire

Encore une autre pratique qui a fait l’objet d’une de mes leçons mensuelles : écrivez, notez, mettez des mots.
Se dire “je suis perfectionniste, et c’est néfaste pour ma vie, mon bien-être et mes proches”, c’est bien. Mais l’écrire, c’est mieux.
Je vous conseille de poser noir sur blanc les désagréments de votre perfectionnisme pour pouvoir les relire durant vos rendez-vous avec vous. La traitement aura encore plus de force.
De même, écrire ce que devez faire et changer, écrire votre plan d’action, c’est donner forme à votre objectif. C’est aussi commencer à le faire infuser dans votre inconscient pour que cela devienne, tout doucement, votre tendance naturelle.

Borner votre temps

Derrière ce conseil unique se cache 2 déclinaisons …
  Bornez le temps que vous allouez à vos tâches et activités. En jouant sur cette ressource, vous vous obligez à diminuer le niveau de qualité de votre travail et de vos résultats. Tout en pouvant respecter les objectifs fixés plus haut. Ainsi, vous restreignez les possibilités de retour de votre perfectionnisme.
  Bornez le temps que vous allouez à chaque domaine de votre vie afin de ne pas en négliger un. Il vous sera bénéfique de vous accorder de vrais plage de repos et de détente, de réserver du temps avec vos proches pour une activité, de vous autoriser à jouir de vos loisirs et passions. En retour, cela sera bénéfique pour ceux que vous aimez.
 

Conclusion

Plus que pour votre productivité, le perfectionnisme est néfaste pour votre bien-être, votre qualité de vie et vos proches.
En appliquant du mieux possible, et sur la durée, ces 4 étapes et 3 outils, vous en viendrez à bout. Et vous ne vous en porterez que mieux.
Crédit photo : A. Germain "
  
Qui est Grégory ?
Grégory, 40 ans, apprenti blogueur, entrepreneur débutant.
Le petit crapaud que je suis a décidé de s'émanciper et de prendre sa vie en main.
Mon blog est l'outil de mon propre développement. Il est aussi mon média pour partager et échanger au sujet de mes expériences et de mon expérience : développement personnel, organisation et productivité, sérénité et bien-être. Toujours avec un souci de simplicité. Pas de gourous, peu de théories. Plus sûrement de la pratique et du concret.
Mais attention, le petit crapaud a de l'ambition et deviendra grand... Deviendra prince ?
 
 
 
Capture d'écran Deviendra grand Grégory
 
 

Partager cet article

Signé par Zen et Organisée ! - dans Mamans débordées (ou pas)
commenter cet article

commentaires

Truc 28/09/2015 15:01

Pas d'accord avec la quatrième étape. Penser aux autres ? C'est parce que je pense trop aux autres que mon perfectionnisme se réveille ! Je ne supporte pas faire du mal à mes proches et quand j'en fais, ça devient pour moi inacceptable.

Agnes couchoud 12/05/2015 10:28

felicitations pour ce blog, continuez, il est très intéressant et bonne suite dans le développement personnel .
agnès

Zen et Organisée ! 12/05/2015 10:42

Merci Agnès ! A très bientôt sur le blog ;-)

brice 12/04/2015 16:37

bonjour
je me suis retrouvé dans votre article tous les points que vous avez évoqués se manifestent en moi. la preuve mon patron me l'a déjà répété plusieurs fois. mais aussi c'est un atout comme le dit un lecteur; j'ai des capacités que mes autres collègues par exemple mon patron sais que quand je mets du temps sur un fichier au moment ou je le lui envoie il ne regarde même pas et le forward à son boss sans même prêter attention parce qu'il sait que je ne lui enverrais jamais un document faux. mais j'ai vraiment besoin que vous m'aidiez parce que cela a vraiment un impact sur ma vie.

Maissene 11/04/2015 22:57

Bonsoir tout le monde! je suis peu être plus jeune que la plupart des lecteurs de cet article , mais je suis perfectionniste comme beaucoup de gens le sont , j'ai toujours douté de mon travail malgré le fait que j'aie beaucoup de confiance en moi, je dois dire que d'être perfectionniste c'est beaucoup d’inconvénients mais ça m'a quelques fois permit de réussir et de découvrir que j'ai beaucoup plus de capacités que ce que je croyais , donc j'airais aimé que ce perfectionnisme soit perçu d'un autre angle , comme un qualité . Merci beaucoup pour vos précieux conseils , ça m'aidera sans doute.

sarah 05/04/2015 12:48

Très bon article !!! Je souffre de perfectionnisme (dur à assumer et surtout difficile de donner un nom à ce mal-être) et j'ai vu le visage de ma famille se décomposer à chaque remarque assassine "c'est dégueu ce que tu cuisines maman" "papa je comprends pas comment tu peux te complaire dans cet appartement, il y a moyen de trouver mieux ailleurs" "peut-être que si je donne tout ce que j'ai à cet homme, je finirai par lui plaire". Ces pensées n'ont pas tant fait du mal à mon entourage qu'elles m'ont détruite. Ces conseils me parlent beaucoup, merci encore pour cet article. Signé une fille qui est épuisée.

Zen et Organisée ! 07/04/2015 10:07

Merci pour votre témoignage, Sarah ! Prenez bien soin de vous.

MARINA 03/11/2014 17:31

bravo pour cet article "le perfectionnisme" n'est pas une maladie mais un trait de caractère néfaste au bien-être ... je le confirme car je suis allée jusqu'au burn-out pour accepter que le
problème venait de moi.

Zen et Organisée ! 04/11/2014 18:41



En effet, bravo à Grégory pour cet article :-)



Amélie Cossette 12/06/2013 20:44

SAVIEZ VOUS QUE ?
Depuis déjà quelques décennies, les chercheurs en psychologie étudient le lien entre le perfectionnisme et les diverses formes de psychopathologies. La plupart d'entre eux ne sont pas encore en
mesure de définir proprement les limites d'un perfectionnisme sain d'un perfectionnisme malsain!

Donc, l’équipe de recherche sur la motivation et le perfectionnisme de l'Université du Québec à Trois-Rivières est à la recherche de personnes âgées de 18 à 80 ans pour participer à une recherche
sur le perfectionnisme. La participation implique remplir un questionnaire portant sur le perfectionnisme. Cette recherche a pour but de mieux connaître les motivations qui poussent les gens à
adopter une attitude perfectionniste. En premier lieu, cette recherche permettra d'enrichir les données scientifiques sur le perfectionnisme et à plus long terme, d'inspirer le développement de
nouvelles techniques cliniques pour aider les personnes dont le perfectionnisme malsain nuit à leur fonctionnement.

Vous désirez participer ?

Accédez au questionnaire en ligne :http://www.surveymonkey.com/s/perfectionnisme

Apolline 26/10/2012 17:44

Merci pour cet article passionnant!

Et oui, le perfectionnisme est une vraie plaie, qui va je crois avec la peur de ne pas être à la hauteur et de décevoir, la peur du jugement des autres mais aussi de son propre jugement.

On est souvent si dur avec soi-même! Apprendre à lâcher prise, à se dire que tant pis, ça ira bien comme ça, à accepter la vie et ses contre-temps...toute une évolution chez moi mais je me rends
compte en lisant ça que j'ai bien progressé ces 10 dernières années!

Lâchez prise avec la perfection, c'est réussir à se faire confiance, à faire confiance aux autres, s'autoriser à vivre finalement : ça fait un bien fou!

Grégory@Deviendra grand 18/09/2012 17:35

@Ravier: Effectivement, le perfectionnisme est une forme de procrastination. Après, cause ou effet ...

Si cet article peut t'apporter quelques réponses, j'en suis ravi :-)

@Nini79: Je ne me rappelle pas cette publicité mais l'image a l'air de convenir :-)

Par souci de bien faire, les parents peuvent effectivement peuvent autant de mal que de bien. Et la génération actuelle a peut être tendance à être trop laxiste.

Mais être parent n'est pas simple. Et les enfants ne sont pas livrés avec un mode d'emploi ...

La frontière entre "vouloir bien faire" et "vouloir tout faire à la perfection" n'est pas bien nette, effectivement. C'est en cela que être conscient de ses attentes et de ses exigences puis
établir de priorités est important ...

Nini79 15/09/2012 09:18

Merci. Sincèrement, merci. Le perfectionnisme nous guette toutes, je pense, à l'image de la publicité pour Lesieur où une femme disait "je veux tout"... j'ai quelquefois du mal à cerner la limite
entre le "vouloir bien faire" et le "vouloir tout faire à la perfection", mes enfants m'en ont fait la remarque... ne pas oublier non plus que certains parents (peut-être plus dans ma génération
que les jeunes générations ?) mettaient souvent une pression intense à leurs enfants qui devaient "réussir", tout, tout le temps... les parents "jamais contents" peuvent faire des dégâts dans
l'esprit de leurs enfants... qui auront bien du mal ensuite à se débarrasser de leur perfectionnisme aigu...
Bises et bon week-end

Grégory@Deviendra grand 13/09/2012 13:06

Diane, c'est moi qui te remercie pour ton invitation et ton accueil. Ce fut un vrai plaisir :-)

Zen et Organisée ! 13/09/2012 13:20



Plaisir partagé !



Ravier 13/09/2012 10:34

Excellent article que je m'empresse de relayer. d'autant plus excellent que je souffre moi-même de perfectionnite aigüe, ce qui est d'une certaine façon une forme de procrastination, mais je me
soigne!

Zen et Organisée ! 13/09/2012 11:26



Merci (à Grégory surtout) ! "Yapluka" appliquer ces précieux conseils, maintenant :-)


 



           LR3-0332.jpg

                       Diane BALLONAD ROLLAND

                      contact@zen-et-organisee.com

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

Maman de 3 enfants, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Organisation Personnelle et Gestion du temps. 

 

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.


"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)