Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 06:13

maman-solo-comment-gerer_large.jpg

Aujourd'hui, après le témoignage touchant  de Carine, voici le témoignage plein d'optimisme de Christelle :

 
Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?
 
Christelle, 34 ans, je suis maman de deux enfants, une fille de 9 ans et un garçon de 6 ans.
J'ai vécu 15 ans avec le père de mes enfants (oui, nous nous sommes connus au lycée à un âge où on n'a pas vraiment vécu encore, c'était sûrement trop jeune).
Je suis solo depuis bientôt 3 ans.
 
Il y a environ quatre ans, j'ai commencé à réfléchir à ma vie tant privée que professionnelle, une profonde sensation d'ennui comme si je n'étais pas moi ou à côté. Beaucoup d'amis m'ont qualifiée de "la Belle au bois dormant" et trouvent une nette différence entre celle que j'étais et celle que je suis. Plus épanouie !
 
Les enfants aussi sont plus épanouis, à parents heureux... Dans le même temps, j'ai commencé la formation pour devenir avocate, je me suis un plus ouverte sur la danse (qui était déjà un peu présente) et j'ai pris la décision de partir. Bref, un grand coup de pied.
 
La seule constante : mes enfants, qui ont toujours été au coeur de mes préoccupations. Je suis très, très maternelle !
  
Je suis avocate depuis décembre, date à laquelle j'ai prêté serment. 
 
  
Quelles sont les difficultés que vous rencontrez, ou que vous avez rencontrées, en tant que maman solo ?
  
La plus grosse difficulté reste la gestion du temps, je cours beaucoup (surtout en profession libérale) mais moins qu'au début. J'avais déménagé loin, à 18 km de mon ancien domicile, mais j'avais tenu absolument à laisser les enfants dans leur environnement scolaire pour que la séparation ait le moins d'impact possible. Ils continuaient à aller à la même école.
 
Et surtout, j'étais particulièrement isolée : je n'ai aucune famille ici et je suis du genre à vouloir tout contrôler et éviter d'embêter les autres avec mes difficultés, ne pas leur prendre de leur temps, gérer seule, ne pas déléguer.
  
Au début de la séparation, on a aussi tendance à se croire encore en famille avec le papa, et donc à trop compte sur l'autre pour ce genre de détails. Mais c'est impossible. Des emplois du temps très différents (le papa est en 3x8), la rancoeur, le deuil de la séparation, c'est une très mauvaise solution. Et cela entretient la confusion pour les enfants et le papa aussi qui compte sur vous également car il n'a (pour ma part en tous cas) JAMAIS rien géré avant ou presque en ce qui concerne les enfants.
  
Le gestion de l'argent était aussi une grosse difficulté (surtout que je ne gérais pas le budget avant) et d'un seul coup, il n'y a plus qu'un seul revenu. Même aujourd'hui, malgré mon métier, j'ai de faibles revenus pour le moment : je débute (profession libérale oblige, je dois provisionner mes charges).

    
Parvenez-vous à prendre du temps pour vous ? Si oui, à quels moments et comment y parvenez-vous ?
 
Oui , bien sûr. La plupart du temps quand les enfants sont chez leur père.
Je sors, je vais danser, je vois mes amis, je vais au cinéma, au hammam (j’adore ça).
     
De temps en temps et de manière exceptionnelle je demande à la babysitter de rester pour que je puisse sortir lorsque (horaires de 3x8 oblige) j’ai les enfants sur presque deux semaines.
     
Je vais chez l’esthéticienne entre midi et 2 une fois par mois et je vais nager une fois par semaine entre midi et deux.

 
Qu'est-ce qui vous pèse le plus aujourd'hui ?
 
Aujourd'hui rien, je suis bien dans ma vie, je ne me sens plus seule. Avant, l'absence du couple, de l'autre, la solitude.
 
Pour ma part, j'ai été en couple très jeune, c'est le seul modèle que j'ai connu. Et puis, la pression familiale et sociale reste importante. Les moeurs ont évolué, certes, mais il reste du travail à faire.
Beaucoup me plaignaient ou me trouvaient très courageuse (wonderwoman, contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce n'est pas gratifiant, cela signifie que vous êtes une exception ou que votre vie n'est pas dans la norme). D'autres me souhaitaient, me souhaitent encore de trouver "un gentil mari" qui pourrait m'aider.
 
Ainsi, donc, je pensais que vivre seule était quelque chose de déprimant, de triste, que ma vie était pauvre, qu'il y manquait l'autre et que je ne pouvais pas être heureuse en vivant seule avec mes enfants. Pire, je pensais que nous n'étions plus une famille puisque nous n'étions plus que trois ! D'ailleurs, en quittant mon ex-concubin, j'étais persuadée que j'allais rencontrer quelqu'un de suite, reconstruire ma vie, créer une famille recomposée, et peut-être faire un petit troisième.
 
Ca ne s'est pas vraiment déroulé comme ça, je suis allée d'échec amoureux en échec amoureux, et plus ça allait, plus je me faisais mal. Bref, je ne parvenais pas à recréer le modèle que j'ai toujours connu.
 
Et pour cause, si j'avais rejeté tout en bloc, ce n'était pas pour rien !
J'ai beaucoup travaillé sur moi, aidée d'une thérapeute formidable. J'ai appris à vivre seule, et surtout à voir que ma vie en fait était plus riche et plus intéressante comme ça, et surtout que les enfants et moi formions une famille.
 
 
Qu'avez-vous mis en place pour mieux vous organiser ?
 
- Je me suis rapprochée de l’école des enfants et du domicile de leur père.
- J’ai appris à dire non et à ne plus me rendre hyper disponible dès que le papa avait besoin que je prenne le relais alors qu’il est sensé avoir les enfants. J’ai aussi appris à me rendre plus indépendante et à moins compter sur lui. Bizarrement et contrairement à ce qu’on pourrait penser je gagne du temps ainsi.
- J’ai une babysitter qui va chercher les enfants à l’école et s’en occupe jusquà ce que je rentre.
- J’ai acheté un lave-vaisselle.
- Je fais mes courses au Leclerc drive.
- J’ai appris aux enfants à être plus autonome (tout en respectant leur maturité psychologique et émotionnelle).
- J’ai adopté définitivement le google agenda avec un système d’alerte sur mon teléphone) et j’y note absolument tout avec des couleurs différentes (bleu pour mes rdv perso, vert pour l’agenda des enfants, orange et violet pour mes rdv professionnels, audiences expertises….)
- J’ai appris à m’ouvrir et à faire marcher le réseau. Je me rends compte que j’ai des amis formidables qui sont et seront toujours la pour moi et vice-versa.
- J’ai rencontré d’autres mamans solos et on se donne des petits trucs mutuels.
- J’ai crée un planning accroché dans la chambre des enfants avec à droite des photos de papa pour qu’ils sachent les jours chez papa et les jours chez maman.
- Je cuisine la veille des plats simples facile et j’ai adopté (alors que je ne voulais pas en entendre parler avant) la purée mousseline et les soupes de légume en brique, ainsi que le cuit vapeur (légumes congelés dans le cuit vapeur le matin et minuteur en route et vous avez des légumes pour le soir).
- Le cartable des enfants (goûter, carnet signé…) est préparé la veille au soir et ils mettent seuls leur goûter dedans.
 
Parvenez-vous à trouver quelques avantages, finalement, à être maman solo ?
 
Aujourd’hui je vois ma vie de maman solo comme une chance.
     
Comme je l’ai dit, ma vie n’a jamais été aussi remplie aussi riche, je vis, je revis.
     
Déjà, je ne me sens plus seule, je suis même particulièrement bien entourée, bien plus que lorsque j’étais en couple.
     
Je sais désormais que les enfants et moi sommes une famille et il ne se passe pas une journée sans que nous riions tous les trois ensembles, que nous échangions ou que nous ayons des moments de complicité (le repas du soir se fait sans télé et malgré leur âge je continue à leur raconter une histoire le soir). Les weekends, nous consacrons une journée à rester tranquille à la maison (d’autant qu’il y a les activités sportives) et une à faire des activités tous les 3 (au ciné, au seaquarium, à la mer, avec des amis ou pas…).
Tout à l’heure, ma fille m’a dit "pourquoi tu souris, en ce moment tu souris tout le temps ?". Je lui ai répondu "tu préfère que je pleure ?". Elle a ri et elle a dit "Ah non !".
     
J’ai fait des rencontres improbables que je n’aurais pas faite en restant en couple, des gens formidables, avec ce que j’appelle « l’intelligence du cœur », certains sont devenus des amis, d’autres n’ont fait que passer mais tous m’ont apporté quelque chose. N’ayant pas de vie de couple; j’ai du temps pour mes amis et ils ont du temps pour moi. Encore une fois, j’ai de la chance et je suis particulièrement bien entourée.
     
Lorsque je suis célibataire sans enfants, je ne fais que ce que j’aime, que ce que j’ai envie. Je vais au théâtre, au ciné, je fais de la salsa, je joue aux cartes, ou je reste tranquille chez moi.
     
Mon métier est également particulièrement épanouissant, c’est un métier difficile tant physiquement (je marche beaucoup pour aller au Palais, je suis souvent par monts et par vaux) qu’émotionnellement mais c’est un métier passionnant et je ne regrette absolument pas les efforts faits pour y arriver, au contraire.
     
Je profite de la vie et j’avoue que l’idée de reformer un couple et avoir un troisième enfant me parait très loin. Je ne cherche plus absolument quelqu’un avec qui refaire ma vie. Je fais des rencontres et si, un jour, l’une d’entre elle me fait découvrir la bonne personne, celle avec qui je me sentirai bien et non n’importe qui du moment que je ne suis plus seule, alors, il rencontrera mes enfants et entrera dans notre vie comme je rentrerai dans la sienne… Mais j’avoue que je ne suis plus aussi pressée et que j’ai bien envie de profiter encore quelques temps de mon statut de maman solo.
    
 
Quels conseils donneriez-vous aux autres mamans solos ?
 
Je leur dirais : ne vous isolez pas, échangez, parlez avec vos amis, votre famille.
Il existe un groupe sur Facebook qui s’appelle "les parents solos" de Dehors les petits, c’est un bon appui.
     
Il y a aussi les maisons Dolto où l'on peut être écouté.
     
Si vous rencontrez une difficulté, par exemple avec votre enfant ou le papa, expliquez la situation à l’école.
     
Si vous avez des difficultés financières, parlez aussi avec votre banquier. J’ai eu de la chance d’avoir un banquier compréhensif et qui a mis en place des moyens quand il a su que je vivais seul avec deux enfants et que je poursuivais une formation d’avocate.
     
Utilisez tous les trucs et astuces qui vous feront gagner du temps (le lave-vaisselle, le drive…).   
 
Apprenez à dire non, si le papa vous envahit trop. A trop vouloir bien faire en pensant qu’il y va de l’intérêt de l’enfant, on s’épuise et on n'est plus disponible pour son ou ses enfants.
Il est père, il apprendra et il finira par savoir gérer ses enfants seul, sans vous.
     
Profitez à fond du temps où vos enfants ne sont pas avec vous : sans culpabilité, sans penser au manque.
Vivez et soyez dans l’instant présent !"   
 
Merci Christelle,  votre témoignage me donnerait presque envie de quitter mon mari (mais je vais le garder quand même...) !
 
Lundi, pour la dernière partie de cet article en trois temps, vous retrouverez le témoignage de Florence.
 
Bon vendredi à vous et surtout, profitez bien de votre week-end !
 
         
 

Partager cet article

Signé par Zen et Organisée ! - dans Mamans Solo
commenter cet article

commentaires

Nze 15/11/2015 11:54

Bjr et bon dimanche surtout,j ai parcouru toute ces page et j ai ete agreablement surprise.En unr phrase j aimerai dir k moi chwi dans l impass f une separation en charge de 2bb sans emplois et je vie en concubinage avc un footballeur inter ki ne rpond plus a son activite prof.et du coup ca ne va plus a la maison .j ai besoin de vos conseils svp pour mieu comprendre ce qui m attend dans mon foyer car mon fiance ne me di jamais ses choses et il ne me parle presk jamais j ai bo parle du dialogue dans le foyer rn vin..

lilipouce 12/10/2012 10:50

merci pour ce témoignage, voilà une maman solo épanouie !!!
un espoir peut être pour toutes celles qui sont encore le nez dans le tunnel ... ;-)

Zen et Organisée ! 17/10/2012 11:41



C'est aussi ce que je me suis dit, Lilipouce !



           LR3-0332.jpg

                       Diane BALLONAD ROLLAND

                      contact@zen-et-organisee.com

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

Maman de 3 enfants, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Organisation Personnelle et Gestion du temps. 

 

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.


"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)