Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 09:01

Table-ronde-Journee-Maman-Travaille.jpg

(Source photo :  Maman travaille)

Je vous en avais déjà parlé dans un précédent billet du 21 novembre dernier, "Agenda : 1ère Journée des Mères actives le 9 février 2012".

Ainsi donc, voici déjà une semaine, le jeudi 9 février dernier dans le 13ème arrondissement à Paris, se tenait la première Journée dédiée aux mères actives, la Journée Maman travaille, portée par l'association Maman travaille et la talentueuse Marlène Schiappa.

J'ai pu faire l'aller-retour la semaine dernière pour assister à cette journée aux côtés de 200 autres participants et autant dire que je ne regrette pas le déplacement. Mais pour pouvoir m'y rendre, j'ai dû :

- quitter à 12h, donc plus tôt, la réunion de 11h à laquelle j'assistais le mercredi 8 février, pour partir la veille sur Paris.

- Aller récupérer ma fille de 13 ans et faire la queue à la mairie, service état-civil, pour déposer (enfin !) son dossier de demande de carte nationale d'identité pour son séjour à Londres (deadline...).

- filer à 13h à la gare pour attrapper mon train. Ouff !

Mais avant, j'avais déjà prévu de :

- faire quelques courses pour le frigo, on ne sait jamais (il ne faudrait pas que la petite famille manque de quoi que ce soit en deux jours...).

- organiser le repas des 2 grands de cette journée (2 tickets-resto pour un Mac'Do à 2 pas de la maison...oui je sais !)

- m'assurer qu'il y ait cantine jeudi et vendredi pour mon fils (deux semaines de grève de cantine à Montpellier, ça laisse des marques...), trouver une solution pour jeudi ET pour vendredi si finalement, il n'y en a pas (ce qui fut le cas !).

- récupérer entre deux rendez-vous mes billets à la borne SNCF.

- conduire la veille au soir ma petite dernière chez ma mère et avant cela préparer son sac sans rien oublier car elle y restera finalement jusqu'à vendredi après-midi. Merci maman.

- prévenir la crèche de l'absence de ma fille pendant 2 jours.

- enfin, expliquer à ma fille les raisons pour lesquelles elle allait dormir chez Mamie pour finalement lui répondre : "Ma chérie, tu sais bien, maman travaille."

Bref, autant dire qu'il fallait être motivée... Mais motivée, je l'étais !

Petit compte-rendu de cette journée si riche en contenu, puisque vous avez été nombreuses ici à me le demander...

Une journée donc sur la question de la conciliation (articulation ?) si difficile entre la vie professionnelle et la vie familiale, organisées autour de 4 tables rondes :

- "Plafond de mère"

- Les activités professionnelles alternatives (télétravail via les nouvelles technologies, salariat à temps partiel, entrepreneuriat)

- "Dégenrer" les politiques de parentalité ?

- Les politiques de conciliation qui fonctionnent (notamment dans les autres pays)

Et des intervenants plus prestigieux les uns que les autres. Parmi lesquels, Brigitte GRESY, Inspectrice Générale des Affaires Sociales, auteure de 4 rapports sur la parité dont "Inégalités hommes-femmes dans le monde du travail" (juin 2009) , auteure du "Petit Traité contre le sexime ordinaire" (Ed. Albin Michel), ou encore Aude de THUIN, fondatrice du Women's forum et auteure de "Femmes, si vous osiez... Le monde s'en porterait mieux" (Ed. Robert Laffon), qui a fait très forte impression par son charisme et sa sincérité.

Femmes--si-vous-osiez.jpg

Que rapporter de 8 heures de débat aussi denses et riches ? Difficile de synthétiser et de faire un choix. Mais j'ai noté dans mon petit cahier Rodhia format carré (!) quelques réflexions qui ont retenu mon attention. En vrac, il a été question, pour celles qui suivent le blog et qui n'y étaient pas :

- de disponibilité, de mobilité, de flexibilité des horaires, de stéréotypes, évidemment, dont souffrent à la fois les mères mais aussi les pères, en mal de reconnaissance dans leur paternité.

- de culpabilité des mères, largement évoquée dans le livre de Anne-Cécile Sarfati, rédactrice en chef adjointe de ELLE et auteure de "Etre femme au travail" (Ed. Odile Jacob).

Etre-femme-au-travail.jpg

- de l'autocensure des femmes, invitées à avoir davantage confiance en elles et à oser, en particulier dans la sphère profesionnelle.

- du fait qu'une femme est encore considérée comme "un agent à risques" dans le monde du travail et que les mères restent des "variables d'ajustement".

- de la question, centrale, du partage parental, incontournable pour atteindre l'égalité professionnelle.

- de la nécessité absolue de se trouver "un bon mari", notion si subjective que je préfère ne pas m'étendre sur ce vaste sujet...

- de la nécessité de créer davantage de crèches d'entreprise.

On y apprend notamment que :

- 40 % des mères modifient leur trajectoire professionnelle contre 6 % des pères à l'arrivée d'un enfant.

- que les femmes restent "l'ordinateur familial" (joliment dit).

- que, selon une étude canadienne, lorsque la parité domestique est là, les couples sont in fine plus heureux. On sait en effet que les canadiens sont très en avance sur ces questions et que le congé parental, d'un an, est partagé à parts égales entre la mère et le père.

- qu'il serait utile aux femmes d'organiser "leur incompétence ménagère", ce que je partage à 200 % ("Euh, désolée, sais pas faire...non, vraiment là, je ne vois pas..."). Les hommes le font très bien ! Est-il nécessaire de rappeler les tâches dites "domestiques" sont portées à 80 % par les femmes (facétieuse loi de pareto !).

- de revendiquer la mère imparfaite que nous sommes et d'accepter de partager, voire de déléguer, la compétence parentale.

Je note enfin l'intervention d' Emmanuelle GAGLIARDI, fondatrice de L/On Top et Interdit aux hommes, auteure du "Guide des clubs et réseaux au féminin" (Ed. Cherche-Midi), qui rappelle l'état de fatigue et de stress que subissent les mères qui travaillent ("les femmes trinquent"), coincées dans une vie binaire, entre l'entreprise et les enfants. Quid de la vie personnelle, du repos, du farniente. Il reste pour les femmes et la société à créer cette troisième vie, ce temps à soi nécessaire à chacun, qu'il soit homme ou femme.  

Révoltée par cette vie binaire étouffante, que j'ai longtemps subie, un matin j'ai dit stop et j'ai choisi, depuis, d'accompagner les femmes débordées et de les aider à créer, à re-créer ce temps à soi, en se réappropriant leur temps. Quoi de plus précieux que le temps ? Quel temps pour les femmes et les mères ? Combien de femmes fatiguées, harassées, surmenées, à bout, devront supporter un quotidien qui ne laisse aucune place à leurs envies et à leur besoins profonds ? Cette question ne cessera de m'obséder et de me mettre en colère. D'où la nécessité d'une meilleure conciliation entre vie professionnelle et vie familiale et d'une plus grande implication des pères dans la sphère privée.

Enfin, merci à l'équipe de nous avoir fait découvrir, en ouverture et fermeture, un extrait des spectacles de Blandine METAYER, "Je suis TOP !, les confidences d'une femme qui a perçé le plafond de verre", au Théâtre de Dix heures à Paris) et d' Olivia MOORE, jeune humoriste pleine de talent qui a conclu cette journée par un extrait de son spectacle "Mère indigne" et une version "maman débordée" façon Bref ! 

Ton très juste, juste parfait.

Mais je m'arrête là et vous invite à en savoir plus sur cette journée et sur l'association sur le blog de Maman Travaille. Il est déjà question de la seconde Journée Maman Travaille, qui pourrait, en 2013, avoir lieu en région. Pourquoi pas à Montpellier ?

Hasard du calendrier, l'Observatoire de l'Egalité, dans son Tour de France du Pacte pour l'égalité, s'arrête ce soir à 18h à Montpellier au sein de l'hôtel de Région pour une présentation du Pacte pour l'égalité entre les femmes et les hommes.

Le Pacte pour l'égalité, destiné à interpeller les candidat(e)s à l'élection présidentielle de 2012 sur l'égalité entre les femmes et les hommes, décline 20 mesures emblématiques sur quatre thèmes :

- Parité et accès des femmes aux fonctions de direction

- Egalité salariale et lutte contre la précarité dans le travail

- Valorisation de l'implication des pères et conciliation des temps de vie

- Partage d'une culture commune de l'égalité

Evidemment, j'ai signé ce pacte. Et vous ?

Partager cet article

Signé par Zen et Organisée ! - dans Concilier vie pro et vie perso
commenter cet article

commentaires

           LR3-0332.jpg

                       Diane BALLONAD ROLLAND

                      contact@zen-et-organisee.com

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

Maman de 3 enfants, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Organisation Personnelle et Gestion du temps. 

 

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.


"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)