Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 06:30

 

Chine Lanzmann - Zen & Organisée

 

 

Pour démarrer cette nouvelle semaine, j'ai le grand plaisir d'accueillir Chine Lanzmann, coach, formatrice et auteure du Guide de l'autocoaching pour les femmes (2012, Pearson), pour une interview dans laquelle elle nous parle de son métier de coach, et surtout, de la façon dont elle a trouvé, au fil du temps, son propre équilibre...

J'ai découvert Chine Lanzmann lors du Printemps des Mampreneurs en 2012. Nous avions pu échanger brièvement à l'issue de sa conférence que j'avais, je m'en souviens encore, beaucoup appréciée. Je me revois encore relisant le soir même dans le TGV me ramenant à Montpellier les notes que j'avais prises durant son intervention :-)

Il était essentiellement question de confiance. Et quand elle parle de confiance, Chine sait de quoi elle parle ! Elle a aidé de nombreuses femmes, au fil des années, à retrouver confiance et à développer leur leadership. 

Pourtant, nous le savons, la confiance est à la base de tout. Nous en avons fondamentalement besoin. C'est elle qui va nous donner la force et le courage d'aller jusqu'au bout de notre entreprise, quelle qu'elle soit, malgré les obstacles, malgré le manque d'énergie parfois, et malgré le manque de temps.

C'est elle qui va nous rassurer en nous faisant ressentir, là dans nos tripes, que nous sommes décidément sur le bon chemin, et que nous avons fait le bon choix, même si ce n'est pas facile, même si ça bouscule parfois.

 La confiance est partout, et son pendant, le manque de confiance, aussi. Sans confiance, nous serions paralysés par nos craintes. Nous ne pourrions tout simplement pas avancer. Nos vies ne seraient que peurs et méfiance.

C'est précisément pour cela que le travail de Chine est remarquable. Tout ce qui peut contribuer à nourrir notre confiance, à la préserver et, surtout, à la développer est précieux et hautement recommandé...


la-confiance-en-soi-sacquiere-pas-a-pas-sophie-vella-coac.jpg

 

Bonjour Chine,


Vous êtes Coach depuis 2004. Pourquoi, à cette époque, avoir fait ce choix professionnel ?

J’avais découvert le coaching deux ans auparavant, car j’avais perdu confiance en moi professionnellement : j’avais créé une entreprise Internet en 1999 qui venait d’exploser avec la bulle Internet. Ca a été un énorme choc pour moi. Je pensais que je ne valais plus rien professionnellement.

Le coaching m’a aidé à retrouver de la confiance, et un travail salarié à l’époque ! En plus, je venais d’être maman, et la maternité m’avait bouleversée…


Quel est le profil des femmes (et des hommes) qui viennent vous voir ?

Ils sont sympas, intelligents et veulent évoluer ! Ils prennent la responsabilité de leur vie professionnelle.

La moyenne a la quarantaine, parfois plus jeune, parfois plus âgé. Certains se posent des questions sur leur choix professionnels. D’autres veulent sortir des conflits et des jeux psychologiques liés au travail. D’autres sont entrepreneurs et veulent être accompagnés dans le développement ou le repositionnement de leur entreprise. Des salariés viennent pour préparer leurs entretiens importants : recrutement, évaluation…

Vous formez également au métier de coach. Si vous aviez un seul conseil à donner à une personne qui souhaite s’orienter dans cette voie, quel serait-il ?

Déjà de se faire coacher, pour voir ce que ça fait !

Vous animez, entre autres, une formation sur le Leadership au féminin qui rencontre un grand succès. Comment l’expliquez-vous ?

Beaucoup de femmes n’ont jamais appris à se centrer sur leurs besoins et à faire des demandes ! Je leur transmets des outils qui ont fait leurs preuves :-) Elles en ont besoin !


Auriez-vous un ou deux conseils à donner aux lectrices du blog pour booster leur confiance ?

Bien sûr : communiquez en positif – même si vous dites « non », dites « à quoi vous dites oui quand vous dites « non » » :-) Et osez demander ! Beaucoup de femmes pensent qu’elles demandent alors qu’elles sont dans la plainte : « Je n’y arrive pas… » ou dans l’exigence : «  Je veux ça ! ». Or, la demande est un processus qui s’apprend : « J’ai trois dossiers en cours et tu viens de m’en ajouter un, je suis stressée car j’ai besoin de temps et de moyens pour bien travailler, est-ce que tu veux bien prendre cinq minutes pour regarder avec moi comment faire ? »

J’imagine que comme nous tous, il arrive que vous couriez après le temps et que le rythme s’emballe un peu trop parfois. Comment définiriez-vous votre propre rapport au temps et comment vous y prenez-vous, enfin, pour calmer le jeu, faire redescendre la pression et retrouver votre centre ?

Oh là là, j’ai fait des progrès ! Jétais « workaholic », c’est-à-dire droguée au travail pendant des années ! Il fallait que ça aille vite, j’ai un rythme rapide ! Grâce à tout le travail que j’ai fait sur moi en thérapie, et en me formant au développement personnel et professionnel, j’arrive à me centrer, à respirer, à avoir un rythme plus calme. Bon, parfois, ça s’emballe et j’aime bien aussi sentir l’enthousiasme.

Globalement, sur quoi repose le socle de votre organisation personnelle ?

J’ai un mari fantastique qui s’occupe de nos deux enfants autant que moi. Des grand-mères super qui sont de bons relais. Une nounou aussi qui assure l’intendance de la maison… J’ai beaucoup d’aides. Du coup, je peux suivre des formations pour continuer à apprendre.

Pour m’aider dans le côté administratif de mon travail, j’ai une assistante, c’est très important. C’est un conseil d’une de mes amies, entrepreneuse de 60 ans, qui m’a ordonné de prendre une assistante il y a sept ans car j’étais débordée. Ca a changé ma vie ! Je lui délègue tout ce qui m’embête, sans culpabilité. Et du coup, je gagne du temps. Nous utilisons Trello et Dropbox, et le scanner...

Comment conciliez-vous enfin votre vie d’entrepreneure avec votre vie de mère et de femme ?

Tout un challenge :-)

Et l’équilibre change avec les enfants qui grandissent et n’ont pas les mêmes besoins. J’ai travaillé à la maison quand mes enfants étaient petits, je me souviens avoir allaité mon second enfant entre deux séances de coaching puis l'avoir emmené avec moi dans les stages que je suivais pour me former, c’était pratique. Je ne vais travailler hors de Paris que depuis deux ans !

En ce moment, j’essaie d’être à la maison vers 17-18 h un jour sur deux pour suivre les devoirs : et ça marche, depuis que je m’y intéresse, les résultats sont là ! J’ai des enfants merveilleux :) et je suis heureuse de leur transmettre les mêmes outils qu’à mes clients, ils comprennent vraiment bien.

Avec mon mari, nous avons deux sortes de rendez-vous : un rendez-vous hebdomadaire de « régulation » pour parler de nos emplois du temps, de l’organisation de la famille : des rendez-vous médicaux des enfants, de l’argent, des devoirs, des vacances, des fêtes, invitations etc…  Comme ça, lors de nos rendez-vous plus intimes :-) nous arrivons à ne pas être pollués par ces sujets d’organisation ! C’est un conseil de la psychothérapeute Isabelle Constant de prendre des rendez-vous avec son conjoint, car à Paris, avec deux enfants, deux métiers, c’est difficile de garder de l’intimité.

J’ai aussi appris à dire non…  c’est pour ça que je suis très bonne pour transmettre tous les outils pour dire « non », car je les ai tous testés ! Et comme gagner du temps, c’est déléguer et dire non, j’ai de plus en plus de disponibilité. Ce qui est l'un de mes buts dans la vie !

 

Allez, je vous pose la question : êtes-vous plutôt "zen" ou "organisée" ?

Ah, j’aimerais avoir encore plus de disponibilité pour être encore plus dans l’être que dans le faire. Il y a quatre ans, mon activité de coach et de formatrice était au top, je travaillais beaucoup trop pour mon équilibre. Je me suis réorganisée. Aujourd’hui, j’ai un rythme super : je prends presque toutes les vacances scolaires, je ne travaille plus le soir à la maison – sauf ce soir :-) (pour répondre à cette interview !) et les lundi soir pour les 12 soirées du Leadership… Mais c’est un choix ! En dehors du travail, j’ai envie de jouer, de danser, de nager, d’être dans la nature, de partager du temps avec des amis. Je travaille en ce moment sur le lien et la relation, c’est passionnant.

Pour être plus zen, je me donne plus de temps pour faire les choses. Il y a cinq ans, je voulais écrire un livre, donner une conférence TEDx et ouvrir une école de coaching dans la même année. J’étais super stressée. Alors je me suis donnée du temps et j’ai fait tout ça en trois ans… en étant plus cool.


Pour finir, quels sont vos projets pour 2015 ?

Je continue de faire évoluer ma façon de travailler : je vais inaugurer ma nouvelle salle de formation à République, à Paris, proposer des formations en résidentiel de trois jours le week end près de Montpellier dans un endroit fabuleux pour les stages, le Hameau de l’Etoile…


Que peut-on vous souhaiter de plus ?

… de continuer à transmettre à des personnes impliquées ce que j’apprends et ce qui me fait du bien :-)

Merci pour votre intérêt et pour vos questions !

 

Merci Chine !

 

www.chinelanzmann.com

 

Chine Lanzmann - Zen & Organisée

 

Partager cet article

Signé par Zen et Organisée ! - dans Interviews et portraits de femmes
commenter cet article

commentaires

Stéphanie 15/12/2014 14:19

Merci pour cette belle interview. J'aime beaucoup le travai de Chine. J'ai lu au printemps son livre sur l'auto-coaching très sympathique et efficace.

Zen et Organisée ! 18/12/2014 17:01



Et merci à toi pour ton passage ici ! A très bientôt, Stéphanie !



           LR3-0332.jpg

                       Diane BALLONAD ROLLAND

                      contact@zen-et-organisee.com

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

Maman de 3 enfants, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Organisation Personnelle et Gestion du temps. 

 

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.


"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)