Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 06:48

malheureuse-epuisee-big.png

 

Elles s'appellent Judith, Caroline, Hélène, Dominique, Sandrine, Karine, Barbara et elles ont participé à la journée de formation "Femmes débordées, réappropriez-vous votre temps" que j'ai organisée le vendredi 25 octobre dernier au Club 7 à Montpellier (notre salle de formation était attenante au Spa du Club 7, ô tentation !).

Une journée placée, comme les précédentes, sous le signe de l'échange, de la bonne humeur, du "co-coaching", et d'une réelle bienveillance de part et d'autre.

Mais cette journée-ci a été encore plus spéciale que les autres. D'abord parce que je fêtais ce même jour mes 40 ans et qu'en général, c'est une date que l'on n'oublie pas... J'ai même soufflé une bougie improvisée, posée sur un paquet de gaufrettes à la fraise (merci, Hélène, pour la photo !).

 

Anniv--Diane.jpg

 

Et surtout parce que parmi toutes les participantes, cinq d'entre elles avaient subi ou venaient de subir un épuisement professionnel. Un vrai.

Cinq participantes sur sept ! 

Il est vrai que je parle beaucoup sur ce blog du burn-out maternel. Mais j'ai envie aujourd'hui de vous parler du burn-out professionnel, qui touche indifféremment les hommes et les femmes. Auparavant Responsable de la prévention au sein d'une collectivité territoriale de plus de 700 agents, la prévention des Risques Psycho-Sociaux est un sujet que je connais particulièrement bien.


Mais de quoi parle-t'on au juste ?

On parle d'épuisement professionnel ou d'usure professionnelle, mais aussi de syndrome de fatigue chronique. Au Japon, un mot a même été créé, Karoshi, qui signifie "mort par la fatigue au travail".

"Le terme anglais burn-out signifie "brûler jusqu à ce que toute substance énergétique disparaisse, se consumer entièrement". La personne qui souffre du burn-out va être complètement dévastée intérieurement mais vous ne réaliserez pas la gravité de son état, car tout n'est pas forcément visible à l'extérieur. Elle sera épuisée dans son corps, épuisée dans ses émotions, ce qui lui causera des difficultés relationnelles, elle aura tendance à s'isoler de plus en plus et à se couper ainsi de toute aide extérieure. Au fur et à mesure que l'épuisement progresse, la victime va avoir un sentiment de dépréciation d'elle-même, elle va se juger négativement, se trouver incompétente et douter de ses qualités. Elle va aussi ressentir de la honte, honte de se sentir fragile, vulnérable, de ne pas tenir le coup comme les autres, de faillir à sa tâche. La souffrance intérieure est parfois tellement importante qu'elle peut conduire à des actes désespérés comme le suicide.

Le burn-out est défini comme prenant sa source dans le cadre professionnel. Même si des facteurs privés peuvent aggraver l'épuisement, ils n'en sont pas la source principale. Les facteurs du burn-out sont à chercher dans les conditions de travail et la relation établie entre la personne et son travail"

("Burn-out : le détecter et le prévenir" - Catherine Vasey - 2012, Editions Jouvence, Collection Le travail autrement)

Ce dernier point est essentiel car les profils à risque, et j'ai pu le confirmer le 25 octobre dernier, sont des personnes très engagées dans leur travail, motivées, demandant peu d'aide car capables de porter une lourde charge de travail. Ce sont des personnes fiables, souvent perfectionnistes et/ou plus à l'écoute du besoin des autres que de leurs propres besoins. Elles ne sont habituellement jamais absentes de leur travail.

Vous vous reconnaissez dans ce profil ?

Pour savoir si vous êtes proche d'un épuisement professionnel, je vous invite à vous soumettre au Test d'Inventaire de Burn-out de Maslach (MBI), en répondant à 22 questions.

 

Une journée pour se retrouver et prendre soin de soi

 

Formation Femmes débordées, Réappropriez-vous v-copie-1

Crédit photo : Barbara Rolland    

Toutes les participantes sont venues à cette journée avec pour objectif d'apprendre à lâcher prise sur un quotidien trop rigide, prendre un peu de recul, voire de la distance sur leurs multiples obligations, professionnelles notamment. Elles subissent pour certaines une pression permanente au travail. Elles ne font plus de sport (pas le temps !) et sont nombreuses à avoir déjà manifesté des signes de somatisation : nausées, vomissements, tension élevée, problèmes de dos, stress intense, insomnies, arythmies, etc... Jusqu'au jour où le corps dit stop.

Elles ne demandent pourtant pas grand-chose en arrivant : juste "un peu" de temps pour elles. Timidement. Presque du bout des lèvres.

Dès le début de la matinée, lors de l'incontournable tour de table durant lequel je les invite à se présenter et à nous dire pourquoi elles se sont inscrites et ce qu'elles attendent de cette journée, ces "jongleuses de haute voltige" se livrent sans fard, se confiant sur leurs difficultés à tout concilier, leurs envies, leurs désirs enfouis.

Je les ai invitées, au fil de l'eau, à faire le point sur leurs différentes casquettes, histoire de faire le tri entre leurs multiples rôles et mandats, au nombre de 7 en moyenne, plus de 10 pour l'une d'entre elles. J'ai pu aussi leur faire comprendre qu'elles avaient déjà toutes les clés pour se réapproprier leur temps, exercice pratique à l'appui. J'ai aussi essayé de leur faire comprendre, quitte à me répéter, qu'il était de leur responsabilité d'apprendre à dire non et à poser des limites, aux autres d'abord. Mais à soi également.

Les échanges ont été si riches que nous n'avons pas eu le temps de "dérouler" tout le programme de la journée. Peu importe ! Nous nous retrouverons très vite pour une matinée de prolongation courant novembre. Ce sera l'occasion de faire le point sur ce qu'elles auront retenu de cette journée.


Formation Femmes débordées, Réappropriez-vous votre temp

 

 

Formation Femmes débordées, Réappropriez-vous v-copie-3

Crédit photo : Barbara Rolland

 

En attendant, voici en substance ce que cette journée leur a, selon elles, apporté : 

 

- Le sentiment de ne pas être seule à être débordée (plus qu'un sentiment d'ailleurs)

- Le partage et la co-construction avec les participantes

- La proposition d'avoir des sas de décompression et de prendre un temps pour moi

- Prendre conscience de ce que je ne veux/peux plus

- Prendre conscience qu'il faut que je sois bienveillante avec moi-même

- La notion de temps choisi

- Prendre conscience qu'il ne faut pas s'oublier en cours de route

- Echanges avec les participantes sur des signes d'alerte de l'épuisement, pas forcément perçus jusque là.

- Prendre du temps pour poser ses "rôles"

- Oser s'autoriser à mettre en place des outils pour mieux gérer son temps

- Reconnaître les signes du burn-out

- Etc...

 

Il me reste encore deux journées à animer d'ici la fin de cette riche année 2013, le 22 novembre prochain à Paris et le 6 décembre à Bordeaux, sous sa forme actuelle (télécharger le programme ici), c'est-à- dire une journée dense, ponctuée par un déjeuner, dans un cadre toujours chaleureux et zen si possible.

Mais je suis déjà en train de travailler sur une version plus aboutie pour 2014, qui intégrera à minima une 1/2 journée supplémentaire et probablement une autre 1/2 journée consacrée aux soins du corps (hammam, spa, massages, relaxation, etc...), comme je le fais depuis 2012 avec mes journées Prendre du temps pour soi, mode d'emploi !, et ce, là encore, dans plusieurs villes de France.

En préparation également pour 2014 une forme de "cursus" ou de parcours s'étalant sur plusieurs mois,  avec au moins un rendez-vous mensuel et différentes thématiques abordées en filigranne, ce qui me permettra de suivre la progression d'un groupe dans la durée et de faire régulièrement le point avec chacune d'entre elles. Et pour celles qui ne pourront pas se déplacer, la possibilité de suivre ce parcours à distance, via Skype, téléphone et Internet.

 

Le témoignage de Judith 

Pour conclure ce billet, je laisse le dernier mot à Judith, 37 ans, orthophoniste exerçant en libéral chez elle et maman de 3 enfants, deux filles de 9 et 7 ans et un garçon de 3 ans. Elle nous a bien fait rire, Judith, le bout-en-train du groupe, comme le prouve cette photo sur laquelle elle pose avec toutes ses casquettes inscrites sur des Post-it collées sur elle !


20131025 144839-copie-1

 

"Mon cadeau d’anniversaire de moi  pour  moi (essayez, vous verrez que c'est sympa comme principe... et on est rarement déçu par le choix du cadeau ;)  ) a été cette année une journée de formation avec Diane BALLONAD ROLLAND. Le thème était alléchant « femmes débordées, réappropriez vous votre temps ! ».

« Femme »  OK  même les cheveux en pétard devant l’école en amenant mon petit dernier, pas de doute, je suis bien une femme, pas un labrador (même si j’en ai certains traits de caractère notamment le dévouement) …  

« Débordée »  selon les moments : aussi !!  3 enfants âgés de 9,7 et presque 3 ans, un boulot en libéral, une grande maison à retaper et  à entretenir, une flopée de copines, quelques engagements associatifs et  un amoureux/mari que je m’efforce de ne pas oublier dans l’affaire, l’air de rien, ça prend pas mal de ressources en terme d’énergie et de disponibilité...  

« Réappropriez vous votre temps » aïe, c’est la que le bât blesse !! MON temps ??? c’est  pas antinomique ça ?!!?? J’essaye bien de me ménager des petits moments pour moi, mais il faut bien reconnaître que quand l’horloge s’affole, quand il faut emmener le petit dernier chez le pédiatre ou assister  à une réunion, c’est ce temps là qui le premier passe à l’as…

J’ai donc décidé de m’accorder un break  et abandonnant lâchement mon mari avec mes enfants un jour de vacances scolaires prenant conscience de l’importance de prendre soin de moi avant de systématiquement prendre soin des autres  … de m’octroyer  une journée rien que pour MOI !

Comment décrire cette journée ? D’abord un cadre zen  à souhait qui permet d’entrer de plain pied dans le vif du sujet,  de braves petites soldates tout comme moi, toutes entières dévouées à leur famille et/ou  à leur boulot mais qui sont pour la plupart arrivées  à la limite de ce qu’elles peuvent supporter et Diane au milieu de tout ça : tranquille, bienveillante, qui pose des jalons sereinement,  qui accueille toutes ces émotions qui nous submergent parfois, qui nous accompagne dans nos questionnements… On a longuement  parlé, on a pleuré parfois, on a beaucoup ri aussi, on a pris le temps de réfléchir  surtout… Certaines sont reparties gonflées à bloc, bien résolues à faire changer des choses dans leurs vies (maris, bambins et N+1, accrochez vos ceintures, il va y avoir du changement !!), d’autres impatientes et curieuses  d’essayer les pistes proposées (même si Diane se défend de proposer des « recettes », elle a quand même une compilation d’outils pratiques et simples qui devraient être remboursés par la sécu et enseignés à tous les nouveaux parents!), certaines étaient peut-être  un peu déstabilisées (c’est sûr que ça remue, ça oblige  à se poser des questions ce genre d’atelier) mais toutes je crois sont reparties plus riches et plus fortes de cette journée !!   

Bref, une belle et bonne journée!

Judith"

Quelques ressources sur l'épuisement professionnel 

 

burn-out-le-detecter-et-le-prevenir-etes-vous-en-burn-out-s

 

     
- Le livre Burn-out : le détecter et le prévenir de Catherine Vasey aux editions Jouvence (Collection “Le travail autrement”) : très bien fait, pratique.


- Un espace "web citoyen" d'information, d'alerte, d'action et de témoignages: www.reseauvigilance.org

- Le test de Maslach, que vous pouvez télécharger ici

Partager cet article

commentaires

Mohamed 24/03/2014 13:28

Bonjour,
Dans le cadre de mon mémoire portant sur la conduite du changement et l’épuisement professionnel, je réalise une enquête afin de recueillir votre témoignage sur la manière dont vous avez vécu le
changement au sein de votre entreprise.
A noter que ce questionnaire est anonyme.
LIEN :
https://docs.google.com/forms/d/1m_jg4sDKlVYNzcvFwiQIAMHA6vd7HyQv_g0FaSxVY0c/viewform

Je vous remercie d’avance d’avoir accepté et consacré quelques minutes pour répondre à cette étude de la manière la plus sincère possible. Je me tiens à votre entière disposition, pour toute
information supplémentaire.

Audrey 06/11/2013 12:55

Merci Diane pour cette gentille réponse :) Je remonte doucement, à mon rythme, et je continue à lire votre blog, que j'ai découvert en essayant d'organiser mes journées à la maison à l'origine ! A
l'occasion, si je peux assister à l'un de vos ateliers, ce sera avec plaisir !

Audrey 05/11/2013 13:12

Encore un article qui me parle vraiment... En arrêt de travail du 11 août au 22 septembre, cause : burn out...
Votre article sur le burn-out maternel http://www.zen-et-organisee.com/article-epuisees-120948382.html avait été l'un des éléments "déclencheurs" juste avant mon arrêt. Un certain mal être depuis
quelques temps, sans réussir à mettre des mots dessus. Ca a été chose faite à la lecture du premier article, je me suis documentée depuis, une bonne claque. Anti-dépresseurs, visites multiples chez
le docteur, grosse remise en question, grandes discussions avec ma supérieur, je commence juste à m'en sortir, mais faible. Alors merci pour cet article, et merci pour ce blog tout simplement.

Zen et Organisée ! 05/11/2013 13:24



Bonjour Audrey, 


Merci pour ce témoignage qui forcément me touche. Si je peux, à travers ce blog ou à travers un atelier, une formation, une rencontre, même modestement, amener à une seule prise de conscience ou
à un seul déclic, cela justifie pour moi tout le travail accompli.


Je vous souhaite de tout coeur de remonter la pente, doucement, à votre rythme, sans rien vous imposer.


Chaleureusement, 


Diane



           LR3-0332.jpg

                       Diane BALLONAD ROLLAND

                      contact@zen-et-organisee.com

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

Maman de 3 enfants, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Organisation Personnelle et Gestion du temps. 

 

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.


"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)