Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 12:57

Ou encore "Nos enfants sont-ils trop gâtés ?"

 

C'est l'impression que j'ai eue ce week-end quand j'ai proposé à mon Moyen de 9 ans de l'emmener au Mac'Do avec son copain que nous recevions à la maison depuis la veille. Une fois sur place, sur le coup des 13h, on s'est vite rendus compte que le fast-food était bondé de toute part. Venant en force (à 5 + poussette encombrante), on a donc proposé à nos deux coquins une alternative dans les restos avec terrasse alentours.

 

Les différents restos qu'on a pu proposer à notre cher et tendre enfant ne l'enchantaient guère. On finit néanmoins par se poser à la terrasse d'Hippopotamus. Evidemment, déçu de ne pas "manger" à Mac'Do, notre Moyen a fait la fine bouche pendant tout le déjeuner, boudant ce moment qui aurait pu être un temps de partage et de convivialité improvisée (c'est beau, non ?).

 

Au lieu de ça, on a dû supporter de la part de notre cher et tendre rejeton quelques remarques, du style "on aurait dû emporter la maison, avec les jeux, la Wii, la télé, etc..." (traduction : "on se fait ch...!"), ou encore "c'est long, on va devoir attendre encore longtemps ?" (non, mon chéri, les cuisiniers ne vont pas arrêter de servir tous les autres clients arrivés avant nous pour nous servir...).

 

Bref, PapaZen et moi avons fini le repas dans un échange animé autour d'une question fondamentale : "Nos enfants sont-ils trop gâtés ?"

 

En aurait-on fait des enfants pourris qui ne sont pas encore sortis de la période de la Toute-puissance, qui n'ont presque jamais connu la frustration et qui ne savent pas (parce que finalement, ils n'ont jamais eu le temps d'apprendre) apprécier la valeur des choses ?

 

La faute à qui ? A nous, les parents, en tout premier ? A moi surtout, qui adore faire plaisir à mes enfants ? A la société de consommation immédiate dans laquelle ils ont grandi et dans laquelle ils continuent d'évoluer aujourd'hui ?

 

Je me souviens qu'à l'époque, j'aurais sauté de joie si ma mère m'avait proposé d'aller au resto avec une copine, surtout si ce n'était pas prévu. Une vraie surprise, quoi ! Aujourd'hui, on a l'impression que tout est dû, que tout est normal. Résultat : nos enfants sont blasés... Ca devient de plus en plus difficile de les surprendre et de leur faire réellement plaisir.

Pourtant, je ne cède pas à toutes leurs demandes. J'ai plutôt tendance à résister à la pression et à prendre le temps de la réflexion avant d'accéder à une demande, quitte à être totalement à contrepied des autres parents, voire de la "société toute entière". C'était le cas quand ma Grande de 12 ans, aujourd'hui en 5ème, était en CM2. Toutes, je dis bien, toutes ses copines étaient équipées d'un téléphone portable, la plupart depuis le CM1, l'une d'elle depuis le CE2. J'ai résisté tout simplement car je ne voyais pas l'usage que ma fille pouvait en faire. Nous avons le fixe à la maison et elle n'avait pas besoin d'un portable pour l'école. Même pour la 6ème, je n'y voyais pas d'intérêt. Un portable, c'est un coût à l'achat, mais aussi une charge mensuelle. Aussi petite soit-elle, c'est toujours une charge de trop quand aucun vrai usage ne le justifie.

Heureusement, nous en avons souvent discuté avec ma fille, plutôt raisonnable, qui comprenait mes arguments et les acceptait.

A la rentrée de la 6ème, nous avons découvert un emploi du temps : elle finissait tous les jours à 15h 30. Nous avons donc décidé qu'elle rentrerait seule, pour la 1ère fois, à la maison (tram + trajet à pied), lui évitant ainsi 2h 30 de permanence à l'étude. Un cas de figure qui a immédiatement nécessité l'achat d'un portable parce que nous y avons vu "un usage". Elle devait effectivement pouvoir nous joindre à tout moment entre le trajet du collège et la maison, ne serait-ce que pour me rassurer, moi.

 

Tout ça pour dire qu'en dehors de différer des demandes, je me demande comment on peut, en tant que parents, en tant qu'éducateurs, le plus intelligemment possible, apprendre la valeur des choses à nos enfants, et surtout leur apprendre à apprécier les choses simples, toutes les surprises et les cadeaux de la vie, au-delà de la dernière figurine "Ben 11" ou du dernier jeu Wii "Pokeman"... La question reste ouverte.

Partager cet article

Signé par Zen et Organisée ! - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires

Anna 16/04/2016 23:10

Question d'actualité, question difficile :)
J'ai la "chance" d'avoir des enfants qui s'émerveillent encore (bon pas à tous les coups quand même!). Âgés de 2 ans à 13 ans, je les ai surtout pas habitués à tout. Je ne sais pas si c'est le meilleur moyen, mais ça marche.
Je pense que notre plus gros challenge, c'est de résiter à NOTRE envie de leur faire plaisir. Car en leur faisant plaisir, on se fait d'abord plaisir à nous-même, parents.
Donc ne pas tout offrir c'est leur apprendre à se passer de certaines choses, non-essentielles.
Je leur donne aussi des expériences qui leur permettent de se mettre à la place de ceux qui n'ont pas tout. Par ex, il n'y a pas toujours de yaourts dans le frigo. Ben oui c'est pas vital, et quand ils en ont ils sont contents et à ce moment-là, je leur fait remarquer à quel point c'est une cadeau et non un dû, que tout le monde n'a pas la chance d'en avoir.
Voilà pour moi :)

Encklé 29/10/2012 14:09

Je me pose la même question quotidiennement: vêtements, gouters rigolos, vacances...rien ne semblent les émerveiller. Nous sommes une famille recomposée et les deux autres parents sur-gâtent nos
enfants...Nous derrière, on a le profil ronchon, et quoi qu'on leur propose c bof...Alors, on se dit qu'on leur transmet des valeurs...et on ne gaspille plus notre argent pour rien...On garde notre
argent pour nous faire plaisir, car nous, on n'a la chance de ne pas être blasé...grâce au plus faible pouvoir d'achat de nos parents...

Zen et Organisée ! 29/10/2012 19:18



Bonsoir Encklé,


Quel plaisir de recevoir un commentaire sur ce billet qui fait partie des tous premiers que j'ai écris sur ce blog ! Et oui, deux ans plus tard, cette question reste plus que jamais
d'actualité... Tenez bon !



Grabinous 11/10/2011 15:28


La question reste ouverte...
Alors je dirai que je fais le même constat malheureusement, et c'est précisément pour cette raison que je m'efforce de ne pas suciter des besoins qui n'en sont pas (en tous cas, pas encore), de
faire des choses simples et de faire en sorte qu'elles soient appréciées à leur juste valeur (et ça marche! vraiment!).
Concrètement, les parcs d'attraction, c'est chouette, on a dans notre entourage des enfants qui en font plusieurs à chaque vacances, mais si à 7 ans, on les a déjà tous fait... où faudra-t-il
amener nos enfants pour les satisfaire et les faire rêver à 10 ans?
Nos vacances ne font pas rêver un paquet d'adultes... le camping! Bof! Et pourtant, être au plus proche de la nature, passer du temps en toute simplicité en famille, les enfants ne demandent pas
plus... Nous aurions très envie en tant qu'adulte de faire découvrir à nos enfants des capitales européennes, de partir l'hiver au soleil, mais je pense que quand on fait ça à 8 ans, on finit
blazé, et plus capable de passer du bon temps, tout simple en faisant une ballade à la campagne, en forêt ou en bord de mer. Aller à l'étranger, ça viendra, mais on a le temps. Je crois qu'on a
tendance à brûler les étapes et à donner tout, tout de suite aux enfants, sans qu'ils n'en manifestent le besoin.
C'est pas très fun tout ce que je dis, mais je pense qu'il vaut mieux passer du temps de qualité avec ses enfants en faisant des choses simples, plutôt que de les amener à l'autre bout du monde et
les gaver d'activités dans le centre de loisirs de l'hôtel club. Ok, c'est un peu caricatural, mais bon... c'est pour expliquer.
Je crois que c'est un peu pareil pour les jouets, on a tendance à gaver nos enfants de cadeaux, pour un oui ou pour un non, pour se déculpabiliser de ne pas partager de temps avec ses enfants... et
oui, ça demande de l'énergie de passer du temps avec ses enfants, alors ils en ont plein les armoires et ne jouent finalement à rien...
Alors notre solution :on modère (très fortement) les amis, les grands parents, les oncles, les tantes qui seraient tentés de couvrir nos enfants de cadeaux à tout bout de champs... un comportement
qui s'éduque... et ça marche!
Très rigide tout ça, et encore une fois pas très fun, mais,question de point de vue : ce qui compte c'est le temps passé avec ces personnes plus que les cadeaux qu'ils vont apporter.
Pour l'instant, j'ai l'impression que les besoins des enfants jusqu'à 10 ans, sont à la base, tout petit, mais qu'on en fait des êtres qui ont du mal à se satisfaire de ce qu'on leur donne, à force
de trop de tout.
Attention, je ne dis pas que je fais mieux que les autres, mais aujourd'hui, ce sont les solutions que nous mettons en place pour que nos enfants soient capables de s'émerveiller autant à 7 ans
qu'à 15 ans, car un ado blazé n'est pas dans les meilleurs dispositions pour affronter cette période difficile si en plus il est blazé de tout.
Voilou ma petite contribution et je conclurai surtout en disant que votre blog est top!
A bientôt


Diane de Zen et Organisée ! 11/10/2011 18:54



Bonjour Grabinous, et merci pour votre commentaire bien complet !


Je partage votre point de vue, je crois que c'est important que les enfants plus grands et en particulier nos ados soient encore en capacité d'émerveillement. Et j'ai l'impression que de nombreux
parents se posent aussi ces questions, ce qui est plutôt rassurant...


Je participe depuis peu à des vides-greniers avec mes deux grands (dont le prochain ce dimanche à Montpellier) et je trouve que c'est une formidable expérience pour eux : d'abord, on passe une
journée ensemble et ça, c'est déjà sympa (crevant mais sympa...). Après, ça leur permet d'apprendre les bases de la négociation (les acheteurs négocient sec dans les vide-greniers !!) et de
comprendre qu'un euro, c'est un euro, et enfin que les affaires (les leurs en l'occurence) peuvent avoir une, deux, trois voire quatre vies. C'est une très belle expérience que je conseille
chaudement pour ceux qui ne connaissent pas... Merci aussi pour votre commentaire de fin, vos encouragements vont toujours très plaisir ! Bises Diane



           LR3-0332.jpg

                       Diane BALLONAD ROLLAND

                      contact@zen-et-organisee.com

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

Maman de 3 enfants, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Organisation Personnelle et Gestion du temps. 

 

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.


"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)