Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 22:00

Ralentir.jpg    

Petit cours de lenteur

Je vous ai déjà parlé de Carl Honoré, ce journaliste canadien vivant à Londres, écrivain, consultant, chroniqueur pour différents journaux britanniques, et surtout l'auteur du Best-Seller « L’éloge de la Lenteur », traduit en 30 langues... Bref, mon petit chouchou !      

Carl Honoré a été le premier à enquêter sur le Mouvement Slow, mouvement mondial qui, en réaction à nos styles de vie dominés par une agitation permanente sans bénéfice objectif, nous invite à nous poser.  

Il s’est intéressé à la lenteur suite à une brutale prise de conscience qui, selon ses dires, "lui ouvre les yeux » : en 2004, alors en transit à l’aéroport de Londres, après avoir hésité à acheter un livre intitulé : « Comment raconter l’histoire du soir à ses enfants en moins de 60 secondes »  (ndlr : c'est fort, non ?), il réalise l’absurde de la situation : celui de passer à côté de sa « vraie » vie.

   

Depuis, il s’est lancé dans l’exploration de voies alternatives pour recréer un rythme quotidien plus compatibles avec ses envies et ses besoins, sans rien perdre de sa productivité professionnelle, ni de sa qualité de vie, bien au contraire.  

Eloge de la lenteur

 

"Le mouvement Slow est avant tout une révolution culturelle.

Après 150 ans d’accélération, nous sommes arrivés à un point où la vitesse fait plus de mal que de bien. La culture de la vitesse porte préjudice à notre santé, à notre environnement, à notre alimentation, à nos relations sociales, à la qualité de notre travail, à notre créativité…

Le mouvement Slow dit simplement que la vitesse n’est pas un mal en soi et qu’elle peut être appropriée dans certains cas.  Mais qu’au XXIème siècle, il convient de trouver l’équilibre.

La lenteur implique un développement durable : la qualité sur la quantité, une meilleure créativité.

Notre société a un tabou très puissant autour de la lenteur : le mot « lent » est associé à « fainéantise », au manque de productivité.  Mais le Mouvement Slow est à l’opposé de la fainéantise : quand vous ralentissez au bon moment, vous avez plus d’énergie, vous êtes plus précis et plus productif, c’est être efficace sur le long terme. On sort du « court-termisme », le court-terme est une autre manière de penser vite."

   

Trouver son Tempo Giusto

Le « slow » repose sur une idée très simple qui consiste à chercher la vitesse appropriée à chaque activité que nous réalisons : notre façon de nous réveiller, de faire l’amour, de manger, de regarder la nature, de passer du temps avec nos enfants…

Il s'agit en fait de trouver un meilleur équilibre entre activité et repos, travail et temps libre. Chercher à vivre ce que les musiciens appellent « tempo giusto », la bonne cadence, en allant vite lorsque notre activité l'exige et en se ménageant des pauses dès qu'on le peut.

Chacun devrait pouvoir s’appliquer à trouver son propre « Tempo Giusto », le propre rythme qui lui convient, en fonction de ses propres rythmes biologiques, mais aussi en fonction de son activité ou de sa priorité du moment.    

   

« Si la ville est un accélérateur de particules, peut-être devrions-nous apprendre à vivre comme des électrons libres » (Pascale d'Erm)

 

Je vous invite là encore à découvrir, à savourer même, pour ceux qui ne le connaissent pas, l'excellent livre de Pascale d'Erm, "Vivre plus lentement, un nouvel art de vivre", paru en avril 2010 aux éditions d'Ulmer.

 

VivrePlusLentement 

     

Alors, comment, concrètement, ralentir dans son quotidien, selon Carl Honoré : 

  

- D’abord, faire moins, comme par exemple moins consommer. Se concentrer sur les choses qui sont les plus importantes à ses yeux. Pour débuter, il va falloir lister ses priorités et renoncer au superflu et aux activités chronophages et inutiles.

Choisir la qualité à la quantité.  

   

- Renégocier notre relation aux nouvelles technologies.

Se déconnecter des nouvelles technologies. On est connecté à notre ordinateur au bureau, à la maison. Savoir se déconnecter, trouver des moments pour débrancher.  

   

- Trouver un rituel « slow », quelque chose qui vous invite à ralentir, par exemple une activité qui nous oblige à ralentir le rythme (cuisine, jardinage, lecture, yoga…).

   

- Faire une chose à la fois : nous faisons trop de choses en même temps. Les recherches montrent que le cerveau humain est beaucoup plus efficace lorsqu’il fait une seule chose à la fois. Etre pleinement présent à ce que l’on fait.

   

- Ralentir en voiture : est-ce nécessaire d’aller si vite ?

   

- Prendre du temps avec ses enfants : passer du temps avec eux, les écouter, les observer, les écouter rire, parler. Etre complètement présent à eux.  

 

3 autres pistes pour ralentir :

 

1-      Ralentir ses gestes (au moins un geste au quotidien)  

   

2-      Se poser régulièrement la question : « Ai-je besoin d’aller si vite ? »  

   

3-      Faire des pauses où vous ne faites rien, juste respirer. Juste être et non plus faire.  

     

Bon, vous l'avez compris, j'aime profondément cette idée de ralentir, car pour moi, ça veut dire :

 

           110 F 8335111 0YwP07VphymxVQp5PNnfDbK1bhN8HuU7Prendre le temps de vivre...

 

           Savourer chaque instant...

                       

           Profiter des petits bonheurs et petits plaisir du quotidien...  

                        

           Une forme de résistance dans un monde qui privilégie la vitesse et

                               l’urgence...  

 

Et pour vous ? 

 

 

Partager cet article

Signé par Zen et Organisée ! - dans Apprendre à ralentir
commenter cet article

commentaires

Kaeru 13/10/2011 18:24


Un bel article sur un sujet qui me parle. Voilà déjà plusieurs année que j'ai pris l'habitude de ralentir au quotidien. Je vis à Paris et ralentir est devenue une solution de survie.

Bien avant de connaître Carl Honoré, un passage dans un bouquin de John Brunner (Sur l'onde de choc) m'avait choquée. Un dialogue entre deux personnages où la femme interroge l'homme sur sa façon
de vivre ses relations amoureuse en lui demandant s'il accéléré ou s'il rétrograde. Le choix de rétrograder, de ralentir, pour connaître l'autre, pour prendre le temps de se découvrir m'est alors
apparu comme une évidence. Une philosophie de la vie pour tout les moments cruciaux...


Diane de Zen et Organisée ! 14/10/2011 11:10



Merci pour ce témoignage. J'ai moi-même vécu plus de 10 ans sur Paris et bien que ce soit une ville que j'adore et dans laquelle j'ai pleins de souvenirs (d'ailleurs, j'y retourne souvent),
je comprends que ralentir soit parfois "une solution de survie" quand on y vit...


Très heureuse enfin de constater que la notion de ralentir parle à de plus en plus de personnes !


A bientôt !



           LR3-0332.jpg

                       Diane BALLONAD ROLLAND

                      contact@zen-et-organisee.com

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

Maman de 3 enfants, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Organisation Personnelle et Gestion du temps. 

 

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.


"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)