Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 17:37

separation-divorce

 

Depuis septembre 2012, j'ouvre le blog, de temps en temps, à des rédacteurs/rédactrices invité(e)s.

Aujourd'hui, j'accueille Elodie Cingal, psychologue spécialisée dans les séparations et les divorces et auteure de Ma Famille recomposée, paru aux Editions Tournez la page en janvier 2013 (lire son interview sur le blog).

Après vous avoir parlé de l'importance de consacrer du temps pour le couple, j'ai trouvé intéressant de vous parler, aussi, à travers le regard d'une spécialiste, de la séparation, car malheureusement, la séparation peut concerner chacun et chacune d'entre nous, à tous moments. 

Alors, pour la vivre de la meilleure manière possible, voici quelques conseils bien avisés.

 

10 clés pour bien vivre sa séparation ou son divorce

 

"Une séparation plonge souvent dans un état de choc qui peut conduire à des conduites peu constructives pour soi et les autres. Il est possible de minimiser les effets néfastes de la séparation à travers plusieurs clés ; comportements à mettre en place, état à accepter, communication à instaurer….


1/ Cette clé est la plus importante : Faire face à la séparation. Il est facile de nier ce qu’il se passe, d’interpréter les comportements de l’ex. L’espoir d’une réconciliation pointe son nez sous différentes formes. Par exemple, mon ex m’aide à me réinstaller, c’est qu’il doit donc tenir à moi. Or, pas forcément, votre ex est peut être tout simplement un homme bien qui ne veut pas vous laisser dans un environnement peu avenant. Faire face à la séparation, c’est lutter contre ces pensées qui vous pousse à espérer. C’est ACCEPTER la séparation.


2/ Patienter !! On sait que l’on ira mieux, mais on ne sait pas quand. Il faut se dire que la douleur est un passage obligé fait de renoncement à ses vieux projets, de peur de l’avenir, de difficulté à s’habituer à sa nouvelle vie… PATIENCE, tout cela va chaque jour s’atténuer.


3/ S’entourer un maximum. En temps de séparation, un fort sentiment d’abandon s’impose. On perçoit chaque jour que l’autre vous oublie, fait sans vous et on imagine que cet autre n’en souffre pas. On se dit oublié, interchangeable. On se dévalorise. On a besoin de se rappeler à l’autre pour pouvoir s’aimer. Or, c’est justement ce qu’i ne faut pas faire. Il s’agit alors de transférer ce besoin auprès d’amis, de la famille, de bons collaborateurs…. Il faut s’entourer d’amour et de chaleur, … et si c’est difficile, juste de gens. Au pire, prendre un animal, cela adoucit le sentiment de solitude !


4/On devient intolérant à la frustration. On ne supporte plus qu’on nous annule, nous reporte. Cela réactive le sentiment d’abandon. On a presque besoin, comme les enfants, que tout le monde soit fiable. C’est tout à fait normal. Une bonne partie de sa vie s’écroule et le nouvellement séparé a un besoin désespéré de pouvoir s’accrocher aux autres. Malheureusement la vie est plus complexe et tout le monde ne peut pas répondre à nos attentes. Il s’agit donc de rationaliser et de se confronter à ce sentiment d’abandon et de comprendre que pendant un temps, on sera hyper sensible à tout. Il faut donc discuter avec son entourage et leur dire cette incapacité à tolérer les changements. Il faut également ne pas incriminer l’entourage. Celui-ci fait ce qu’il peut.


Separation.jpg

 

5/ Laisser sortir sa peine mais pas n’importe où !! Entre celle qui pleure toute la journée au travail et celui qui se repli totalement pour ne pas avoir à montrer sa vulnérabilité, il y a des nuances. Il faut pouvoir exprimer auprès de personnes de confiance et en sécurité sa peine, la laisser sortir. Il est important que la peine exprimée soit accueillie au bon moment par les bonnes personnes. SI elle sort de manière inappropriée, elle ne fait qu’aggraver le ressentiment de la séparation


6/ S’occuper ! Se noyer dans des activités. Cela n’empêchera pas de faire face à sa douleur. Mais cela permet surtout de ne pas se conforter dans la séparation et ses méandres. Cela force à avancer…


7/ Contrer la méfiance typique de la situation de séparation.  Se séparer ne veut pas dire que l’ex nous veut du mal. Il se sépare de vous mais ne souhaite pas forcément vous nuire. Certes, dorénavant, il pense à lui au lieu de penser à NOUS (ou vous). Mais, ce n’est pas forcément contre vous. Il faut tenter de conserver avec lui ce qui faisait qu’au passé vous vous faisiez confiance. On peut se séparer dans la confiance et la bienveillance.


8/ Comprendre que la colère n’est qu’un moyen de gérer sa douleur. Durant la séparation, plusieurs sentiments sont en jeu, on peut même parler d’un débordement émotionnel. On a tendance à transformer cette douleur en colère car la colère se porte sur quelque chose, ici l’ex. La douleur n’a pas de visage et on a des difficultés à la gérer. En adressant la colère vers l’ex, on trouve le moyen d’évacuer la douleur. De plus, la colère permet de maintenir le lien avec l’ex. Dans la séparation, on a un sentiment de vide énorme et on ne sait plus comment se lier à l’ex. En se mettant en colère, on force l’autre à interagir réellement ou virtuellement avec soi. Il s’agit donc pendant le temps où la douleur est trop forte d’éviter d’interagir avec l’ex. On tente de le préserver de cette douleur/colère qui installe des conflits longs et destructeurs. On explique à son ex que la séparation est trop forte et que l’on a besoin de la laisser passer avant de reprendre contact physiquement (lorsqu’il y a des enfants) ou on ACCEPTE de disparaitre de la vie de l’autre.


9/ Par rapport aux enfants, communiquer par des outils simples comme le mail et le sms sans se voir forcément. On fait des écrits cordiaux sur lesquels on prend le temps de retirer les reproches, les incriminations, … tout ce qui a un caractère passionné. On se cantonne à du factuel. Quand on sera plus fort, on pourra à nouveau se parler et même rire ensemble.


10/ Donner des infos à l’ex sur les enfants quand ils sont avec soi. Quelque soit le mode de garde, le parent non gardien souffre de l’absence de son enfant (et même les papas, si si !!). Il est donc important de faire l’effort de donner des infos sur l’enfant au parent non gardien. On lui fait une photo, un mail, un sms (rien qui ne nargue l’autre)…. On fait appeler l’enfant en ayant bien mis en place un espace temps où l’enfant pourra et aura envie de parler au téléphone. On peut être en colère contre l’ex mais il est primordial de comprendre que l’on n’a pas le droit d’être en colère contre le parent.


Si la douleur est trop forte, si la durée est trop longue, si une méfiance s’installe…. Il s’agit de se faire aider par un psy spécialisé dans les séparations. En général, quelques séances suffisent s’il n’y a pas d’autres difficultés sous-jacentes.

 

Une séparation n’est pas un échec, c’est un nouveau départ avec de nouvelles opportunités."


Elodie Cingal

Article invité rédigé par Elodie Cingal.


Ma Famille Recomposée - Elodie Cingal

 

 


Partager cet article

Signé par Zen et Organisée ! - dans Mamans Solo
commenter cet article

commentaires

Greg 20/09/2016 13:53

Bonjour, ayant vécu ces différentes situation, je suis tout à fait en phase avec cet article. Le danger est de s'isoler et "ne rien faire". Il faut en effet accepter la colère, la tristesse, la douleur et ne pas être en colère d'être en colère. Des fois, cela prend du temps et les états d'âme peuvent aller et venir au gré des moments ou des situations.
En tant que papa, je peux vous dire que la séparation avec mes enfants est toujours difficile et je ne compte plus les fois où j'ai eu mes enfants au téléphone alors qu'ils sont devant la télé. Là, je coupe la conversation et je rappelle plus tard.

fred 09/11/2015 21:42

merci pour les infos!
Mais comment faire pour ne pas etre en colere et rester indifferente face a son ex qui lui est heureux et refait sa vie en si peu de temps! difficile de ne pas avoir les boules et rester calme pour moi!

Zen et Organisée ! 10/11/2015 14:00

Bonjour Fred,

Je transmettrai votre question à Elodie Cingal qui a rédigé ce billet, n'étant pas de mon côté une spécialiste de la séparation. Je vous invite également à consulter son blog : http://psy-conseil-divorce.over-blog.com/

manu (papa) 30/04/2015 10:21

Trés bel article qui par sa lecture m 'a retiré le temps d 'un instant cette boule que j'ai a l'estomac Merci

céline 06/06/2013 19:56

Encore un très bel article tellement vrai et pourtant si compliqué à mettre en application pour certaines personnes ...nous vivons avec l'ex compagne de mon chéri qui est utilise sont enfant pour
atteindre son fils et après elle l'envoie au psy en disant qu'il va mal :/ l'enfant en souffre et nous aussi !!! Et j'aime bcp Elodie Cigal je suis son blog :) merci pour votre travail a toutes les
2

Zen et Organisée ! 07/06/2013 13:48



Merci à toi, Céline, au nom de toutes les 2 :-)



           LR3-0332.jpg

                       Diane BALLONAD ROLLAND

                      contact@zen-et-organisee.com

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

Maman de 3 enfants, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Organisation Personnelle et Gestion du temps. 

 

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.


"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)