Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 05:15

 

Il y a 3 ans exactement, en mai 2014, je partageais avec vous le témoignage d'Amélie dans un billet que vous aviez été nombreux à apprécier et à partager : Amélie témoigne sur son burn-out professionnel.

Probablement parce que vous étiez nombreux, nombreuses, à vous reconnaître dans son histoire...

Car son histoire, c'est la mienne, c'est la vôtre, c'est celle de milliers d'autres qui ont croisé le chemin du burn-out.

 

Je n'ai jamais perdu de vie Amélie, d'abord parce qu'elle a participé à deux de mes ateliers en ligne, et surtout parce qu'elle est devenue une amie, même si nous ne nous sommes jamais rencontrées.

Je lui ai dit que les pages du blog lui seraient toujours ouvertes. Et le 24 avril dernier, par e-mail, j'ai reçu un très beau cadeau de sa part...

 

Un nouveau témoignage. Celui de sa reconstruction

 

Les mots sont précis, justes. Comme toujours lorsqu'elle prend la plume.

Là encore, elle choisi de témoigner pour partager, et redonner espoir. Mais surtout, elle le fait désormais à visage découvert, en dévoilant son vrai prénom, Gaëlle.

La boucle est bouclée.

 

Pour cela et la confiance que tu m'accordes depuis 2014, Gaëlle, merci.

 

 

"Ma chère Diane,


Cela fait un petit moment déjà qu’il me tenait à cœur de te donner de mes nouvelles, une manière aussi de transmettre un message positif et réconfortant à celles et ceux qui traverseraient de près ou de loin un burn-out.

J’ai relu mon témoignage avec beaucoup d’émotions. Je me souviens de chaque moment décrit, de cette obscurité qui était mienne. La route a été sinueuse et escarpée sur le chemin de la guérison. Il a fallu défaire les spirales de l’anxiété, de l’addiction au travail, redorer l’estime et la confiance en moi.

Me reconstruire et retrouver ma place dans la société.

Faire le deuil d’une reconnaissance professionnelle et admettre enfin que cela n’est pas dû à un manque de compétence mais seulement à un modèle de management désuet.

Se défaire du poids de la honte. Celle qui ronge chaque jour, qui te fait baisser les yeux, et dont la petite voix intérieure te répète que tu n’es pas à la hauteur, tu ne tiens pas la pression. Excès de perfectionnisme de ma part ? Ou excès de pression hiérarchique et sociale ?

 

Je ne vais pas réécrire le témoignage, tout est tellement différent aujourd’hui.

 

Dans mon sursaut d’instinct de survie, je me suis raccrochée à l’amour de ma famille.

Un soir en rentrant du travail, mon fils de 5 ans m’a tendu un mouchoir en me disant :

 

« C’est pour tes larmes de ce soir. Comme tu pleures tous les soirs, je voulais te donner un de mes mouchoirs. »

 

C’est le genre de réflexion qui vous chavire… mais vous transcende aussi.

J’ai eu soudainement envie de donner du sens à ma vie et si je ne le faisais pas pour moi, il fallait que je le fasse pour mes enfants. J’ai eu envie de leur offrir une nouvelle image de leur maman : heureuse et épanouie.

Je me suis tournée vers ce qui pourrait me réparer, me reconnecter à la vie. La méditation m’a permise de prendre du recul sur ce que je vivais et d’accepter mes émotions. J’ai ainsi appris à ramener le calme en moi et à freiner le flot de mes pensées.

J’ai accepté de vivre des moments vides : sans réflexions ni ruminations. Et j’ai réintroduit la notion de plaisir dans ma vie : savourer chaque petit bonheur, chaque petite victoire. Un vent de sérénité a enfin soufflé sur mon quotidien, et m’a peu à peu apaisé.

J’ai suivi une formation sur l’estime de soi, sur la gestion du stress dans le cadre d’un DIF. J’ai suivi des formations en ligne de Diane (gestion du temps, 3 mois pour désencombrer et alléger sa vie…).

Ces formations m'ont apportées des solutions, et m'ont ouvert d'autres champs de vision. Armée de nouveaux outils, je me suis sentie plus forte.

J'ai décidé d'aller plus loin plus pour prendre ma revanche sur la vie… Je me suis lancée dans un projet un peu fou, celui de devenir à nouveau maman.

 

Donner la vie après un burn-out, quelle formidable estocade finale à cette épreuve !

 

Je savais que ce bébé serait le symbole de ma re-naissance, le symbole d’une vie nouvelle. J'ai profité de ma grossesse pour prendre soin de moi, me chouchouter et me reconnecter à mon corps, à mes sensations.

Ma petite Lou est née en février 2016. Elle a fini de balayer les derniers doutes, les dernières angoisses. Elle a mis un point final à ma reconstruction. Elle a remis de l'ordre dans mes priorités, mes aspirations et mon chemin de vie.

Bien sûr, tout n’est pas simple, lorsqu’on se retrouve à la tête d’une famille nombreuse. Mais j’aborde mes différents rôles sereinement en mettant en application ce que j'ai appris de ce burn-out. Même si ce burn-out a été une très grande et longue souffrance, il est finalement une expérience positive et bénéfique qui a amélioré ma personnalité et ma vie.

En osant en parler et en brisant les chaînes de la honte, je me suis rendue compte que beaucoup de personnes étaient concernées par la souffrance au travail. J’ai alors pu partager mon expérience, conseiller et tendre la main à plusieurs personnes. J’ai intégré un comité de qualité de vie au travail au sein de mon entreprise. J’ai ainsi pu mettre sur la table des discussions, des problématiques vécues, pointer des processus à revoir, et replacer au cœur des organisations le facteur humain.

Forcément, je n’ai pas tout révolutionné mais j’ai pu alerter sur des souffrances passées sous silences. À mon petit niveau, j'essaie chaque fois que cela est possible d’aider, d’encourager, de conseiller des personnes en difficulté au travail. Je partage ce qui m’a permis de m'en sortir, et ce qui m’a aidé à dénouer mon mal-être au travail.

 

Ce burn-out m’a également rendue plus calme, et plus à l’écoute de mon corps. Très ancrée dans l’instant présent, je me refuse à faire plusieurs tâches à la fois. Je gère mon temps de façon plus raisonnable, c’est-à-dire en me laissant toujours une marge de manœuvre pour l’imprévu de dernière minute, et cela dans tous les domaines.

J'essaie de me garder des petites bulles de temps libre, de plaisir, indispensables à mon équilibre de vie. J’avoue pour le moment cela ne suffit pas, je manque de temps pour m’occuper de moi, de mon blog et je ne parle même pas des rendez-vous manqués chez le coiffeur. Mais je sais que je vais y revenir très vite, je ne le perds pas de vue…et cela me permet d’avoir des projets plein la tête, de la créativité et de l’ambition personnelle.

 

L'intention de se préserver, de prendre soin de soi est un formidable pouvoir.

 

L'intention permet de se recentrer sur ce qui est important pour soi et va forcément influencer nos actions, nos décisions...

 

J’ai gardé le même travail, la même hiérarchie, et ma vie de famille est plus que remplie et pourtant, je n’ai jamais été aussi sereine qu’aujourd’hui, et je n’ai jamais autant dévoré la vie. Je pose un regard détaché et plus critique sur le monde du travail et le management. J’apporte ma pierre à l’édifice mais avec une juste mesure.

 

Aussi bas que vous puissiez tomber,

aussi perdu que vous pensiez être,

aussi insoluble que puisse être votre problème professionnel,

il y a toujours, toujours des solutions.

 

Vous n’êtes pas dans une impasse, mais n’hésitez pas à demander de l'aide pour retrouver votre chemin… " 

 

Gaëlle

 

Et pour conclure ce témoignage, je tenais à rassurer les (très) nombreuses personnes, hommes comme femmes, qui m'ont contactée suite à mon récent billet sur la création de mon groupe de travail "Burn-out : Prévention et résilience".

La mise en place de ce groupe de travail a pris plus de temps que prévu, et son lancement est imminent. Encore un tout petit peu de patience ! Vous recevrez toutes les informations pratiques par mail :)

A très vite,
Diane

Groupe de travail "Burn-out : Prévention et résilience"

Partager cet article

commentaires

tchat 15/05/2017 19:38

merci de partager ce témoignage avec nous.

Stéphanie 11/05/2017 23:14

Merci Gaëlle pour votre témoignage. Je suis moi-même en phase de reconstruction après un burn-out, et vous lire me redonne de l'espoir. Pouvez-vous m'indiquer l'adresse de votre blog ?
Merci

Zen et Organisée ! 12/05/2017 09:29

Bonjour Stéphanie,
Il s'agit des Tourbillons d'Amélie : http://www.lestourbillonsdamelie.com/2014/10/je-gueris.html
Merci pour ce petit mot et à très bientôt, Diane

gaelle 10/05/2017 15:24

Bonjour
je suis aussi passé par le burn out... et ce que j en retiens c'est que malgré toutes les difficultés que cela présente c'est aussi une magnifique chance! Lors de l éruption du volcan les laves dévastent tout mais après les cultures repoussent en puisant leurs forces dans ces matières qui les ont pourtant détruites. Alors après un an de reconstruction moi aussi je deviens une fleur belle.
Merci d avoir partager votre histoire. Je pense que certaines personnes nous voient faible et souhaiteraient que nous nous taisions, pourtant notre parole peut accompagner et aider. Je vous souhaite de continuer a cheminer et de transmettre les leçons de cette période désagréable.
cdt
Gaelle

csbn 10/05/2017 08:53

Bonjour Diane

Je suis votre blog assidument. Aujourd'hui je suis ravie de lire ce témoignage qui donne du baume au coeur.
Je suis également en plein burn-out : bore out dans mon entreprise, conjoint en dépression, + enfants + maison.... Disons que je me suis certainement oubliée.
J'ai décidé de m'en sortir (avec l'aide de mon médecin, de ma shiatsueuse (???), de la médecine du travail...) en prenant les problèmes un par un : je ne peux pas guérir mon mari, juste l'aider à aller mieux. Mes enfants sont là quoiqu'il arrive et la maison aussi. Quant à mon travail, je suis aussi heurtée aussi à cette forme de management désuet et qui ne me convient plus, sauf que dans une entreprise comptant 4 employés, difficile de créer un comité de bien être au travail. Alors j'ai décidé de prendre le large et de démissionner. Le chemin fut long mais je décroche au final un poste a 3kms de chez moi (plutot que 30 aujourd'hui!) ce qui me laisse a penser que je serai plus a la maison pour m'occuper des taches, que j'aurai plus de temps à consacrer à mes loulous et que je serai plus longtemps près de mon mari.
Peut être qu'elle était là la solution à mes problèmes. Je commence dans 1 mois, j'espère pouvoir dire que cela ira mieux après ça!
Je serai ravie d'en faire un témoignage si besoin pour votre blog!

NiniDS 10/05/2017 08:32

Merci, Gaëlle, pour ce témoignage de renaissance fort, émouvant et riche d'enseignements, et merci à Diane de l'avoir partagé avec nous.
Bises, belle journée.

           LR3-0332.jpg

                       Diane BALLONAD ROLLAND

                      contact@zen-et-organisee.com

 

Face à l'accélération du temps, prenons le temps de nous poser, osons ralentir, en soi, chez soi mais aussi au travail, et commençons à nous réapproprier consciemment notre temps !

 

Maman de 3 enfants, je suis Coach, Consultante et Formatrice en Organisation Personnelle et Gestion du temps. 

 

Créé en 2010, ce blog propose, à travers des articles, des interviews ou des ateliers interactifs en ligne, une réflexion et des pistes concrètes pour changer notre regard sur le temps, apprendre à ralentir, nous recentrer sur nos vraies priorités, prévenir l'épuisement et trouver un meilleur équilibre entre les exigences de la vie professionnelle, les obligations de la vie familiale et nos aspirations personnelles.


"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." (Antoine de St-Exupéry)